Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview de Nicolas Batifoulier, commissaire général du Salon et des Coupes Moto Légende.

Dans Moto / Sport

Interview de Nicolas Batifoulier, commissaire général du Salon et des Coupes Moto Légende.

Lors du Salon Moto Légende, nous nous sommes entretenus avec Nicolas Batifoulier, le commissaire général du Salon et des Coupes Moto Légende afin de faire plus ample connaissance avec le "chef d'orchestre" de ces deux grandes manifestations. Le but était également d'avoir des réponses suite à la polémique sur la participation financière des clubs.


Nicolas Batifoulier, bonjour. Pouvez-vous vous présenter, nous dire qui vous êtes et quel est le rôle du commissaire général d'un salon comme celui-ci ?


Bonjour. Donc, Nicolas Batifoulier, je suis directeur commercial des éditions La Vie de l'Auto.


Nous éditons une dizaine de titres sur la moto de collection, l'automobile de collection, l'automobile de luxe et différents magasines sur l'antiquité, la brocante et la collection.


Parallèlement à ça, je suis le commissaire général au niveau de l'événementiel, sur le Salon Moto Légende et les Coupes Moto Légende.


Le rôle d'un commissaire général c'est, avec son équipe, d'organiser le salon, de déterminer quels vont être les paramètres sur chaque édition. Quand je parle de paramètres, c'est-à-dire les expositions, les grands thèmes, les animations et aussi les partenaires constructeurs. Voilà le plus important dans mon rôle de commissaire général.


Votre parcours pour arriver jusqu' ici ?


Avant d'arriver à ce poste, j'ai été dans le commercial, tout de suite dans le management et dans la publicité. C'est une rencontre qui a changé ma vie, une complicité, une complémentarité surtout avec Alain Georges, le PDG des éditions LVA.


Il y a de la confiance entre nous, il m'a confié l'évènementiel qui n'allait pas très bien. Mon rôle à ses côtés était de redresser l'évènementiel; les Coupes Moto Légende, peu de gens le savent, n'allaient pas bien. On a failli arrêter, le salon aussi et puis après on a revu le mode de fonctionnement et surtout le mode de communication. On s'est plus appuyé sur les constructeurs en changeant notre mode de partenariat. On peut dire que ça a décollé à partir du moment où la mode des motos japonaises est arrivée « légitimement »; ils ont une histoire, ils ont une légende dans le circuit des Coupes Motos Légende et du Salon Moto Légende.


Cette année, pour cette 16ème édition, il y a eu un petit changement de date; est-ce une contrainte ?


Oui, c'est une contrainte. On ne peut pas dire que le parc floral nous ait aidé ; ils ont donné notre date à un autre client. Cela a provoqué quelques tensions et on ne nous a laissé que deux dates disponibles: celle que l'on connait aujourd' hui, 25-26-27 octobre, qui n'était vraiment pas une date souhaitée, puisqu'avec les vacances de la toussaint, un changement de date pour un salon n'est pas bon. L'année prochaine on reviendra mi-novembre. L'autre date proposée était la veille du salon de la moto et là, ce n'était même pas la peine car beaucoup de constructeurs ne peuvent se dédoubler... Triumph occupe une grande surface, BMW s'occupe de l'exposition et Yamaha a également une surface importante, et, je ne peux pas encore rivaliser avec le salon de la moto !!!


Interview de Nicolas Batifoulier, commissaire général du Salon et des Coupes Moto Légende.


On a eu dernièrement un petit sujet qui « fâche »… avec les clubs, pouvez-vous nous expliquer la raison qui fait que les clubs sont désormais obligés de payer pour participer?


Attention ! Cette incompréhension nous a permis d'être sensibilisés, et c'est une bonne chose. J'avais déjà quelques alertes sur le salon; les clubs ne payent quasiment rien sur le salon et, ça a toujours été.


Le fait est qu'il faut aider de plus en plus les clubs, ils ont un problème intergénérationnel. L'idée du concours de clubs qui a super bien marché, les a poussé à faire des efforts, et ça c'est génial.


Ils ont été récompensés … un beau jury, composé de la FFVE et de personnalités de la moto est venu les voir. La remise des prix s'est super bien passée et les gars étaient très contents. C'est aussi à nous promoteurs d'évènements de les mettre en avant.


Je reviens sur la question qui nous a un peu opposés sur les coupes moto légende. Le modèle économique est fragile. Le Salon je n'ai pas trop d'inquiétudes, mais, sur les Coupes Moto Légende, ce que les gens ne savent pas c'est que ça a failli s'arrêter, et aujourd'hui on ne perd plus d'argent mais on n'en gagne pas ! Disons qu'au niveau des entrées payantes, on est à l'abri d'une journée de pluie, mais pas de deux.


Je comprends que les clubs aient été gênés de devoir payer même si la somme de 60€ est modique alors évidemment j'ai lu certains articles qui disaient il n'y a pas de douche, pas d'électricité, etc.


Ça, moi je n'y peux rien…mais dire qu'il n'y a pas de douche, pas de sanitaire, ce n'est pas vrai !


Le circuit de Dijon comme moi a fait des efforts ; depuis que nous sommes arrivés. Ça les a poussés vers le haut, d'abord parce qu'ils ne s'attendaient pas à avoir autant de monde, ils ne savaient pas ce que c'était.


Ils ont fait énormément d'efforts dans l'infrastructure au niveau de la sécurité ; il y a des salles de douches, il y a des toilettes qui sont tout le temps impeccables, et nous, on en rajoute encore, donc, il y a moyen de prendre des douches, on est pas sans eau ; on peut pas me dire qu'il n'y pas de points d'eau sur le circuit pour se laver le samedi matin et le dimanche matin.


J'ai appris que les side-cars avant-guerre ne tourneraient plus sur les séries l'année prochaine?


Ce que je peux dire, c'est qu'il y a eu un loupé l'année dernière ; à mon avis on a mélangé des side-cars et des motos. Et donc l'année dernière, on leur a remboursé l'inscription, et on leur a dit de ne pas tourner en raison du danger.


Pour cette année y-a-t-il une décision de prise ?


Les personnes qui avaient été inscrites, on les a remboursés et ils seront invités l'année prochaine à tourner en solo. Pour l'intégration des side-cars, ce n'est pas encore décidé.


Est-ce qu'ils pourraient être intégrés à la série C où les motos sont beaucoup moins performantes ?


Ce n'est pas vraiment notre domaine; on a des directeurs de course qui sont aptes à nous dire comment associer les séries.


On va avoir une réunion très bientôt, on rouvre le dossier des coupes et on prendra une décision par rapport à ça.


Je sais qu'une trajectoire de moto et une trajectoire de side-cars est très opposée ; je pense que l'année dernière on a eu le bon réflexe, et il faut faire quelques chose de particulier pour cela.


Il y a deux ans on a intégré des « marshal » parce que…il vaut mieux le faire, il s'est posé un problème ; il y a eu une ½ heure de blanc sur la piste mais on ne peut pas intégrer ensemble des side-cars et des motos, ce n'est pas possible, pas sur un circuit.


On va écouter les préconisations et on validera la plus cohérente. Les directeurs de courses vont nous donner les différentes solutions.


Nous avons mis en place le rallye touristique pour les machines les moins rapides et cela marche très bien.


Quoi qu'il en soit, nous allons tout faire pour que tout le monde puisse prendre du plaisir et qu'il n'y ait pas de "laissé pour compte".


Des projets pour l'avenir, pour les Coupes ou le Salon?


On se rend compte qu'au niveau du Salon, 60% du public vient du bassin parisien; c'est pourquoi nous réfléchissons sur une délocalisation du Salon Moto Légende en province, sans pour cela supprimer l'édition parisienne. C'est à l'étude pour l'instant mais cela pourrait se faire peut-être à moindre échelle, en changeant de ville chaque année. C'est à voir.


Au niveau des Coupes Moto Légende, c'est plus difficile de se renouveler; je peux juste dire que pour la prochaine édition, nous sommes en train de finaliser la venue d'Allemagne de machines tout à fait exceptionnelles qui ne sont jamais sorties de chez un collectionneur; c'est tout ce que je peux dire pour l'instant.


Pour les pilotes, c'est un peu plus difficile car il faut se renouveler et il faut faire venir des pilotes qui habitent sur d'autres continents et cela aussi, ça coûte très cher.


Merci pour toutes ces précisions et bonne continuation.


Merci et bon salon.


Pour suivre l'actualité de ces deux grandes manifestations:


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire