Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Interview Louis Rossi : "On a laissé beaucoup de points s'envoler"

Dans Moto / Sport

Interview Louis Rossi : "On a laissé beaucoup de points s'envoler"

Louis Rossi, s'il est loin de ses objectifs nous a gratifié de belles sensations depuis le début de saison. En résultat brut et nombre de points, 8ème avec 56 unités, nous sommes éloignés du potentiel du garçon.


Une première ligne au Qatar, une victoire historique en France, une 4ème place en Catalogne, une 5ème place à Assen à une demie seconde du second, si c'est modeste en finalité, Louis est à chaque course et quelques soient les conditions aux avant-postes.


Au second GP à Jerez, Louis prend la tête de la course, une nouveauté à ce niveau pour le pilote RTG, à Barcelone, 3ème temps sur la grille, départ en tête, il mène la course deux tours durant, Louis prend là une expérience essentielle pour prétendre mener une course, et monter sur les podiums régulièrement, mais il ne faut surtout pas négliger une concurrence de très haut niveau.


On ne peut douter que le meilleur soit à venir, la mi-saison est l'occasion de prendre de nouveau contact avec Louis.


Louis, 56 points récoltés dont près de la moitié lors de ta victoire au Mans, c'est loin de tes espérances ?


C'est sûr que l'on a manqué de finir les courses, comme en Allemagne et en Italie dimanche. Comme je le dis depuis mon retour d'Italie, on a fait de la régularité en essais, en course, on a montré notre régularité aux avant-postes, c'est le plus important, et ce n'est pas passé inaperçu, c'est la concrétisation qui a manqué.


En termes de points ce n'est pas très bien, on aurait pu en marquer beaucoup plus. Maintenant la saison est encore longue, il y a moyen de se rattraper en étant plus régulier jusqu'à Valence, il va nous falloir aller au bout des courses, ne plus faire d'erreur, faire que cela se passe bien. L'important c'est d'être rapide dans toutes les conditions et à chaque fois.


Comment on « digère » ces abandons, qu'ils te soient imputables ou non ?


Il y en a deux, j'en ai l'entière responsabilité, à Jerez, je me suis emporté, puis je chute à Silverstone, je n'ai pas l'expérience de Vinales ou Cortese, donc forcément je fais encore des erreurs.


Deux fautes ne seraient pas beaucoup, ce qui fait trop, c'est de se faire percuter une fois par Fenati et une autre par Kent, plus un ennui mécanique, là c'est trop. On a laissé beaucoup de points s'envoler.


Moi, je continue à travailler, je ne me laisse pas abattre, ce qui pourrait arriver c'est d'avoir peur de tomber de nouveau, de se mettre la pression, mais je ne fonctionne pas comme ça.


Si les séances d'essais vont plutôt bien, les fins de qualif' te semblent plus difficiles ? (3-12-15-15-3-7-12-7-11)


Les qualif', on a été deux fois en première ligne, puis troisième ligne, deux fois on se manque vraiment, mais là c'est moi qui n'est pas été assez opportunisme, la moto était bonne, c'est moi qui n'ait pas su gérer mes séances, c'est une chose qu'il faut que je travaille pour ne pas partir loin afin de limiter le risque de se faire percuter. En Italie je me fais percuter, ce n'est pas un manque de chance, en partant de trop loin, on réunit les conditions pour favoriser ce genre d'évènements.


Rouler premier, sans les repaires d'un pilote devant, c'est difficile ?


Cela ne me dérange pas trop, je suis quelqu'un qui sait rouler seul, je ne perds pas mon rythme, c'est quelques chose qui ne me pose pas de problème. Mais Vinales le fait beaucoup mieux que moi, il peut forcer, forcer le rythme pour détacher le maximum de personnes.


Je dois m'y familiariser pour rester régulièrement devant sans faire d'erreur, il faut laisser le temps au temps, on s'habitue facilement à ce genre de chose, mais il faut bien garder les pieds sur terre et la tête sur les épaules.


Au Mans j'ai su le faire dans des conditions difficiles, j'ai imposé mon rythme, en continuant d'accentuer mon avance, mentalement on est donc capable de le faire, après pour avoir le niveau de le faire, il faut se sentir à l'aise, il faut que je progresse encore.


Tu as révélé sur NT 1 ton approche avec Tech 3 pour la Moto 2 en 2013 !


Oui, je discute avec Hervé Poncharal, c'est une opportunité de travailler avec eux dans cette nouvelle catégorie, si rien n'est ni signé ni officiel les discutions sont bonnes, et c'est un honneur et un privilège de pouvoir envisager de travailler avec Guy Coulon.


On discute pour deux années avec Hervé, je me sens près pour la Moto 2, j'en ai envie donc ce que j'entends ça et là, je ne peux pas m'en préoccuper. S'il n'y avait qu'une année, ce serait différent, mais deux saisons, une pour apprendre et une pour « performer » dans une équipe que je commencerais à bien connaitre, c'est une opportunité exceptionnelle. D'ici là je reste concentré sur la Moto 3.


A bientôt Louis, on t'attend sur les podiums et le plus haut possible !


Interview Louis Rossi : "On a laissé beaucoup de points s'envoler"


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire