Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview Romain Febvre, champion d'Europe MX 2

Dans Moto / Sport

Interview Romain Febvre, champion d'Europe MX 2

Romain Febvre a remporté le titre de championnat d'Europe MX 2 au guidon de sa KTM dimanche à Gaildorf, un titre qui est resté incertain jusqu'aux derniers mètres face à un Ferrandis qui a fait son job en gagnant une nouvelle fois les deux manches.


Avec 23 points d'avance sur Dylan Ferrandis et 22 sur Charles Lefrançois, Romain aurait du faire deux courses pour assurer des gros points, mais il chute déjà en première manche concèdant 9 points au pilote Kawasaki Bud Racing.


Dans la seconde il chute de nouveau faisant ainsi monter le rythme cardiaque de son entourage.


Romain, on peut dire que tu as donné des sueurs froides à ton équipe dimanche.


Oui forcément, j'ai pris deux départs moyens et je chute dans chacune des deux manches, donc je mets plus de pression à tout le monde et à moi aussi. Ca n'arrangeait pas les choses mais ça l'a fait jusqu'au bout malgré tout.


Tu chutes derrière Maxime Desprey en 1ère manche, que s'est-il passé ?


C'est de ma faute, Maxime je le vois tomber, c'est une faute d'inattention je prends la même trace que lui en me disant que ça va passer et en fait il me gênait et pour l'éviter je tente de sortir de la trace plus tôt et je chute mais j'assume totalement, je ne sais pas ce que j'ai fait exactement.


Avec 23 points sur Dylan, c'était assez « confortable », tu avais une grosse pression ?


Non, en première manche pas spécialement, les essais s'étaient bien passés donc cela devait aller, je me disais que je devais rouler comme je sais le faire, assurer une place dans les 7 dans les deux courses mais forcément après ma chute en seconde manche, là le stress arrive.


Quand tu chutes en seconde manche, penses-tu un moment que tu peux tout perdre ?


Là oui et j'y pouvais pas grand-chose, j'étais 3ème derrière Tonkov, je le suivais bien, cette place me convenait je n'avais pas besoin de le doubler, s'il faisait une erreur, j'en profitais juste pour le passer.


Mais à la réception du saut de l'arrivée, c'était béton et glissant, en changeant de trajectoire pour ne pas rester dans la roue de Tonkov la roue arrière de ma moto est partie, j'ai pris un coup de raquette, je me suis fait éjecter, j'ai rien pu faire. Là à ce moment, la première chose que je regarde est si la moto est calée et après on se demande où on en est et puis il faut bien 2-3 tours pour se remettre dans le bon rythme. J'ai vu que j'étais encore dans les 5, je roulais bien donc ça allait.


Quand tu franchis la ligne tu sais que c'est bon.


Oui oui, j'avais été panneauté, je connaissais ma place, je savais que j'étais 5ème comme il me fallait ne pas faire moins bien que 7ème, c'était bon.


Des projets 2012, avec la famille Wagner ?


On n'a pas de décision de prise mais Jean-Christophe et Stéphane, je ne pense pas que ce soit possible. Ils ont chacun leur entreprise à s'occuper, pour aller en mondial, il faut du temps, des mécaniciens, un team complet, deux pilotes, l'Europe ça irait mais le mondial avec les déplacements, ce n'est pas possible. On a eu quelques contacts, je ne peux pas te donner de nom, rien n'est sur on essaie d'avoir le meilleur.


Ton programme de fin d'année ?


Une course en Allemagne en fin de mois, j'ai continué l'entrainement cette semaine, je vais reprendre le supermot pour rouler à Mettet en Belgique et après on verra ce que l'on a pour l'an prochain.


Des remerciements ?


Bien sur, la famille Wagner, Stéphane et Jean-Christophe, mes parents, Jean Zimmerman qui nous aide bien et Moto Evasion.


Merci Romain, à plus tard


Interview Romain Febvre, champion d'Europe MX 2


photos youthstream


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire