Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview : Sébastien Gimbert : "Ca me motive encore plus

Dans Moto / Sport

Interview : Sébastien Gimbert : "Ca me motive encore plus

Champion de France Superbike en titre, Sébastien Gimbert connait un début de saison 2012 un peu difficile. Deux fois deuxième en ouverture du championnat de France au Mans fin mars puis quelques tours sur le circuit de Magny-cours avant l'abandon de la BMW n°99, Sébastien reviens avec nous sur son dernier titre et ce début de saison.


La fin 2011 est marqué par ton titre de champion de France. Une apothéose de saison en quelque sorte.


Je considère ce titre comme un remerciement à tous les gens qui me suivent depuis pas mal de temps. Marcel Drissen, président de BMW Motorrad France, Mickaël Bartholémy qui a monté toute cette structure, à Michelin pour leur confiance et à tous mes partenaires.


En plus, tu reprends le titre à Erwan, ton meilleur ennemi sur la piste.


C'est vrai que cela m'a fait plaisir de reprendre le titre à Erwan. Pour autant, cela a toujours été hyper motivant. Nous avons fait un énorme travail tous les 2 ce qui me poussait à me surpasser car nous avions la même moto. C'est vraiment sur la piste que cela se jouait.


Tu as décidé de rester en championnat de France alors qu'Erwan est partie en Allemagne. Il a bénéficié d'une opportunité ?


C'est Erwan qui s'est créé cette opportunité. Je suis vraiment content pour lui parce que courir sur une BMW en Allemagne, c'est sympa. Et puis cela va permettre de montrer qu'en France, il y a un gros niveau. Je sais qu'Erwan n'est pas là-bas pour faire de la figuration. Il participe à la première manche IDM ce week-end.


Du coup, tu te retrouves tout seul à rouler pour BMW France en championnat de France. Cela doit changer pas mal de chose ?


Effectivement oui. Malgré tout, je garde le même staff technique. Le premier objectif de BMW est de remporter le championnat du monde d'endurance. C'est pour cela que nous sommes « missionnés ». J'ai demandé à rouler en championnat de France pour garder mon niveau mais aussi pour travailler sur la moto. Car tout ce que nous faisons sur la moto en championnat de France sert pour l'endurance et inversement. Sans oublier le travail d'Erwan en IDM. Nous ne sommes plus dans la même équipe mais nous continuons à échanger nos informations, à travailler ensemble et à développer la machine pour qu'elle marche encore mieux.


La S-1000-RR 2012 a subi pas mal de modifications. Qu'en est-il pour toi ?


La moto 2012 est très bien née mais elle est effectivement radicalement différente. Du coup, il faut que je travaille mon style et les réglages car l'ensemble moto/pneu/pilote n'est pas encore à son maximum mais la première course au Mans m'a permis de comprendre dans quelle direction aller.


Tu termines 2 fois second. Un résultat honorable mais qui ne dois pas te satisfaire.


Lors des essais d'avant championnat de France organisé par la FFM, j'ai fait une grosse chute. Je n'avais pas chuté comme cela depuis 1996. La moto termine épave et grâce à mes supers mécaniciens, j'ai pu rouler au Mans. En course, j'ai fait quelques erreurs de réglages, de pilotages que j'ai pu analyser et maintenant, ça va aller beaucoup mieux.


Puis il y a ce Bol d'Or qui ne s'est plutôt pas bien terminé.


Evidement, je suis très déçu car abandonner au bout d'une heure et demie, c'est dur. Damian a fait une grosse chute où la moto a fait 5 tonneaux. Quand j'ai pris la moto pour mon relai, après que l'équipe technique ait remis la moto en ordre de marche, j'ai dû vite rentrer au stand car il y avait plus de dégâts que prévu et la moto était dangereuse pour nous mais aussi pour les autres. La décision du staff a été dure à accepter mais c'est logique. Nous ne pouvions pas prendre de risque pour nous et les autres concurrents. Après, je voudrais féliciter l'équipe Kawasaki qui a fait une course remarquable malgré une piste piégeuse, séchante, pluvieuse, glissante.


Tes prochains objectifs doivent être revus en hausse alors ?


Pour l'endurance, c'est vrai que nous partons avec un handicap certain. Mais nous sommes mandaté pour être champion alors ce n'est pas fini. Le titre sera décerné lors de la dernière course. Pour le championnat de France, j'ai 10 points de retard ce qui est loin d'être insurmontable. Lors de la seconde course au Mans, j'ai pris un peu de risque mais j'ai vite décidé d'assurer car 10 points de retard se rattrape alors que 25 suite à une chute aurait pu avoir de grosses conséquences. On a compris la leçon et on va travailler dès les prochains tests. Et puis la suite de ce championnat sera encore plus sympa car je veux revenir, ça me motive.


Merci Sébastien et bonne suite pour ta saison.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire