Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview Sébastien Gimbert : "Nous avons franchi un cap"

Dans Moto / Sport

Interview Sébastien Gimbert : "Nous avons franchi un cap"

Sébastien Gimbert nous fait réguliérement le plaisir de nous informer sur sa saison, ou plutôt ses saisons devrait-on dire puisqu'en plus de rouler pour BMW en championnat du monde d'Endurance, Sébastien est présent sur le championnat de France Superbike. Champion en titre en FSBK, Sébastien Gimbert connais une saison un peu plus difficile sur les circuits français.


Bonjour Sébastien. Grâce à tes 2 victoires à Ledenon le week-end dernier, tu as gardé un petit sursis pour conquérir le titre même si avec 48 points de retard sur Julien Da Costa, la partie risque d'être difficile. Penses-tu encore au titre ?


Je ne pense plus au titre. La saison 2012 a pour moi était difficile car en plus de devoir régler la nouvelle moto, j'ai dû conjuguer avec une blessure. Cette année, la moto a pas mal évolué et cela nous à pris beaucoup de temps pour trouver la bonne direction mais aussi bien faire fonctionner l'équilibre entre la moto, le pilote et les pneumatiques. C'est cet équilibre qui nous à fait gagner l'année passé. Du coup, nous avons dû dépenser beaucoup d'énergie pour réussir à le ré-obtenir.


Et puis il y a eu cette chute au Vigeant !


Effectivement, j'ai été stoppé dans mon élan au Vigeant lors de la 3e épreuve. Thomas Metro est tombé juste devant moi, j'arrive à éviter le pilote mais pour cela, j'ai tapé dans sa moto. J'ai eu un problème à la clavicule ainsi que 2 vertèbres tassées. Et la semaine suivante, il y avait les 8h de Doha, comptant pour le championnat du monde d'endurance.


Epreuve que tu gagnes le 10 juin dernier.


J'ai beaucoup souffert mais c'était important de pouvoir courir pour aider mon équipe. Mais du coup, tu compenses et cela m'a retardé dans ma ré-éducation et ma récupération pour la suite de la saison.


Commences-tu à retrouver de bonnes sensations ?


Depuis les 8h d'Oschersleben où nous terminons 2e et les 2 manches à Ledenon, cela va beaucoup mieux. J'ai retrouvé une bonne mobilité ce qui me permet de me sentir bien plus à l'aise.


Commences tu à trouver la bonne direction pour les réglages de ta moto ?


A Ledenon, Michelin nous à amener de nouveaux pneus arrières et ils ont très bien marché. Mais nous avons aussi beaucoup travaillé sur la moto avec mon mécano pendant le moi de pause. Nous avons modifié de nombreux détails avec un travail sur l'intérieur des suspensions, modifié l'assise et l'angle de la selle afin d'avoir une meilleure position du pilote sur la moto.


Et ça paye tout de suite puisque tu signes la pôle et 2 victoires de manche à Ledenon.


C'est certain que je me suis senti beaucoup plus à l'aise. Ledenon est un de mes circuit préféré mais là, je sens bien que nous avons franchi un cap avec cette nouvelle moto. J'aurai aimé le trouvé avant mais cela va me faire du bien pour les 24 h du Mans.


Le titre est loin d'être joué puisque 19 points séparent le SERT en tête de BMW alors qu'il y en a 40 pour le vainqueur. Arrives-tu serein dans la Sarthe ?


Complétement. Cette double victoire à Ledenon m'a libéré. J'arrive au Mans avec l'envie de gagner. Effectivement, le titre n'est pas joué mais on aimerait tellement remporter une course de 24 pour remercier toute l'équipe BMW, le directeur de BMW France, Michelin mais aussi Mickaël Bartholémy, le team-manager.


Pour cette course du Mans, tu fais de nouveau équipe avec Erwan Nigon qui est engagé en IDM allemand, l'équivalent du championnat de France Superbike. Il joue le titre ce week-end. Qu'en penses-tu ?


Erwan est 2e de l'IDM à 10 points du premier. C'est vraiment un gros point positif pour tous les pilotes français. Les championnat allemand (IDM) et anglais (BSB) de superbike sont très médiatisé, il y a de gros budget alors qu'en France, personne ne nous connais ou très peu. Nous avons du mal à sortir la tête de l'eau médiatiquement parlant. Avec Erwan, on prouve aussi qu'il y a un réel niveau en France puisqu'il joue le titre au milieu de plus grosse structure. C'est vraiment bon pour nous.


Merci beaucoup Sébastien et bon 24 H.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire