Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Kawasaki : la 175 KDX

Dans Moto / Sport

Kawasaki : la 175 KDX

Nous sommes au mois d'âout 1980 et voilà ce que la presse verte (Moto Verte) présentait pour l'été.


3 japonaises d'enduro loisir, dont les noms vont rappeler des souvenirs aux moins jeunes.


Il y a des lecteurs qui vont se revoir sur ces motos faire leurs premiers tours de roues en enduro, leurs premières randonnées du samedi dans les chemins et les premières gamelles, aussi.


Il était possible de se faire les enduros locaux avec ces motos, même si d'une manière générale, la fiabilité moteur n'était pas encore le point fort des motos d'enduro.


Voici en premier la Kawasaki 175 KDX.


Du premier coup d'œil, c'est la Kawa qui fait la plus «moderne », son look KX ne fait pas de doute. Le constructeur en a oublié les plaques latérales pour les numéros !


Elle est donnée pour la plus part comme la plus moderne ! Il est vrai que sa suspension arrière, l'uni-track de Kawasaki, possède le même système que les KX mais l'amortisseur lui en est loin. Il n'empêche que par rapport à la Suzuki qui a encore deux amortisseurs, certes bons, dès que le rythme s'accélère, la KDX prend le devant sur la PE.


Pour la fourche, c'est 250 mm de débattement, énorme pour une enduro de l'époque, nos 3 machines sont équipées d'une Kayaba hydraulique à axe déporté, c'est l'ensemble de la géométrie qui fera là, une éventuelle différence.


En ce qui concerne le moteur, c'est comme ces concurrentes un 2 temps de 175cc à air.


  • Alésage : 66 mm
  • Course : 50.6 mm
  • Cylindrée 173cc

Ces moteurs à refroidissement à air n'étaient pas des exemples d' une fiabilité exceptionnelle, mais la Kawa n'était pas la plus mauvaise des 3, mais on avait pour habitude de connaître des casses moteur. Et la boite de vitesse était loin de la solidité qui est venue dans les années d'après.
Le moteur était d'une construction basique, un allumage électronique et un tempérament tout arrive en même temps, nous sommes en 80.


Kawasaki : la 175 KDX


 


Si coté puissance pure, nous avions une bonne vingtaine de chevaux, (24-25) la KDX était la plus souple, c'est à dire que cote à cote, gaz, la Kawa n'avait pas de temps de réponse et prenait quelques mètres.


Coté maniabilité, la KDX, plus longue, tourne malgré tout plutôt bien, un grand gabarit s'y trouverait peut-être mieux que sur la Yamaha, mais les 3 motos sont difficiles à départager vu leur catégorie semblables.


Pour les freins, enfin ce qui en faisait office, 2 tambours, la presse notait le freinage exceptionnel sur ces japonaises, c'était réel !


Ceux qui possède un 175 KDX en état de collection ont une pièce plutôt rare, pas d'une grande valeur, mais à garder.


Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

"le moteur était d'une construction basique" !!!.... MDR !! allumage électronique, carbu mikuni de 34 admission par clapet et 6 transferts...dans ce cas les enduros européennes faisaient figure de moto antédiluviennes, 24 voire 25 cv !!! à l'époque elle était donné pour 28 cv par la presse et en réalité une fois débarassé des brides à l'adm et l'échap c'était plutôt 34 vrais canassons!! boite pas fiable? en fait c'était les mêmes boites et bas moteur que les 125 KX cross donc largement éprouvés ! donc au final plus puissantes,meilleurs amortisseurs et meilleur freinage...pour les amateurs d'enduros du dimanche quoi !! bref 30 ans qu'on nous sert toujours les mêmes co.....ries !!! au fait j'ai toujours mon kawa et vous avez raison !!! faut les laisser aux vrais spécialistes...:langue:

Par Anonyme

 recherche pe 175 ou 250 cc

Par Anonyme

  Bonjour,  J'ai reconditionné en partie une Yamaha 175 IT de 1983. 2 questions se posent à moi: 1) pourquoi s'emballe t'elle au premier démarrage (à froid) pour bien carburer ensuite ? 2) le joint spi/viton côté embrayage peut-il se changer sans déposer et ouvrir le bas moteur ?  En effet, je reste étonné par tant de puissance pour cette cylindrée de cette époque !    @+  

Par Anonyme

En ai une à vendre état concours et musée de plus préparée pour la compétition. elle est à Marseille c'est une avec mono ammortisseur de 1984 ou 85. Pieces en plus 4500 euros

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire