Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

L'Iran, là où les femmes ne peuvent piloter une moto et pourtant...

Dans Moto / Pratique

L'Iran, là où les femmes ne peuvent piloter une moto et pourtant...

Etant une femme, je reconnais que le sujet me touche d'autant plus, mais il faut reconnaître que c'est grâce à des personnes de cet ordre que les choses peuvent évoluer. A à peine 20 ans, la jeune Nora Naraghi s'est vu remettre le trophée de championne de Motocross en Iran. Là ou justement les femmes n'ont pas le droit de se retrouver derrière un guidon.


Mais c'est mal connaître la famille de Nora, qui sont tous motards, sa mère y compris. Elles sont toutes les deux des pionnières en Iran dans ce sport. La jeune fille a baigné depuis toute petite dans la moto, pour preuve son père possède un magasin de moto et est également un ancien champion de motocross.


Elle explique : "à quatre ans, mon père m'asseyait sur une petite Montesa et me faisait faire des tours et des tours devant son magasin. Un jour, pensant que j'étais fatiguée, il a voulu m'enlever de la moto mais je ne voulais pas lâcher l'accélérateur !"


Ne pouvant pas accéder au terrain d'Azadi qui est interdit aux femmes, Nora et sa famille ont monté un circuit dans les montagnes qui dominent Téhéran. Une manière de pouvoir s'entrainer et de pouvoir faire découvrir le motocross aux femmes qui le désirent. Elle s'offre aussi des trips comme l'ascension du mont Towchal à côté de Téhéran à près de 4 000 mètres d'altitude.


C'est à la fin du mois d'Octobre que le titre est arrivé : championne d'Iran en MX2. Elle a affronté huit autres concurrentes dont sa propre mère. Nora Naraghi se voit déjà pousser des ailes et rêve de se lancer à l'assaut des Etats Unis et qui sait, de pouvoir se retrouver à courir face à son idole Ashley Fiolek.


En attendant, la jeune fille continue à s'entrainer dans le club Xanyar monté par sa famille et entraine les trois recrues qui se sont mises au motocross. Du côté de ses projets familiaux, son mari et elle espèrent bien évidement avoir des petits motards. Hadi Mogaddas, son mari confirme : "quand on se marie, généralement on abandonne la moto. Là c'est différent, j'en fais encore plus qu'avant !"


Source


Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Est ce que cette personne a déja eu des représailles par rapport a cette interdiction? Est ce que ce pays particulier envers le droit des femmes et qui considère que tout ce qui n'est pas autorisé est interdit , tolère l'activité du motocyclisme féminin?  

Par Anonyme

Faut faire gaffe à la Djellabah, qu'elle prenne pas dans la chaîne:oui::lol::lol::q :fresh::voyons::ddr::ange:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire