Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La pollution comme énergie pour les voitures ? C'est possible

La pollution comme énergie pour les voitures ? C'est possible

Prononcer le mariage de la carpe et du lapin est par définition impossible mais cependant, des Belges viennent de publier les bans d’une union absolument improbable. Non, ce n’est pas une blague de nos voisins, mais bien l’annonce sérieuse qu’avec de l’air pollué on peut produire de l’énergie pour faire rouler des voitures propres. Une belle ironie du sort !

Pour le coup, Volkswagen pourrait presque se préparer à faire de son « dieselgate » une démarche vertueuse. Car dans ce cas, plus on pollue, plus on produit une énergie qui sauve la planète. On doit cet exploit à des équipes de chercheurs des universités belges de Louvain et d'Anvers. Ils ont mis au point un procédé appelé "photocatalyse hétérogène".

Comment ça marche ? On extrait de l’air pollué de l’hydrogène. L’enjeu, à présent, est de passer au stade industriel afin d'absorber une plus grande quantité d'air pollué et produire une plus grande quantité d'hydrogène. Ce gaz propre est très prisé du secteur des énergies vertes car en plus d'être non polluant et de ne rejeter que de l'eau, il est liquide et est donc très facile à transporter et à stocker. Un véritable réseau de stations de carburant hydrogène est d'ailleurs en cours de déploiement en Europe.

On notera que les initiatives mêlant écologie et énergie se multiplient. Cette initiative belge le prouve, mais la France n’est pas en reste. La société Serpol, par exemple, travaille à dépolluer les nappes phréatiques tout en produisant de l'électricité.

Mots clés :

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Prometteur si cela abouti : )

Par

L’hydrogène étant plus léger que l'air il n'est certainement pas facile à stocker et à transporter. Et l’hydrogène il faut le compresser pour qu'il devienne liquide, ça ne se fait pas par magie...

Extraire de l'air pollué de l’hydrogène ok, mais on fait quoi de l'air pollué qui reste après?

Par

J'y crois pas une seule seconde. L'article est vide il n'y a aucune explication.

Par

En réponse à mdb92

L’hydrogène étant plus léger que l'air il n'est certainement pas facile à stocker et à transporter. Et l’hydrogène il faut le compresser pour qu'il devienne liquide, ça ne se fait pas par magie...

Extraire de l'air pollué de l’hydrogène ok, mais on fait quoi de l'air pollué qui reste après?

C'était ce qui me semblait, l'hydrogène c'est le merdier à stocker.

Et en prime c'est vachement inflammable et ça peut être dangereux. (Pour comparaison, on utilise brûle de l'hydrogène pour propulser les fusées)

Par

J'ai du mal à comprendre le rapport entre air pollué et hydrogène... Il n'y a pas plus d'hydrogène dans l'air pollué que non pollué, quel est le rapport? Il retient plus facilement les molécules d'hydrogène ? Avez-vous réellement compris la source avant de pondre l'article? ça manque de précision et en l'état, ça ne veut strictement rien dire.

Par

Du tripotage intellectuel pour chercheur universitaire

En gros il existe un procéder pour obtenir de l’hydrogène avec de l'air pollué ... c'est mieux de pas le polluer non ? la pollution va quand même altérer la santé des gens non ? et si on utilise des véhicules à l'hydrogene, on pourra plus en produire ... franchement incompréhensible

Par

Là Caradisiac, vous avez vraiment fait dans l'approximatif.

Je ne vous jette pas la pierre, vos confrères de la presse internet gratuite n'ont pas franchement fait mieux dans l'ensemble.

Ceci dit, les premiers ont commenté l'info dès le mois d'avril.

L'article qui apporte le plus d'info est peut-être celui de Science Post : https://sciencepost.fr/2017/06/cette-pile-innovante-transforme-rejets-polluants-energie-propre/

Où l'on apprend que ce procédé permet pour l'instant d'extraire le dihydrogène d'air chargé en méthanol, sur quelques cm².

En gros, pas vraiment ce que nos voitures recrachent, et très loin d'une possible industrialisation du procédé.

Par

En réponse à MotherKaiser

Du tripotage intellectuel pour chercheur universitaire

En gros il existe un procéder pour obtenir de l’hydrogène avec de l'air pollué ... c'est mieux de pas le polluer non ? la pollution va quand même altérer la santé des gens non ? et si on utilise des véhicules à l'hydrogene, on pourra plus en produire ... franchement incompréhensible

Tripotage intellectuel peut-être mais beaucoup de grandes idées ont commencé comme du tripotage intellectuel.

Il est heureux que des gens passent leur vie à chercher à rendre notre environnement meilleur. Certains chercheront jusqu'à leur mort sans rien trouver... Il suffit d'un seul.

https://siecledigital.fr/2017/05/23/scientifiques-transformer-air-pollue-hydrogene/

Par

En réponse à mdb92

L’hydrogène étant plus léger que l'air il n'est certainement pas facile à stocker et à transporter. Et l’hydrogène il faut le compresser pour qu'il devienne liquide, ça ne se fait pas par magie...

Extraire de l'air pollué de l’hydrogène ok, mais on fait quoi de l'air pollué qui reste après?

Ce n'est pas entièrement une question de "légèreté" mais surtout de taille atomique. C'est con, mais l'atome d'hydrogène est tellement petit qu'il passe à travers la structure cristalline des atomes composant l'alliage de métal... sauf à utiliser des alliages rares.

Par ailleurs, la plupart des métaux absorbent les atomes d'hydrogène pour former des hydrures extrêmement dangereux pour les métaux (fragilisation par hydrogène)... sauf à utiliser des alliages rares...

Sinon vous avez raison pour la nécessiter de comprimer l'hydrogène pour qu'il passe sous une forme liquide, ayant une densité supérieure qui lui permet d'avoir davantage d'énergie contenue dans un volume donné. Mais il faut que cela se fasse à température très basse (10bar à -250°C) du fait de sa pression de vapeur saturante pour le moins particulière.

Bref, je ne sais pas de ce que souhaitait dire le journaliste à propos du stockage de l'hydrogène, mais c'est on ne peut plus difficile.

Par

En réponse à Foerdom

Là Caradisiac, vous avez vraiment fait dans l'approximatif.

Je ne vous jette pas la pierre, vos confrères de la presse internet gratuite n'ont pas franchement fait mieux dans l'ensemble.

Ceci dit, les premiers ont commenté l'info dès le mois d'avril.

L'article qui apporte le plus d'info est peut-être celui de Science Post : https://sciencepost.fr/2017/06/cette-pile-innovante-transforme-rejets-polluants-energie-propre/

Où l'on apprend que ce procédé permet pour l'instant d'extraire le dihydrogène d'air chargé en méthanol, sur quelques cm².

En gros, pas vraiment ce que nos voitures recrachent, et très loin d'une possible industrialisation du procédé.

Là ça a déjà plus de sens, merci pour le lien.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire