Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La voiture autonome déboule et l’emploi dérouille

Dans Economie / Politique / Social

La voiture autonome déboule et l’emploi dérouille

On ne cesse de louer ses avantages : la fin des bouchons, la sécurité routière absolue et la tranquillité au volant. Mais la voiture et le camion autonomes pourraient détruire des millions d’emplois de chauffeurs et de conducteurs. Ils seront certes remplacés, mais à moindre échelle par des ingénieurs et des informaticiens. Bienvenu dans un monde de Bac +5 d’où les mauvais élèves seront exclus.

Tout à notre plaisir de conduire, on ne voyait pas le pire. Tout obnubilé qu’on était par notre petit volant qu’on ne voulait pas lâcher, on n’avait pas remarqué que la voiture autonome allait nous coûter bien plus que notre petite liberté de corriger une trajectoire, de sentir un train avant accrochant où un arrière décrochant. La bougresse pourrait nous enlever beaucoup plus qu’un plaisir anodin : notre boulot. Du moins celui de plusieurs dizaines de millions de salariés sur la planète. Au mois de janvier de cette année, lors de la conférence de Davos, une chercheuse de l’université de Duke, en Caroline du Nord, a mis en garde : 4 millions d’emplois de chauffeurs pourraient disparaître rien qu’aux États-Unis à partir du moment ou les véhicules rouleront tous seuls. Quelques jours plus tard, le cabinet McKinsey, américain lui aussi, en remet une couche, expliquant que tous les chauffeurs de camions sont menacés, sans parler des taxis, livreurs et autres conducteurs pros. Mais comme le message n’est ne semble-t-il pas très bien passé, l’OCDE a remis le couvert il y a quelques jours. Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Économique, 1,5 million d’emplois de chauffeurs de poids lourds sont concernés en Europe, puisque les camions sont désormais eux aussi voués à l’autonomie et à l’électrique. Un chiffre que l’on peut facilement tripler en y incluant tous ceux dont le métier consiste à conduire une voiture ou une camionnette. Ces données seront publiées plus précisément dès le mois prochain lors d’un colloque que l’organisme consacrera aux transports.

On n’arrête pas le progrès qui roule

Nous voilà briefés, et tous ceux qui gouvernent le monde ou qui dirigent les marques qui fabriquent ces engins aussi. Alors il va se passer quoi ? Tout ce petit monde va tirer le frein à main et stopper net les très lourds investissements sur l’autonome ? Impossible. Aucun progrès n’a jamais été stoppé sous des prétextes sociaux. Personne n’a arrêté Gutenberg et son imprimerie parce qu’il allait abonner des milliers de moines copistes à Pole Emploi. Personne n’a stoppé Etienne Lenoir et son moteur à explosion, parce que les palefreniers n’auraient plus de boulot. Thomas Friedman a beau nous prévenir que l’on court à la catastrophe, dans son bouquin Merci d’être en retard. Ce garçon a beau avoir décroché trois prix Pullitzer (le Goncourt américain qui récompense aussi des essais). Il a beau être chroniqueur au New York Times. Il a beau démontrer que les nouvelles technologies vont beaucoup trop vite pour que l’homme et la société puissent s’y adapter. Rien n’y fera.

Tous bac +5 ou Bac +3 pour les plus cancres

On nous répétera, ce qui est rigoureusement exact, que la voiture autonome sauve des vies. On nous dira aussi, et c’est tout aussi vrai, qu’elle crée déjà, et créera encore des emplois. Qu’il faudra bien les concevoir. Et que pour cela, il faudra embaucher des ingénieurs, des informaticiens, des Bac +5. On nous expliquera que les futurs camions, navettes de centre-ville ne rouleront pas sans un pilote-contrôleur-superviseur à bord. Des spécialistes de la maintenance informatique, oui, mais pas des chauffeurs routiers. Des Bac +3, pas des CAP. Mais au fait, qu’est ce qui figurait sur le CV du moine copiste chômeur à la rubrique « formation » ? Il savait lire, écrire, dessiner de jolies enluminures. Mais il n’était pas imprimeur.

Une élite en voiture autonome, les autres à pied

Mais comme on ne saurait imaginer une société, même dans le meilleur des mondes ou règne la meilleure des éducations nationales, ou tous sont bons élèves et tous hissés au rang d’ingénieurs, on risque d’accroître encore un peu plus les inégalités entre les « sachants » et ceux qui en savent moins. Les premiers concevront des engins que les autres ne pourront plus acheter et la voiture autonome sera peut-être réservée à ceux qui l’ont fabriqué.

Mots clés :

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (46)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

super article, surtout la fin. On a encore un peu de marge mais ça nous pend au nez.

Par

ça évitera peut-être que les camions espagnols, portugais, polonais... nous coupent devant aux rond-points comme si on existait pas...

Par

Ah mais c'est le détenteur d'un CAP journalisme qui nous a pondu ce bel article certainement... :roll:

Je me marre bien quand je lis ce genre d'ineptie... On pourrait rajouter que l'elctricité à mis les allumeurs de lampadaire à la rue, que le réveil matin a détruit la carrière d'un tapeur de carreaux ou que la video a tué les star de la radio...

Mais si l'humanité a bien prouvé quelque chose tout au long de son histoire, c'est qu'elle s'adapte à tout. Mais parfois il y a des pertes, certes, et personne n'a envie d'être laissé sur le bas côté.

Le problème n'est pas le changement mais de s'avoir s'y adapter. Il est bien stupide de croire qu'une invention permettant à l'être humain de fournir moins d'effort pourra être reporté sine die. L'homme aime le progrès, surtout quand il lui permet d'en faire moins. Et l'avis de quelques millions d'individu fait peu de poids face au bénéfices que peuvent tirer plusieurs milliards d'autres.

Si les gens s'intéressait un peu plus à ce qui se passe autour d'eux ils pourraient également anticiper ce genre d'évènements pour ne pas se retrouver dos au mur avant de démarrer des nouvelles démarches.

Ah et pour finir, les pauvre petites gens qui couinent avec leur CAP ils sont condamnés au pilori de chez pôpôle à cause des vilain véhicule autonomes / robots / imprimante 3D / évolution technologique lambda (rayer les mentions inutiles), ils faisaient quoi quand nous étions scolarisés? Ils traitaient comment les "intellos" ? Quelles étaient leurs priorités à cette époque???

Donc non, je ne pleurerais pas leur sort. Aujourd'hui NIMPORTE QUI et j'insiste, peut obtenir un diplôme de fac s'il s'en donne un peu la peine. Et je ne parle pas des diplôme professionnalisant ou technologiques. Les gens sont devenus plus que fainéant et la culture de la médiocrité mené par les chaines de télé poubelle n'y pas pour rien (coucou TPMP, coucou les marseillais,...)

Moi j'ai eu mon bac +3 , j'en ai chié pour trouvé du boulot en sortie de diplôme en plein milieu de la crise mais j'en ai trouvé, un boulot de merde, mais j'en ai trouvé un.

Si on se sort un peu les doigts du culs et qu'on sort de sa zone de confort on risque de se prendre des baffes mais au moins on a essayé. Et même que des fois ça marche...

Par

En réponse à KWC

Ah mais c'est le détenteur d'un CAP journalisme qui nous a pondu ce bel article certainement... :roll:

Je me marre bien quand je lis ce genre d'ineptie... On pourrait rajouter que l'elctricité à mis les allumeurs de lampadaire à la rue, que le réveil matin a détruit la carrière d'un tapeur de carreaux ou que la video a tué les star de la radio...

Mais si l'humanité a bien prouvé quelque chose tout au long de son histoire, c'est qu'elle s'adapte à tout. Mais parfois il y a des pertes, certes, et personne n'a envie d'être laissé sur le bas côté.

Le problème n'est pas le changement mais de s'avoir s'y adapter. Il est bien stupide de croire qu'une invention permettant à l'être humain de fournir moins d'effort pourra être reporté sine die. L'homme aime le progrès, surtout quand il lui permet d'en faire moins. Et l'avis de quelques millions d'individu fait peu de poids face au bénéfices que peuvent tirer plusieurs milliards d'autres.

Si les gens s'intéressait un peu plus à ce qui se passe autour d'eux ils pourraient également anticiper ce genre d'évènements pour ne pas se retrouver dos au mur avant de démarrer des nouvelles démarches.

Ah et pour finir, les pauvre petites gens qui couinent avec leur CAP ils sont condamnés au pilori de chez pôpôle à cause des vilain véhicule autonomes / robots / imprimante 3D / évolution technologique lambda (rayer les mentions inutiles), ils faisaient quoi quand nous étions scolarisés? Ils traitaient comment les "intellos" ? Quelles étaient leurs priorités à cette époque???

Donc non, je ne pleurerais pas leur sort. Aujourd'hui NIMPORTE QUI et j'insiste, peut obtenir un diplôme de fac s'il s'en donne un peu la peine. Et je ne parle pas des diplôme professionnalisant ou technologiques. Les gens sont devenus plus que fainéant et la culture de la médiocrité mené par les chaines de télé poubelle n'y pas pour rien (coucou TPMP, coucou les marseillais,...)

Moi j'ai eu mon bac +3 , j'en ai chié pour trouvé du boulot en sortie de diplôme en plein milieu de la crise mais j'en ai trouvé, un boulot de merde, mais j'en ai trouvé un.

Si on se sort un peu les doigts du culs et qu'on sort de sa zone de confort on risque de se prendre des baffes mais au moins on a essayé. Et même que des fois ça marche...

Entièrement d'accord.

Par

bon on le sait...

années 8O c'est délocalisations en masse... et importation massive de mo immigré...

pour faire les boulots non qualifiés non délocalisabe batiment.. nettoyage gardiennage etc.. et mettre en concurrence les rares ouvriers...

années 2OOO c'est le tour des cadres...

aprés les usines ..; les centres de recherches les labo pharmaceurique..

le vote fn progresse.... aprés les ouvriers... c'est les cadres qui votent fn.. victime de la mondialisation..

2O2O c'est les voitures autonome... les robots...

encore moins cher que la mo importée...

il faut le savoir dévellopper la voiture autonome coute des milliards...

et la finance est pret à lacher des milliards...

hé oui l'ubérisation de la societé profite à 2 ou 3 %

et l'état et les politiques ont toujours un temps de retard....

pour taxer ces entreprises technologiques comme uber... apple... google etc...

il faudra bien...

car le chomage passerra à 2O% en france....il faudra un revenu unniversel si on veut éviter la guerre civile...

quand aux cadres qui dévelloppent ces voitures autonomes....

ils ont une vingtaine d'année à prospérer....

aprésnulle doute qu'avec l'intellgence artificielle;..

ce sera les robots qui assurreront la maintenance...; et le dévelloppement de la technologie...

quand à l'internaute précédent....

qui a trouvé son boulot pendant la crise... année 2OO8???

il doit avoir une trentaine d'année...

qu'il réve pas... aprés 4O ans bien pressés les cadres sont remplacés... par des plus jeunes..

mieux formés...

la technologie change trés vite.....

nul n'est à l'abri....

et baisser les salaires..

Par

En réponse à Moukeaf

Entièrement d'accord.

hé oui seuls les bosseurs s'en sortiront... çà c'est vrai..

et ceux qui éviteront le sytéme...

exemple les chauffeurs uber... qui au lieu de passer par l'appli...

donneront leur carte de visite pour les courtcircuiter...

pour la voiture autonome...

trés bien pour les vieux et les handicapés...

mais pour vous...

payer le double une voiture.. pourquoi faire?

pour avoir mieux que le copain?

les jeunes voient toujours devant eux... et n'ont pas compris;..

que la technologie les asservit...

les face book.. snapchat etc...

le smartphone... et la patron qui peut te surveilleer..; géo localisation..

voir tenvoyer un e mail en dehors des h de boulot etc...

aujourd'hui le candidat de la finance... c'est macron...

c'est un jeune c'est pas pour rien..

Par

En tout cas chercheur c'est un métier qui a de l'avenir....

Suffit de dire à peu près tout et n'importe quoi pour en être un....en faisant des études sur des postulats on ne peut plus erronés.

En premier lieu il est dit en gros que voiture et camion autonome = roule seul.

FAUX: 9a roule seul mais avec un intervenant humain à bord. Pour le moment il n'est pas question de voir des objets se mouvoir seuls dans la nature. Quid des responsabilités en cas d'incident/accident sinon ?

Donc il est vraiment prématuré de partir du principe que 1 camion autonome = 2-3 emplois détruits (puisqu'un tel engin en roulant h24 nécessiterait 3 bonhommes....)

De plus que fait un chauffeur routier ?

Il se contente de conduire ?

NON. Il charge sa marchandise et la décharge également. Il contôle également le bon fonctionnement de son engin et de l'arrimage du transport.

Or si il n'y a plus de chauffeur il faudra remplacer ces tâches....

1 personne au départ, 1 personne à l'arrivé.

Puis faudra aussi compter sur les personnes qui devront mettre en œuvre une infrastructure suffisamment sécuritaire pour envoyer des millions de camions dans le monde en complète autonomie d'un point A à un point B sans incident.

Les communication électroniques ont intérêt à être triplées voir quadruplées pour la sécurité.

Maintenant il y avait à une époque des personnes qui allumaient/éteignaient les réverbères.....je ne suis pas convaincu que leur "disparition" ait été dramatique et n'ait pas trouvé de "remplacement"...

Par

Il est vrai que l'évolution (pour ne pas dire révolution) technologique catalysée par les possibilités du numérique fait qu'il peut devenir difficile de rester à la page...

L'humain évolue, mais à son rythme. N'importe qui n'aime pas forcément le bouleversement de ses habitudes et de ses référentiels car chacun sait ce qu'il perd mais pas ce qu'il gagne au change... l'audace, l'esprit d'aventure et le sens de la prise de risque ne sont pas une constante d'un esprit à l'autre, qu'il soit bien éduqué ou pas... Souvent, c'est au pied du mur, malgré les anticipations et les alertes qu'on réagit...

C'est toujours le même schéma : déni (ça marchera jamais), colère (mais merde alors si ça marche si bien, ça va tuer des emplois), acceptation (bon ben est-ce que j'ai le choix), action (je me sors les doigts ou je suis condamné)...

Autant une personne qui se sortira les doigts trouvera le moyen de connaître, de comprendre et d'exploiter (base d'une éducation finalement), autant là encore, l'apprentissage pour chacun pourrait se faire avec plus ou moins de difficultés.

Mais là où le bas blesse à mon avis, c'est qu'on est quand même dans une éducation dont l'évolution semble prendre de plus en plus de retard en comparaison avec l'évolution technologique et ses besoins induits pour continuer à évoluer. Rendant plus difficile l'adaptation de chacun, ne serait-ce que pour bosser et donc vivre...

A cela j'ajoute un paradoxe bien plus visible maintenant... la technologie au service de l'humain, c'est bien. Encore faut-il que l'humain l'utilise à bon escient et la comprenne, plutôt que de s'appuyer dessus bêtement parce qu'elle peut "réfléchir à sa place"... Et là aussi, c'est un joli chantier...

Dans tous les cas, à supposer qu'il y a révolution technologique, sans accompagnement éducatif et préparation anticipée, ça sera clivant pour la société... avec donc un effet inverse à l'intention de base qui est d'améliorer le quotidien de chacun... C'est là qu'il y a du travail et du besoin!

Par

En réponse à anneaux nîmes.

En tout cas chercheur c'est un métier qui a de l'avenir....

Suffit de dire à peu près tout et n'importe quoi pour en être un....en faisant des études sur des postulats on ne peut plus erronés.

En premier lieu il est dit en gros que voiture et camion autonome = roule seul.

FAUX: 9a roule seul mais avec un intervenant humain à bord. Pour le moment il n'est pas question de voir des objets se mouvoir seuls dans la nature. Quid des responsabilités en cas d'incident/accident sinon ?

Donc il est vraiment prématuré de partir du principe que 1 camion autonome = 2-3 emplois détruits (puisqu'un tel engin en roulant h24 nécessiterait 3 bonhommes....)

De plus que fait un chauffeur routier ?

Il se contente de conduire ?

NON. Il charge sa marchandise et la décharge également. Il contôle également le bon fonctionnement de son engin et de l'arrimage du transport.

Or si il n'y a plus de chauffeur il faudra remplacer ces tâches....

1 personne au départ, 1 personne à l'arrivé.

Puis faudra aussi compter sur les personnes qui devront mettre en œuvre une infrastructure suffisamment sécuritaire pour envoyer des millions de camions dans le monde en complète autonomie d'un point A à un point B sans incident.

Les communication électroniques ont intérêt à être triplées voir quadruplées pour la sécurité.

Maintenant il y avait à une époque des personnes qui allumaient/éteignaient les réverbères.....je ne suis pas convaincu que leur "disparition" ait été dramatique et n'ait pas trouvé de "remplacement"...

le seul métier qui est de l'avenir;... c'est celui qui détient les cordons de la bourse et qui décide..

évidemment peu d"élus... tout le monde a pas le génie de bill gates... marc zukenberg..

ou steve job. voir elon musk...

alors plus simple faire partie de leurs serviteurs...

politique... journaliste... banquier...

avocat.. juge. profession libérale.. etc...

1O% de la population... trés bien payé pour assurrer la propagande du progrés..

de la technologie...et de l'ubérisation de la societé...

Par

perso, j'ai pas de compassion particuliere pour les chauffeurs de camions, de bus, de taxi ou tout type de livraison.

Moi j'ai plus de compassion pour l'étudiant ou l'adulte qui n'a toujours pas eu son permis ou à qui ont lui a enlevé pour une erreur de son fait ou pas, j'ai plus de compassion pour les personnages agées ou handicapées qui ne peuvent plus conduire ou n'ont jamais pu conduire, j'ai plus de compassion pour les personnes imbibées, piquées ou enfumées qui seront sages derriere un véhicule autonome plutot qu'un véhicule où ils devront tenir le volant, j'ai plus de compassion pour les personnes stressées, fatiguées, rincées voire meme énervées qui auront moins de difficultés à ralier leur point d'arrivée avec les nouveaux transports de demain.

Tant pis pour nos chauffeurs en tout genre. Ils y a d'autres jobs dans la vie, par contre pour tous les autres ils n'ont souvent pas d'autre solution que de se déplacer en véhicule à conduite manuelle avec les risques ou les délais d'attente qui vont avec.

Le progres ne peut pas contenter tout le monde mais quand il en contente une (belle) majorité alors il s'agit bien d'un progres.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire