Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Le circuit Carole se mobilise contre les runs sauvages

Dans Moto / Pratique

Le circuit Carole se mobilise contre les runs sauvages

Depuis 1978, date de sa création, le circuit Carole a toujours eu pour vocation d'être un exutoire pour les motards parisiens. A l'époque il avait été mis en place dans le but d'atténuer l'hécatombe sévissant déjà dans la région par le « Monsieur Moto » de l'époque Yves Mourousi. 31 ans après, le circuit s'affirme plus que jamais dans le milieu et propose des sessions gratuites le week-end pour permettre au maximum de personnes d'en profiter.


La rançon du succès ? Un engorgement sans précédent. Pas étonnant que certains choisissent les runs sauvages pour se défouler jusqu'à en perdre la vie. Pourtant des acteurs de la FFMC et du gouvernement ont beaucoup de projet pour développer un « pôle moto » qui permettrait à chacun de profiter de la passion du deux-roues en limitant les risques.


En effet, des phénomènes se démocratisent et n'ont absolument pas de structures pour pouvoir le pratiquer comme le sunt, le pocket bike, le trial ou encore le motocross. Pour ceux qui suivent l'actualité, cela fait quelques années qu'existe ce projet de déplacer le circuit Carole pour en faire un véritable point de rendez-vous pour les motards et qu'ils puissent pratiquer en toutes sécurité.


A ce sujet Laurence Mauroy, de la FFMC précise : « Hors de question d'accepter quoi que ce soit qui ne représente pas l'équivalent en termes de piste et d'accessibilité ». Elle ne sera pas contredite par le vice-président de la région Ile-de-France en charge des transports qui affirme qu'il faudrait au minimum améliorer le circuit Carole qui commence à essuyer les années.


Le but est de bien sûr offrir de la sécurité et éviter le plus possible les comportements à risque comme les runs sauvages. « On ne peut pas cautionner les comportements sauvages, mais il ne faut pas non plus fermer les yeux sur des pratiques qui se répandent », reprend Laurence Mauroy.


Source


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire