Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Le patron du groupe Volkswagen laisse finalement une porte ouverte à Fiat

Dans Economie / Politique / Marché

Le patron du groupe Volkswagen laisse finalement une porte ouverte à Fiat

Le patron du groupe Volkswagen a visiblement changé d'avis au sujet de Fiat. A l'ouverture du salon de Genève, il annonçait que les discussions en vue d'un possible rapprochement avec l'italien n'étaient "pas le problème de Volkswagen". Aujourd'hui, Matthias Müller laisse finalement une porte entre-ouverte à Sergio Marchionne pour des négociations.

A l'occasion du salon de Genève, le patron de Volkswagen, Matthias Müller, affichait son détachement vis à vis des tentatives d'approche de Sergio Marchionne, le numéro un de Fiat Chrysler, qui cherche une alliance avec un grand nom mondial de l'automobile. Quelques jours plus tard, dans le cadre de la présentation des résultats financiers de Volkswagen, Müller est revenu sur ce sujet avec un journaliste qui l'a questionné sur sa pensée d'une telle négociation.

 

L'homme ne ferme finalement plus la porte à Fiat et attend d'en savoir plus : "cela me serait très utile si Mr Marchionne me communiquait personnellement ses volontés, et pas seulement à vous (journalistes)". Une déclaration qui a le mérite d'être claire.

 

Actuellement, le groupe Volkswagen annonce vouloir se concentrer sur le futur pour devenir le roi de la mobilité écolo. Un virement de situation logique après le désastre du Dieselgate, mais que pourrait bien venir faire là dedans Fiat et Chrylser ? Matthias Müller dit qu'il "n'écarte plus" une négociation avec Sergio Marchionne. Chrylser pourrait être une bonne porte d'entrée supplémentaire pour Volkswagen aux Etats-Unis mais il faudrait pour cela faire remonter la pente au groupe américain en perte de vitesse. En Europe, une alliance avec Volkswagen sur certains segments pourrait aider Fiat après que PSA ait racheté Opel.

Mots clés :

Commentaires (107)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Marchionne avait dit.

Quand ils (VW) auront réglé leurs problèmes ils viendront frapper à notre porte.

Trop fort le Sergio

Grande Marchionne

Par

Plus tôt que.... prévu il doit y avoir le feu chez les teutons.

Par

Blek un petit commentaire serait bien venu de ta part.

Ciao bello

Par

Toutes façons, faut toujours prendre les premières infos journalistiques au second rang.....

Déjà la semaine dernière, j'avais lu d'autres articles ou il était déjà question que vw serait peut-être intéressé!

D'ailleurs, depuis le temps que vw est intéressé par Alfa, je ne serais pas étonné de voir que ces deux groupes se rapproche.

Wait and see comme dirait l'autre.....

Par

En réponse à Azzurra1

Marchionne avait dit.

Quand ils (VW) auront réglé leurs problèmes ils viendront frapper à notre porte.

Trop fort le Sergio

Grande Marchionne

Muller ne vient pas frapper à la porte de Marchionne, il lui explique les règles de négociations entre personnes responsables

Par

C'est sûr que VW y trouverait son compte en rebadgeant ses surplus US Chrysler ou Dodge pour enfin décoller sur le marché et US. Et ils récupèrent quelques pépites comme Alfa, Jeep, et ne gardent que la 500 de Fiat pour l'autonomiser comme BMW a fait avec mini. Pour les autres marques...Lancia est déjà quasi morte, les autres Fiat finiront comme Rover et Maserati sera vendue aux chinois ou aux indiens...

Et Sergio se fait des c... en or! Bravo Bello :coolfuck:

Par

De toute façon Muller est en position de force.

C'est lui qui mène la barque, donc si sur une alliance il peut encore récupérer du positif comme le marché US, soit.

Mais c'est plutôt le Sergio qui va lui manger dans la main, pas le contraire.

Par

En réponse à pacon

Muller ne vient pas frapper à la porte de Marchionne, il lui explique les règles de négociations entre personnes responsables

:ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

Je tiens à te préciser que Marchionne n'a jamais rencontré ce monsieur.

Et voilà qu'il pointe son nez ça veut dire que Marchionne avait raison sur toute la ligne.

Si l'opération est faisable je ne te dis pas la réduction des coûts qu'auront ces deux constructeurs.

Ciao bello et......Grande Marchionne

Par

En réponse à docbrown06

De toute façon Muller est en position de force.

C'est lui qui mène la barque, donc si sur une alliance il peut encore récupérer du positif comme le marché US, soit.

Mais c'est plutôt le Sergio qui va lui manger dans la main, pas le contraire.

Arrêtez de vous inventer des films.

Ils n'y aura aucun rachat de part et d'autre à la limite des parts d'actions croisées entre les deux constructeurs.

Ciao belli

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire