Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Le retour de l'endurance au Castellet, c'est pour bientôt. Interview de Stéphane Clair...

Dans Moto / Loisirs

Le retour de l'endurance au Castellet, c'est pour bientôt. Interview de Stéphane Clair...

Caradisiac Moto a profité de la sixième édition de la Sunday Ride Classic qui s'est déroulée sur le circuit Paul Ricard début avril pour s'entretenir avec le directeur de ce temple de la moto. Si à une époque, le doute était permis quant au retour de grandes épreuves sur le Castellet, on peut désormais être rassuré sur l'avenir de la moto dans cette enceinte. Interview...


Stéphane Clair bonjour. Vous êtes le directeur du circuit Paul Ricard. Comment êtes-vous arrivé à ce poste?


Bonjour. J'ai commencé ici cela fait à peu près trois ans. Avant cela, j'ai travaillé dans l'organisation d'évènements comme l'organisation de manifestations sportives ou de salons liés à la moto. Je suis venu ici pour essayer d'ouvrir le circuit au public et lui redonner la place qu'il occupait dans le panorama des circuits français, c'est à dire la première.


On a pu craindre à une époque que «le Paul Ricard» prenne une direction cent pour cent Formule 1 alors que l'on sait à quel point les motards français sont attachés à ce circuit. Les choses ont depuis évoluées. Peut-on espérer revoir au Castellet de grandes épreuves comme par exemple l'endurance mondiale?


Depuis mon arrivée, le circuit est entièrement ouvert au public motard, que ce soit pour du roulage classique ou des stages de pilotage, et nous avons déjà accueilli quelques compétitions motos, que ce soit en historique ou avec des machines modernes. Là, nous fêtions le retour de l'endurance classique et nous ne désespérons pas de revoir une grande épreuve d'endurance moderne, mais pour le moment, c'est un doux rêve.


Des négociations sont en cours?


Des discutions sont en cours...


Comment s'est opéré ce changement de regard envers le public motard?


En fait, ce changement de stratégie vise à la fois l'auto et la moto. Nous ne sommes pas uniquement un circuit d'essais, mais nous sommes également un tracé apprécié pour la course et la compétition en général. On a fait revenir la compétition moto, on fait revenir la compétition camion, on a eu aussi des dragsters; bref tout ce qui roule est le bienvenu ici. Nous restons un lieu privilégié pour effectuer des tests automobiles, aussi bien pour des championnats GT, monoplaces ou pour les 24 Heures du Mans auto. En moto, nous sommes pour l'instant un lieu de loisirs avec quelques compétitions mais nous restons un endroit où la moto historique a toute sa place parce que le tracé est mythique et que la rencontre est évidente.


Le retour de l'endurance au Castellet, c'est pour bientôt. Interview de Stéphane Clair...


De nombreux circuits en France rencontrent des difficultés, que ce soit avec les riverains ou avec les instances politiques. Etes-vous confrontés vous aussi à ce genre de problème?


Nous essayons de travailler main dans la main avec les instances politiques tout simplement parce que le circuit est une entreprise qui génère de nombreux emplois. Ce sont près de 200 personnes qui travaillent à l'année sur le circuit, l'aéroport et les hôtels. Les retombées économiques ont été évaluées pour l'année 2013 à 100 millions d'euros sur la région PACA, ce qui n'est pas anodin.


Au niveau des riverains, nous avons une politique d'ouverture qui consiste à les associer à ce que nous faisons et à la vie du circuit. Il est vrai que les normes qui étaient en vigueur à l'époque, notamment pour les véhicules historiques, sont différentes. On essaye de faire en sorte qu'ils tolèrent lorsqu'il y a un peu plus de bruit, même s'il faut savoir qu'il y a une réglementation et que nous la respectons.


Vous souhaitez rajouter quelque chose?


Le message, c'est qu'aujourd'hui, le circuit est ouvert à tous, on peut faire des stages de pilotage aussi bien en auto qu'en moto, et qu'il est également possible de faire des baptême de piste et cela, tout au long de l'année. L'image d'un circuit fermé réservé seulement à l'élite, c'est fini. Aujourd'hui, ce sont des installations exceptionnelles ouvertes à tous.


Merci Stéphane pour ces précisions.


Merci.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire