Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Les VTC vont se faire plus rares et plus chers avec la loi Grandguillaume

Dans Economie / Politique / Social

Les VTC vont se faire plus rares et plus chers avec la loi Grandguillaume

L'application de la loi Grandguillaume va supprimer plusieurs milliers de VTC, principalement à Paris. Il sera donc moins facile d'en trouver un et les prix aux heures de pointe pourraient augmenter.

Nous vous en parlions au début du mois, la loi Grandguillaume met fin au statut LOTI dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Avec le statut LOTI, on pouvait devenir chauffeur de manière simple, mais on devait alors transporter au moins deux personnes à la fois, une contrainte pas vraiment respectée.

La loi va donc interdire aux chauffeurs avec statut LOTI de travailler pour les grandes plateformes comme Uber ou Chauffeur Privé. Ce changement va avoir un impact direct sur le nombre de VTC en circulation, avec les emplois qui vont avec. Yves Wesselberger, qui a créé Snapcar, a déclaré au Huffington Post "Je dirais que 5 000 chauffeurs vont s'arrêter (...). Le nombre de VTC va passer de 30 000 à 25 000, ou de 25 000 à 20 000", les chiffres officiels manquants.

L'application de la loi se fera surtout sentir à Paris, où exerçait une large majorité des conducteurs avec le statut LOTI. Pour les usagers, il sera alors plus difficile de trouver un chauffeur aux heures de pointe. Cela pourrait se ressentir dans la nuit du Nouvel An. Surtout, une hausse des prix est fort probable car la demande reste la même pour une offre en baisse.

Si certains pointent du doigt un plan social d'envergure, pour d'autres il fallait faire du ménage. La loi ayant été votée fin 2016, les chauffeurs concernés ont eu une année pour se mettre en règle. Le ministère des Transports a notamment mis en place une équivalence, sous condition de fournir des fiches de paie sur douze mois. Problème : beaucoup travaillaient en étant autoentrepreneurs. Il faut alors en passer par l'examen de passage (ce qui n'était pas le cas avec le statut LOTI), mais celui-ci est difficile, avec un faible taux de réussite.

Mots clés :

Commentaires (24)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le gouvernement continue de tuer l'emploi, en toute impunité... Ces 5000 gus se retrouveront au chômage pendant une courte période, juste avant de voir leur nom rayé de la liste des demandeurs d'emploi après X temps. Seul moyen pour que nos dirigeants puissent dire "regardez, le chômage baisse, il y a moins de gens inscrits sur les listes !". Et la masse gobera cela, tel le pigeon dégustant son savoureux grain de maïs...

Par

En réponse à LittlePaulie

Le gouvernement continue de tuer l'emploi, en toute impunité... Ces 5000 gus se retrouveront au chômage pendant une courte période, juste avant de voir leur nom rayé de la liste des demandeurs d'emploi après X temps. Seul moyen pour que nos dirigeants puissent dire "regardez, le chômage baisse, il y a moins de gens inscrits sur les listes !". Et la masse gobera cela, tel le pigeon dégustant son savoureux grain de maïs...

Tout à fait, pourquoi ne pas laisser le marché du transport des personnes se réguler tout seul ? A la fin seules les offres les plus intéressantes resteront. Tant pis si le terminal cb des taxis est toujours en panne .

Par

De toute façon ce métier va disparaître dans une dizaine d'années avec les voiture autonomes

Par

En réponse à yanou 05

Tout à fait, pourquoi ne pas laisser le marché du transport des personnes se réguler tout seul ? A la fin seules les offres les plus intéressantes resteront. Tant pis si le terminal cb des taxis est toujours en panne .

Se réguler tout seul ça veut dire juste dire qu'un acteur qui a un budget marketing et investissement illimité comme UBER prendrait le controle du système avec d'un coté des chauffeurs réduits en demi-esclavage et de l'autre des prix clients qui augmenteraient quand ils auraient étouffé la concurrence. Il vaut mieux un peu de régulation même si avec tous les lobbys qui agissent dans ce domaine il est difficile de faire une bonne loi.

Par

En réponse à raymonda

Se réguler tout seul ça veut dire juste dire qu'un acteur qui a un budget marketing et investissement illimité comme UBER prendrait le controle du système avec d'un coté des chauffeurs réduits en demi-esclavage et de l'autre des prix clients qui augmenteraient quand ils auraient étouffé la concurrence. Il vaut mieux un peu de régulation même si avec tous les lobbys qui agissent dans ce domaine il est difficile de faire une bonne loi.

Si y'a des chauffeurs qui sont volontaires pour aller bosser en demi esclavage , c'est leur problème non ?

Par

En réponse à charly_chine

Commentaire supprimé.

Je ne vois pas ce que les taxis, lourdement réglementés, ont avoir la dedans. La source du problème vient des chauffeur VTC eux mêmes qui ont récemment manifestés pour leur conditions de travail. L'article dit d'autant plus que les chauffeurs ont eu un an pour se mettre en conformité, il s'agit juste d'un examen (d'ailleurs moins difficile que celui du taxi).

Le mieux serait évidemment une seule réglementation, la plus légère possible pour tous les acteurs du transport.

Par

En réponse à ToyWax

Je ne vois pas ce que les taxis, lourdement réglementés, ont avoir la dedans. La source du problème vient des chauffeur VTC eux mêmes qui ont récemment manifestés pour leur conditions de travail. L'article dit d'autant plus que les chauffeurs ont eu un an pour se mettre en conformité, il s'agit juste d'un examen (d'ailleurs moins difficile que celui du taxi).

Le mieux serait évidemment une seule réglementation, la plus légère possible pour tous les acteurs du transport.

Les syndicats de Taxi ont beaucoup de relations avec le gouvernement, aidant donc à faire passer des lois à leur avantage.

Par Profil supprimé

Si on trouve que le service (Taxi ou autre) est trop cher, on ne le prend pas ou le moins possible, c'est aussi simple que cela.

Pour info, à la base les licences de Taxi sont gratuites. Pour en obtenir une il faut que le chauffeur s'inscrive en mairie, là où il veut exercer et attende son tour. Ce dernier est malheureusement beaucoup trop long (10-15 ans), ce qui explique que les licences se sont revendues à prix d'or entre eux (env. 200 000€ voire plus).

Les licences sont revendables au bout de 5 ans si elles ont été elles-mêmes rachetées, ou au bout de 15 ans si elles ont été acquises gratuitement en mairie

Les licences acquises à compter d'octobre 2014 ne sont pas revendables.

Par

encore une fois bravo la France de soutenir les taxis qui ne servent à rien.

Par

En réponse à charly_chine

Les syndicats de Taxi ont beaucoup de relations avec le gouvernement, aidant donc à faire passer des lois à leur avantage.

Tout à fait . Macron & cie ne se déplacent qu'en Prius de la G7 ...:coolfuck::cyp:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire