Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Mercedes : la bourse trop gourmande ?

Dans Economie / Politique / Marché

Mercedes : la bourse trop gourmande ?

Cette semaine, Mercedes a annoncé ses excellents résultats financiers dans une période troublée par le scandale Volkswagen et le relatif ralentissement de l’économie chinoise. Une réussite qui aurait dû être logiquement saluée par des places boursières que l’on voyait prêtes à cajoler l’action de l’étoile. Pourtant, c’est tout le contraire qui s’est produit. Pourquoi ? Il faut croire que le poids des mots compte plus que la réalité des chiffres.

La bourse est-elle encore une place où l’on y réfléchit et où la rationalité y a un tantinet encore mise ? On peut s’interroger avec ce cas Mercedes. Voilà une entreprise qui annonce un bilan sans faille et une solidité qui fait plaisir à voir dans une automobile attaquée sur ses normes antipollution et à la merci d’un marché chinois versatile. Concernant ce dernier point, dans une conjoncture marqué par la perte de vitesse de la croissance dans l'Empire du Milieu, le groupe Daimler, dont Mercedes fait partie, y a vendu l'an dernier 41% de voitures de plus qu'en 2014.    

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si le patron Dieter Zetsche ne s’était laissé aller à une analyse objective de la situation, à une franchise que les indicateurs favorables autorisaient : « l'environnement économique mondial recèle plus de risques que de chances » a déclaré M. Zetsche. « Le taux de croissance en Chine va être plus modéré ». Et d’envisager une hausse en volume du marché automobile de l'ordre de 3% à 4% cette année puisqu’il s’agira d’investir massivement, dans la numérisation, dans l'électrique tout en assumant la transition du modèle classe E.

Une prudence affichée qui n’a pas été appréciée par les investisseurs. Après ces propos, l'action Daimler perdait 3,87% à 60,53 euros à la Bourse de Francfort, bonne dernière du Dax, parce que « les prévisions doivent être considérées comme conservatrices » selon les analystes. Une frilosité incomprise du patron de Mercedes qui se défend : « je ne vois pas de tonalité prudente dans les pronostics. Après un record absolu nous prévoyons une nouvelle progression ». Certes, mais la spéculation à ses raison que la raison ne connait pas.    

Inscription à la newsletter
Daimler

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (16)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Même chose pour Ford,Ferrari....etc.Trouillards et moutonniers les boursicoteurs:encore plus en ce moment ou il ne savent plus a quel saint se vouer.

Par

Peut être que la bourse était déjà au courant du fait que Merco rejette trop de NOx sur ses modèles Blouteck :ange:

Par

La bourse ne tien pas compte de la réalité mais seulement de tout ce qui peut aider à la spéculation.

C'est un fléau.

Par

On est en pleine folie boursière actuellement avec des sociétés qui, tout en faisant des bénéfices mais moins que prévu, perdent 40 % de leur valeur, et d'autres comme ici qui battent tous les records ( ventes, bénéfices) reculent parce que l'on annonce juste une croissance moindre dans une conjoncture plus difficile.

C'est de la mauvaise spéculation et la réalité économique, même si elle s'assombrit, finira par reprendre ses droits avec une appréciation plus juste des sociétés cotées.

Par

La bourse s'aligne à la qualité des dci. ...

Par

Ce qu'il y a de rigolo (façon de parler) avec la Bourse, c'est qu'il y a environ deux décennies, c'était un domaine ou le délit d'initié était sévèrement puni, du moins quand il était connu. Nos gouvernants, nimbés de leur belle auréole dorée, continuent à essayer de nous faire croire que cela continue à se passer comme ça, alors que tout le monde sait que la SEULE façon de gagner en Bourse (à coup sûr) de nos jours est d'être initié.

Je pense qu'une sommité en mathématiques a démontré que jouer en Bourse, ou jouer au Lotto, revient à peu près au même...pour le petit épargnant.

La Bourse irrationnelle ? Je n'en suis pas si sûr. Beaucoup perdent, quelques-uns gagnent, et à l'image du monde actuel, les petits n'en finissent pas de donner de l'argent aux gros et gras.

J'ai perdu beaucoup, il y a près de 20 ans. Je ne touche plus aux actions et je conseille à chacun de faire de même.

Lorsqu'il n'y aura plus que les requins entre eux, et plus rien à dévorer sur le dos du menu fretin, ce sera bien plus marrant de les voir se bouffer les uns les autres.

Par

La bourse ne sais plus où donner de la tête...

L'état actuel du marché reflète finalement l'état d'esprit fébrile et l'aversion aux risques des investisseurs, occulté par les différentes actions d'urgence pour stabiliser les choses.. Le Vix (indice de la peur) est remonté à des sommets...

Les politiques de Quantitative Easing des banques centrales pour relancer l'inflation (si déflation, c'est le prémisse d'une récession...), dont l'effet est annulé par le pétrole bas, le spectre d'une croissance mondiale atone à cause de la récession chez certains membre des "BRICS" que la croissance affaiblie en Chine ne peut compenser...

A cela s'ajoute que les taux trop faible pour que les banques puissent faire du profit (alors que l'investissement devrait être boosté... si les perspectives économiques étaient meilleures), provoquant une bulle immobilière dans un marché tendu qui pourrait éclater (la pierre étant une valeur "refuge" accessible par crédit à faible taux donc le prix atteint des sommets...), la "bulle du Schiste" liée au prix du baril trop faible (baisse de la demandé, politique "part de marché" de l'Arabie, arrivée de l'Iran et division de l'OPEP) pour une production économiquement viable aux US pourtant en situation d'autosuffisance, des créances toxiques en Italie... Et enfin, l'ensemble est de tout ceci est englobé par une instabilité des changes entre devises, à cause des différents indices macroéconomiques publiés à tout va... qui diffèrent d'un mois à l'autre (PMI, Chômage, stock de pétrole)...

En gros, la vue d'ensemble renforce l'incertitude sur l'avenir, l'impression des investisseurs étant d'être passager dans une voitures sans conducteur lancées à 250km/h dans un flux dense de voitures autonomes roulant à des vitesses différentes... et chacun sait qu'il va y avoir un carambolage mais où et quand? Personne ne sais, alors on fait en sorte de changer "en marche" de voiture pour faire partie de ceux qui éviteront l'accident...

Par

Dieter est un prince, il conduit le bateau Mercos comme un Riva..!!

Par

En réponse à Dumbphone

Ce qu'il y a de rigolo (façon de parler) avec la Bourse, c'est qu'il y a environ deux décennies, c'était un domaine ou le délit d'initié était sévèrement puni, du moins quand il était connu. Nos gouvernants, nimbés de leur belle auréole dorée, continuent à essayer de nous faire croire que cela continue à se passer comme ça, alors que tout le monde sait que la SEULE façon de gagner en Bourse (à coup sûr) de nos jours est d'être initié.

Je pense qu'une sommité en mathématiques a démontré que jouer en Bourse, ou jouer au Lotto, revient à peu près au même...pour le petit épargnant.

La Bourse irrationnelle ? Je n'en suis pas si sûr. Beaucoup perdent, quelques-uns gagnent, et à l'image du monde actuel, les petits n'en finissent pas de donner de l'argent aux gros et gras.

J'ai perdu beaucoup, il y a près de 20 ans. Je ne touche plus aux actions et je conseille à chacun de faire de même.

Lorsqu'il n'y aura plus que les requins entre eux, et plus rien à dévorer sur le dos du menu fretin, ce sera bien plus marrant de les voir se bouffer les uns les autres.

J'ai suivi le même chemin que vous.Au grand dam du conseiller financier et des "experts" de ma banque.Compréhensible:a chacun de leurs placements bidon,ils palpaient.Ils continuent a proposer,mais il suffit de leur demander le contrat du "placement du siècle" pour que la discussion s'arrête comme par miracle.

Par

En réponse à p.martin.pm

J'ai suivi le même chemin que vous.Au grand dam du conseiller financier et des "experts" de ma banque.Compréhensible:a chacun de leurs placements bidon,ils palpaient.Ils continuent a proposer,mais il suffit de leur demander le contrat du "placement du siècle" pour que la discussion s'arrête comme par miracle.

Tout a fait d'accord avec ces propos. Le délit d'initié n'est juste créé pour ceux qui touchent et qui n'auraient pas du. Les exemples ne manquent pas. Les transactions se font dans le 1/100 de seconde.

Logique vous prêtez de l'argent à votre ami pour qu'il monte une société de nettoyage. Il achète un balai et une serpillière et reçoit un coup de fil en souriant. Vous imaginez qu'il vient d'obtenir un contrat et hop la société vaut plus, et vous lui demandez aussitôt le remboursement du prêt. Eh bien voila la bourse.

Et encore dans mon exemple, il y a un brin de logique palpable, ce qui n'est plus le cas actuellement, car ce sont des modèles mathématiques élaborés qui décident de l'achat et revente dans les millième de seconde. Si quelqu'un peut m'éclairer sur la nécessite pour notre société d'un tel système qu'il n’hésite pas à m'expliquer, car moi je ne comprends pas ou plutôt si, pour la cupidité sans limites de certains.

Hollande devait s'y attaquer. On attends la mise en action.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire