Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir

Dans Moto / Nouveauté

Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir

Le prochain qui osera vous dire que les motos électriques ne pourront jamais remplacer les vrais deux-roues d'aujourd'hui en terme de performances, vous pourrez lui donner le lien de cet article pour qu'il révise son jugement. En effet, cette curiosité électrique vient se placer directement en concurrence avec le Superbike de chez Vectrix (enfin à 60 ch d'écart quand même). Mais là ou il s'affirme, c'est qu'il arrive à conjuguer performances, autonomie et esthétique. Je vous présente le Mission One.


J'avoue que quant j'ai commencé mes recherches sur cet engin, j'étais assez dubitative sur ce qui était annoncé. Mais pour le coup, il faut reconnaître que les chiffres mis en avant sont plutôt surprenant. Jugez par vous même : 140 chevaux pour une vitesse max de 240 km/h et une autonomie de 240 km avec une vitesse moyenne de 70 km/h et pour ce qui est du couple la One offre 136 Nm de 0 à 6 500 tr/min. Nous ne sommes pas loin des performances des actuels 600. Ca donne envie non ?


Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir


A l'origine de ce projet, un ancien de chez Tesla qui a su travailler sur ce projet pendant des années et en parallèle confier le côté esthétique au designer français Yves Béhar. Si l'on se penche sur la fiche technique, on retrouve pourtant la base de tous les véhicules électrique que l'on voit actuellement : à base de batterie Lithuim-Ion avec un système de refroidissement liquide. Nous ne connaissons pas le poids de la bête, mais à côté de cela, la société à l'origine du concept s'est fourni dans des valeurs sûres, comme pour les freins : des Brembo double disque diam. 310 mm et étriers radiaux, des fourches Öhlins de diamètre 43 mm à l'avant. Petit clin d'œil aussi aux jantes aluminium forgé Marchesini.


Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir


Ce qui est le plus surprenant c'est l'autonomie de cette machine, elle est trois fois supérieure à ce que l'on retrouve sur le marché. Maintenant à voir en vrai, car tout cela est sur le papier (bien qu'il y a eu quelques essais réalisés devant des journalistes du milieu). Pour la recharge, la Mission One aurait besoin de 2h à 240 Volts ou 8h à 120 Volts.


Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir


Même si certaines pièces, comme vous avez pu le voir plus haut, ne sont pas des « créations » pures et dures, nous pouvons quand même saluer la performance de cette équipe qui nous laisse espérer un futur un peu moins morose sans notre bon vieux moteur à explosions… Enfin, aujourd'hui, l'espérance est à 50 000 euros tout de même.


Le site de Mission One Motorcycle


Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir


Mission One Motorcycle : 0% pollution, 100% plaisir


Mots clés :

Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 oui et elle sera bridé a combien en france ?? 100 ch aussi ? a non sa sera en watts ! MDR !!

Par Anonyme

Visiblement, tout ces beaux chiffres ne sont pour le moment qu'un objectif à atteindre. Quand il sera atteint ce sera très bien mais rien n'est fait. On lit sur le site "récupération de l'énergie au freinage pour recharger les batteries", comme sur tout bon véhicule électrique qui prétend à une autonomie décente. Mais je me demande comment on récupère cette énergie si on utilise de beaux freins à disques Brembo classiques ! Car dans ce cas, toute l'énergie est perdue en chaleur...

Par Anonyme

et comment on fais pour tomber les rapports pour avoir une bonne sortie en courbe ?

Par Anonyme

l'énergie perdue dans les disques de frein n'est absolument rien par rapport à la force électro-motrice qui sera engendrée par la bête en décelération...    non je trouve ça bien, dommage qu'elle soit.......................................... aussi moche!!

Par Anonyme

Hélas, la "force électro-motrice engendrée par la bête en décélération" implique l'usage du moteur (électrique) réversible en tant que frein, ce qui, avec une propulsion, engendrera des risques de blocage de la roue arrière (ce serait bien adapté avec un véhicule de type traction avant). Quand la forte décélération aura transféré tout le poids sur la roue avant il ne faudra rien espérer retirer de l'arrière.

Par Anonyme

Exact 13:36, le problème est classique, mais on pourrait imaginer une récupération d'énergie sur l'avant, attention au poids, sauf à combiner freinage et récupération, avec un stator lenticulaire ? :confused: Ce n'est pas prévu sur celle ci. On pourra noter que sur le plan esthétique - variablement apprécié - le mode électrique donne une grande liberté au designer, beaucoup de composants n'existant plus. La bonne nouvelle est que l'on pourra continuer à tracer, la mauvaise, c'est que cela sera en silence ... :cyp:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire