Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto 2: Un team manager du GP250 fait un premier bilan

Dans Moto / Sport

Moto 2: Un team manager du GP250 fait un premier bilan

Le Moto 2 se révèle au grand jour à Valence et la concentration de l'ensemble du plateau annoncé en ce lieu ou les premiers chronos avec le moteur unique d'origine Honda, alimentent les conversations au sein du paddock. Hier, c'était Mike Webb qui se faisait le défenseur du quatre cylindre 600cc de dotation, mais aujourd'hui c'est un boss de team qui s'exprime. En l'occurrence Luca Boscoscuro, à la tête de SpeedUp qui engage Talmacsi et Iannone.


On rappellera que l'intéressé était le bras armé de Gilera en quart de litre si bien qu'il ne peut que regretter le temps du quart de litre. Par ailleurs, son aventure vers le Moto 2 avait mal commencé puisqu'il fait partie des éconduits d'Aprilia. Cependant ses premières impressions sur la nouvelle discipline sont intéressantes à écouter.


Pour ce qui du moteur, l'Italien se souvient que 150 ch étaient promis, « ce qui a tenté les équipes qui ont pensé qu'une Moto 2 serait au moins aussi rapide que les 250. Mais pour dire la vérité, nous ne savons pas actuellement quelle est la puissance. Mais ce qui est sûr, c'est que s'il fait 150 ch, il ne pourra tenir les 1 500 kms qui lui sont prescrits. » Car le règlement prévoit que c'est après trois courses qu'il sera révisé et redistribué aux équipes par tirage au sort.


Moto 2: Un team manager du GP250 fait un premier bilan


Le niveau général de cette nouvelle catégorie ? « Les pilotes qui ont réussi en Grand Prix venaient de la 250. On pouvait y changer les rapports de boite, travailler sur les paramètres du moteur, varier le châssis à l'infini, les possibilités de réglages étaient nombreuses… Là, on peut seulement jouer sur l'aéro et les échappements. Bon, on verra ce que fera Spies mais jusque là les pilotes du Superbike n'ont jamais marqué. »


Tout ça n'est pas très enthousiasmant à l'écouter. Peut-on au moins se satisfaire du budget ? « La saisons c'est 200 000 euros par pilote. En 250 on avait deux motos par pilote, là, on en a qu'une seule. Si l'on compare vraiment, il n'y a pas tellement de différence. Au départ, ça devait être bien moins onéreux, au final, c'est 10 à 15% moins cher au grand maximum. »


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

et toc!!!! voilà qui est dit

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire