Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto GP - Ducati: Quand un Japonais explique aux Italiens comment faire une moto

Dans Moto / Sport

Moto GP - Ducati: Quand un Japonais explique aux Italiens comment faire une moto

On sait que Masao Furusawa, l'ex responsable du projet M1 pour Yamaha, a été tiré de sa paisible retraite dans son jardin japonais par une usine Ducati en mal d'inspiration pour sortir de son marasme. Une initiative révélée par le journaliste Akira Nishimura. Et qui était aussi de nature à convaincre Valentino Rossi de rester si les Italiens réussissaient la gageure de faire rentrer à Bologne l'intéressé pour construire la Desmosedici de demain.


Mais Furusawa San n'a pas voulu du challenge et, depuis, Valentino Rossi a décidé de s'en retourner dans le box frappé des trois diapasons. Un délai que le Japonais a jugé suffisant pour rappeler les détails de cette aventure. Un compte-rendu qu'Andrea Dovizioso, le nouvel Italien pour deux ans chez les rouges, lira sans doute avec un intérêt particulier, teinté d'une certaine angoisse. Car il révèle l'ampleur de la tâche qui l'attend !


De quoi ont parlé Furusawa et Preziosi ? De comment faire une bonne moto. Et à découvrir, sur motomatters, le récit du premier cité, il semblerait que le second ait quelques difficultés à cerner le sujet. Lisez ce qui va suive, c'en est presque humiliant pour le transalpin : «  Je lui ai parlé des fondamentaux, de la façon dont devait être conçue la moto. Il était très impressionné et voulait que j'en parle à ses collègues. Deux jours plus tard, Filippo a fait venir son ingénieur châssis et nous avons de nouveau discuté, chez lui. Nous n'avons parlé que de généralités et d'approches scientifiques que j'avais utilisées avec nos motos. »


« Chez eux, quand ils parlent de suspensions, ils mesurent toujours tout en termes de 'rigidité'. Pour moi, on doit étudier les 'fréquences' pour que celle des suspensions avant et celle de l'arrière soient très proches l'une de l'autre. Ça rend le transfert de poids plus souple. » Donc, à bien comprendre, l'approche de l'ingénieur Ducati est déjà, à la base, viciée.


Mais le Japonais poursuit : «Je lui ai demandé pourquoi il m'avait fait venir parce que si je les rejoignais et que nous obtenions de bons résultats, ça signifierait que ses conceptions précédentes étaient mauvaises. Mais si je le rejoignais et que nous ne faisions pas mieux, ça aurait signifié que sa décision de me faire venir n'était pas la bonne. Je lui ai dit : 'D'une façon ou d'une autre, tu auras toute la responsabilité. Pourquoi prendre un tel risque ?' Filippo m'a tout de suite répondu : 'Peu importe si je perds ma position. Ce n'est pas important. La seule chose que je veuille, c'est rendre notre moto meilleure.' Quand il m'a dit ça, je me suis dit qu'il avait vraiment l'esprit d'un samurai…" Ou d'un désespéré ?


Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 Très intéressant! J'aurais bien aimé qu'il lui montre comment on fait une moto...

Par Anonyme

Magnifique !!! ça, ça me plait. Cela prouve bien que cette équipe n'est pas capable de faire une bonne machine, et cela prouve bien que Rossi n'y était pour rien! Il n'a pas conduit Ducati dans la galère, ce sont leurs méthodes, c'est de leur faute! Je comprends maintenant pourquoi Rossi n'avait quasi plus de contact avec Preziosi. Cela va faire taire bien des détracteurs :-) !!!

Par Anonyme

Voila qui donne tout a fait raison au grand Rossi !

Par Anonyme

Voila, il suffisait de cela pour prouver à tout le monde l'incapacité des gens de Ducati à construire une machine qui gagne. Ils ont leurs théories et leurs méthodes qu'ils veulent absolument suivre, ils sont sûrs de faire bien alors qu'ils n'arrivent à rien... Je comprends le choix de Rossi, après plus d'un an de patience, ils n'ont rien amélioré. Qu'il les laissent se débrouiller et aille sur une bonne machine pour nous faire vivre des courses pationnantes !

Par Anonyme

 Holaaa, ce n'est pas comme si Ducati n'avait jamais gagné !! toute les usines ont eu des années difficiles, ou en etait Honda de 2007 a 2010 ??? Hayden etait a 5 ou 7 dixieme des meilleurs, ce n'est pas 5 secondes hein ???? Ducati reste en GP et c'est trés courageux, ou sont les Suzuki, Kawa, Triumph, Ktm, BMW et autres ???? Ducati SAVENT faire des motos et ils y arriveront avec ou sans Rossi, je prend les parris !!!! 

Par Anonyme

ca montre surtout qu'un moteur n'est pas tout et renforce encore davantage l'exploit de stoner en remportant 22 victoires avec la ducati.  Un pilote horne norme.

Par Anonyme

Mdrrrr les pro Rossi qui vont se lacher sur Ducati qui a jamais su faire de moto, mais y a pas si longtemps, c'était la meilleure moto du monde, y avait qu'a visser à fond et laisser l'électronique gérer le reste       :ddr: .....  Bravo Stoner, t'as fait des exploits

Par Anonyme

C'est Rossi qui n'a jamais su faire de moto .On en a la preuve depuis deux ans .

Par Anonyme

Stoner un pilote qui a trouvé la clé de la Ducati parceque son pilotage naturel s'y prétait ,c'est pas plus compliqué que ça,il n'empêche que la gp7 etait réellement supérieure à la M1 ou la RCV 2007,il aurait eu l'une ou l'autre de ces motos,jamais il aurait autant écrasé la concurence comme il a pu le faire avec la gp7 et ses bridge.

Par Anonyme

Avec stoner aussi, arrivé chez ducati il gagne, plus les années passent et moins il gagne. arrivé chez honda il gagne, la saison d'après il est à nouveau largué. Quel développeur, c'est clair qu'en voyant le nombre de tour qu'il fait en pré-saison, il doit en faire du développement... Décidément y'en a qui savent pas réfléchir

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire