Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Moto GP: La nouvelle donne s'installe en 2014

Dans Moto / Sport

Moto GP: La nouvelle donne s'installe en 2014

Les Moto GP engagées dans le Championnat du monde par les grands constructeurs, vont devoir céder un peu plus de leur terrain de jeu, dès l'an prochain, à des machines moins officielles mais néanmoins très performantes.


Dans un soucis d'abaissement des coûts, les CRT - moteur issu de la série et enserré dans un châssis artisanal - ont déjà permis, depuis l'an dernier de doubler le nombre de concurrents sur la grille de départ pour le porter à vingt-quatre.


L'an prochain, Honda et Yamaha se sont engagés auprès de la Dorna, détentrice des droits d'organisation du Moto GP, à louer ou vendre leurs produits à des écuries privées. Un système qui a déjà fait ses preuves à partir des années 70.


"Honda vendra des motos prêtes à courir pour cinq pilotes", a expliqué à l'AFP, en marge du Grand Prix d'Espagne, Hervé Poncharal, président de l'Association des écuries de moto de vitesse (Irta) et patron de l'écurie française Tech3.


Le prix oscillera aux alentours d'un million d'euros pour deux motos par pilote, maintenance moteur incluse mais excepté les pièces détériorées par des chutes. Honda avance que les performance de ses "compétitions-clients" ne seront pas inférieures de plus de 5% à celles de leurs motos d'usine. Si l'écurie veut conserver ses motos pour 2015, elle bénéficiera en outre de toutes les évolutions moyennant 500.000 € supplémentaires.


De son coté, Yamaha va louer des blocs moteurs pour environ 800.000 € par pilote et par saison. A charge pour l'écurie intéressée d'acheter ou de construire un châssis autour.


Ces nouvelles possibilités interviennent alors que les CRT progressent à vue d'oeil.


"Elles coûtent environ 1,5 million d'euros aux écuries mais il est vrai qu'après une année de rodage, leurs performances se sont beaucoup améliorées", a commenté Poncharal.


Au Texas, Aleix Espargaro (Aprilia) a terminé premier de la séance de qualification Q1, devançant des MotoGP et samedi, à Jerez, Hector Barbera (FTR Kawasaki) a pris une surprenante 7e place lors de la troisième séance d'essais libres, à seulement 6/10e de seconde du meilleur temps de Cal Crutchlow (Yamaha Tech3).


"Le développement effectué durant l'hiver, ajouté à la mise à disposition par Bridgestone de pneus spéciaux, ont permis d'effacer une partie du handicap rencontré l'an dernier", a ajouté le patron de Tech3.


Les écuries auront donc tout loisir de choisir parmi les nouvelles possibilités offertes dans le cadre des accords (2012-2016) signés entre la Dorna et la Fédération internationale motocycliste (FIM).


Pendant ce bail de cinq ans, Honda, Yamaha et Ducati se sont engagés à fournir quatre motos d'usine par constructeur.


Ces douze machines sont limitées à cinq moteurs par saison. Elles pourront utiliser leur électronique embarquée +maison+ mais auront un réservoir limité à 20 litres l'an prochain.


En revanche, toutes les autres motos en piste auront la permission d'utiliser jusqu'à douze moteurs, d'emporter 24 litres d'essence mais devront disposer d'une même électronique "championnat" imposée, a priori moins compétitive que celles des usines.


"Les écuries ayant décidé par exemple de louer des moteurs Yamaha, qui seront identiques aux nôtres, pourront disposer de quatre litres de carburant supplémentaires, ce qui leur permettra un gain de puissance et nous promet de belles empoignades", a assuré Hervé Poncharal.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire