Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto GP - Les coulisses de la saga du Ninja révélées par Jean Christophe Ponsson: Episode 2 les manoeuvres de l'ombre

Dans Moto / Sport

Moto GP - Les coulisses de la saga du Ninja révélées par Jean Christophe Ponsson: Episode 2 les manoeuvres de l'ombre

Les coulisses de la saga du Ninja vécues par celui qui a été au plus au fait des choses, c'est l'aventure que Caradisiac Moto vous propose au travers de cet entretien franc et direct avec Jean Christophe Ponsson. Dans le premier épisode, nous vous avions relaté comment le boss du Gil Motorsport avait réussi à se positionner auprès de Carmelo Ezpeleta pour prétendre à la reprise des activités de Kawasaki en Moto GP.


Un projet grandiose mais qui n'a pas été si loin d'aboutir comme nous allons le voir. En attendant, passons à l'acte deux, celui des manoeuvres de l'ombre, car l'arrivée des intentions de M.Ponsson dans le microcosme du Moto GP a fait bouger les lignes:


Jean Christophe Ponsson, nous vous avions laissé au stade du coup de fil donné à Carmelo Ezpeleta au travers duquel vous aviez, dites vous, positionné le Gil Motorsport pour reprendre les activité de Kawasaki en Grand Prix. Concrètement, cela s'est traduit de quelle façon ?


J'ai sollicité et obtenu un rendez-vous à Madrid pour le vendredi 2 janvier auprès de Monsieur Ezpeleta. Mais pour des raisons médicales, il venait de se faire opérer de la hanche, il m'a ensuite


proposé ce meeting pour le lundi 5 janvier.


Comment s'est déroulée cette rencontre ?


La réunion a duré quatre heures. Il en est ressorti que Carmelo Ezpeleta avait rendez-vous le 8 janvier au Japon avec KHI (Kawasaki Heavy Industrie) et qu'à cette occasion il leur transmettrait ma proposition ainsi que les autres possibilités qui lui avaient été aussi soumises afin que KHI puisse étudier les dossiers des éventuels repreneurs.


Kawasaki a-t-il été attentif à votre démarche ?


Plutôt puisque ce même 8 janvier, KHI a autorisé Carmelo Ezpeleta à transmettre à Gil Motorsport les adresses email et coordonnées téléphoniques des décideurs au Japon. Ce dernier m'a également demandé de recontacter Michael Bartholemy afin d'étudier un éventuel rapprochement. Le 9 janvier 2009, le contact direct est établi entre KHI et Gil Motorsport. Un certain nombre d'email est échangé et le 15 janvier, KHI m'invite à venir les rencontrer sur les tests de Phillip Island du 19 au 21 janvier ou la semaine suivante au Japon.


Moto GP - Les coulisses de la saga du Ninja révélées par Jean Christophe Ponsson: Episode 2 les manoeuvres de l'ombre


Les choses prennent effectivement une tournure on ne peut plus officielle. Êtes vous allé en Australie ?


Non, car compte tenu des circonstances, j'ai estimé que c'était au Japon qu'il fallait en discuter. Je leur ai donc proposé d'aller les rencontrer chez eux le 27, 28 ou 29 janvier. Le rendez-vous a été pris, KHI préférant le 30 janvier. Je leur ai précisé dans le même temps que la délégation du Gil Motorsport serait de quatre personnes.


Quatre personnes. Et parmi elles, Michaël Bartholemy ?


Pas du tout. J'ai pris contact, à deux reprises, avec Michael Bartholemy dans le but de satisfaire la demande de Carmelo Ezpeleta pour envisager une collaboration entre Gil Motorsport et lui même.


Deux rendez-vous sont organisés pour lesquels Michael Bartholemy n'a pas pris la peine de les décommander. Dans le magazine hebdomadaire Moto Revue du 22 janvier 2009, page 48, Michael Bartholemy affirme que la démarche de Gil Motorsport envers la Dorna et KHI ne tient pas la route. Ce dernier va jusqu'à déclarer que « Le Moto GP réclame de réelles compétences. Il y a des gens qui rêvent. ». Après de telles déclarations, j'ai informé Carmelo Ezpeleta que quoi qu'il arrive, il n'y aura jamais de collaboration entre Gil Motorsport et Michael Bartholemy.


Êtes vous un rêveur Jean Christophe Ponsson ?


Bon , je profite de cette question pour répondre à Michaël Bartholemy. Il a eu un team, BKM Racing. En 6 ans d'activité Supersport, il a effectué moins de courses que le Gil Motorsport sur ses 4 saisons et BKM Racing n'a aucun résultat probant sur ses six saisons. La réalité est que Jean-Christophe Ponsson a un meilleur palmarès sur ses quatre années d'activité que Michael Bartholemy sur toute sa carrière. Il suffit de regarder le comparatif Gil Motorsort / BKM Racing pour constater qu'il n'y a pas photo. La seule pôle position qu'il a son actif c'est d'être le premier à avoir mis un constructeur directement engagé en Moto GP à la dernière place du classement général de la saison Moto GP. Un constructeur directement impliqué, même dans ses plus mauvaises années, a toujours eu au classement final quelque team privé derrière lui. Bravo Monsieur Bartholemy, si je suis un rêveur, vous êtes un véritable cauchemar.


Vous envoyez sec là ! Revenons au sujet, la reprise des activités de Kawasaki en Moto GP !


Mais on y est tout à fait car figurez vous que Michaël Bartholemy n'en est pas resté à cette déclaration de presse. le 19 janvier 2009, il a téléphoné à Jean-Phillipe Weber, Responsable de Michelin Compétition pour lui dire qu'il était en charge du programme du Championnat du Monde d'Endurance Kawasaki.


Dans les minutes qui ont suivi cet entretien, Jean-Phillipe Weber m'a contacté pour me faire part de cet appel étonnant. J'ai confirmé alors à Jean-Philippe Weber qu'il y avait un contrat entre Kawasaki Motors Europe département France et Gil Motorsport pour le programme Kawasaki Endurance 2009. J'ai invité Monsieur Jean-Philippe Weber à se rapprocher du Président de Kawasaki Motors France, Monsieur Tanaka, pour confirmation.


Jean-Philippe Weber n'a pas mis en doute pas une seconde ma parole et a compris la même chose que mois: Michael Bartholemy n'était déjà plus dans le programme de Kawasaki Moto GP. Par conséquent, ce dernier cherchait à nuire à Gil Motorsport. Sa réaction démontre bien qu'il n'avait pas d'idée ni d'argent à investir dans un quelconque programme sportif 2009.


Moto GP - Les coulisses de la saga du Ninja révélées par Jean Christophe Ponsson: Episode 2 les manoeuvres de l'ombre


Ok , et ce voyage au Japon alors ?


En possession des 4 billets d'avion et des réservations d'hôtel pour le séjour de la délégation Gil Motorsport au Japon les 29 et 30 janvier, départ de Paris prévu le 28 janvier, Gil Motorsport reçoit un email de la part de KHI qui l'informe qu'ils ne peuvent pas maintenir le meeting du 30 janvier et qu'ils lui feront part plus tard des accords futurs. Dès que j'ai reçu ça, je me suis dit que KHI avait déjà retenu une autre solution que ma proposition.


Et c'était le cas ?


A ce stade non puisque le samedi 31 janvier, à 14 h 30, je reçois un appel de Carmelo Ezpeleta pour avoir confirmation de certains points qui avaient déjà été évoqués entre nous. Durant toute l'après midi, Carmelo Ezpeleta m'a passé entre 4 et 5 appels il a fini par me demander, vers 19 h, s'il serait possible que je me rende à Madrid le lendemain matin à 9 h 30 car la délégation japonaise de KHI


y avait fait le déplacement. Bien sûr, j'ai tout de suite pris mes dispositions et le meeting avec KHI a eu lieu. Il a duré 7 heures le dimanche 1er février à Madrid.


Prochain et dernier acte: De la joie à la déception .


Nous précisons que ce jour 14 mai 2009, nous avons téléphoniquement avisé Michaël Bartholemy des propos tenus dans cet entretien, dans le cas où il voudrait user d'un droit de réponse.


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Daaaaaaaaaaaaallaaaaaaaaaaasssssssssssssss :sol:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire