Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto GP: Valentino et ses gommes

Dans Moto / Sport

Moto GP: Valentino et ses gommes

Que Valentino Rossi manque de réussite cette saison, tout le monde en est d'accord. Néanmoins, il ne faudrait pas oublier l'importance des choix techniques dans ce qui pourrait bien apparaître comme la perte du titre, cette année, pour « Vale ».


Certes, il y a eu la chute d'Assen, mais il y a eu d'abord un châssis Yamaha rétif, en proie à de récurrents problèmes de « chattering » qu'il a fallu revoir de fond en comble. Phénomène partiellement éradiqué mais solution finalement non trouvée, puisque la M1 de 2006 ne supporte toujours pas les pneus de qualification et ne se révèle qu'une fois ses gommes usées et son réservoir allégé, en condition de course.


Moto GP: Valentino et ses gommes


Et c'est du côté des pneus qu'une énigme subsiste. Qu'en Chine, lors du Grand Prix, un pneu avant se lacère, cela peut certes être mis sur le compte d'un total manque de réussite. On peut tomber sur une mauvaise série. Bien que Michelin réfute cet argument, ayant, en son temps, déclaré qu'il n'avait trouvé aucun défaut, tout en s'excusant. Un sacré tour de force rhétorique. Reste que pour Yamaha, le pilote d'essai Michelin Jurgen Vd Goorbergh tourne tant et plus pour assurer l'osmose entre les boudins auvergnats et la M1. On cogite donc de part et d'autre sur ce secteur technique.


Mais ce souci de gomme est réapparu à Laguna Seca. A l'arrière cette fois. Mine de rien, ça commence à faire beaucoup pour une maison clermontoise connue pour son sérieux et son efficacité. Sur ce point, il n'y a pas eu, aux Etats-Unis, de débats comme en Chine. Car tout de suite après, c'est la mécanique qui a cédé donnant à l'abandon une connotation plus consensuelle.


Moto GP: Valentino et ses gommes


Alors, quid des gommes de cette M1 et jusqu'à quel point le châssis Yamaha torture-t-il ses pneus ? Chez Honda, il n'y a pas d'incidents de cette nature et les clients Bridgestone n'ont pas eu l'occasion de constater leurs montes partir ainsi en lambeau depuis le début de la saison. Le phénomène paraît bien se circonscrire à la machine n°46. Ce qui ne suffit néanmoins pas de se contenter de la seule malchance pour l'expliquer.


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

le docteur manque sans doute de chance, mais je pense que les michelin ont tout simplement difficiles à s'adapter à un pilotage extrème comme le sien. Un pilote comme lui a besoin du meilleur matos. Il gagne déjà avec ce qu'il a.. imaginez avec une Honda...il termine avec un tour d'avance !!

Ils devraient devraient peut être créer le michelin46.. adapté aux fous !! (ou devrais-je dire aux génies ?!?)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire