Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Moto2 - Accident mortel de Salom : Le rapport final

Dans Moto / Sport

Moto2 - Accident mortel de Salom : Le rapport final

C'est la conclusion, le dernier chapitre d'une histoire douloureuse de la moto. Le rapport froid et détaillé d'un drame qui s'est joué en une fraction de seconde dans un virage n°12 d'un circuit de Montmelo qui vivait sa seconde séance d'essais libres du Grand Prix de Catalogne de Moto2. Un exercice qui a scellé le sort du pilote du team SAG, Luis Salom.


Un accident mortel dont la conséquence premier a été la modification du tracé catalan afin de biffer ce virage 12 du programme. La dangerosité du secteur, une bosse maligne, ont été évoquées. Mais force est de constater qu'à l'étude du rapport, ces éléments ne sont pas retenus. Par contre, la faute de pilotage est expliquée.


Une version livrée par les données de la moto. Des courbes et des chiffres recoupés et comparés avec le meilleur tour du pilote de la moto n°39. Lors de ce tour idéal, le freinage au virage n°12 a été sans problème, l'accélérateur passant de 100 à 0 %. Mais au moment de l'accident, l'accélérateur ne passe pas directement à 0 %, mais reste ouvert à 45 % pendant quelques dixièmes. Les données des suspensions avant et arrière montrent alors de grands mouvements, indiquant une perte de contrôle, qui a causé la chute.


Les analystes avancent l'hypothèse d'un Luis Salom se retournant durant ce tour qui n'était pas rapide et c'est en se remettant dans la bulle qu'il s'est retrouvé légèrement hors trajectoire avant de chuter. Aucune donnée suspecte n'a été relevée avant la chute. La moto n'y est donc pour rien, pas plus que le virage n°12 lui-même.


Maintenant, c'est l'enchaînement des forces qui ont suivi qui ont été fatales pour le pilote. C'est le dégagement, le choc de la moto sur la protection gonflable et le retour de la machine sur le pilote qui ont causé le drame. Du moins, c'est qu'il nous reste à penser car cette suite n'est nullement mentionnée dans ce rapport supervisé par Danny Aldridge, directeur technique du MotoGP et envoyé à la Fédération Internationale de Motocyclisme.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire