Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Motos Taxi : Ils veulent une reconnaissance professionnelle.

Dans Moto / Pratique

Motos Taxi : Ils veulent une reconnaissance professionnelle.

La polémique commence à prendre de l'ampleur et les motos taxi n'hésitent plus à faire part de leur colère face à l'injustice de leur statut professionnel. Il est certain que c'est un métier qui est apparu il y a quelques années seulement, mais le vide juridique depuis n'a pas été comblé. C'est dans ce cadre que les pilotes de motos taxi se sont installés avec leurs montures de travail devant le Conseil d'Etat sur la place du Palais-Royal à Paris mardi dernier.


C'est pendant une heure que les 150 manifestants (250 sont recensés pour ce métier) ont montré leurs papiers professionnels en signe de revendications et une liste de demandes laissée à l'intention du gouvernement.


Ils dénoncent, à l'heure actuelle, surtout le harcèlement policier dont ils pâtissent tous les jours pendant leur travail. Le porte parole Denis Darnault explique qu'ils se font sans cesse verbaliser « pour stationnement illégal ou exercice illégal de l'activité de taxi ». Ces sociétés de transports possèdent pourtant tous des documents officiels (comme le K-Bis) et des assurances professionnelles qui couvrent aussi bien le pilote que le passager.


Dans aussi dans un autre domaine, comme ils ne sont pas reconnus comme taxi à part entière, ils n'ont pas le droit d'utiliser les voies de bus réservées et ne peuvent pas non plus stationner sur les emplacements de leurs homologues caisseux. Et quant à prendre des clients à la volée, c'est une autre histoire.


Ils ont une obligation de travailler sur « réservation » (établie sûrement par une future loi). Interdit de prendre des clients qui souhaiteraient un transport rapide sans forcément réserver. Une injustice au profit parfois de taxis « automobiliste » peu scrupuleux.


Affaire à suivre de près.


Source


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 Mesdames, Messieurs, je penses plutôt que les transporteurs de personnes à moto et scooter ne se rendent pas compte de ce que veux dire le faite d'être taxi et tout ce que cela implique comme obligations. Je crois qu'il y a un manque d'écoute d'un côté comme de l'autre pour trouver des solutions qui laisseront la part belle aux plus anciens et qui permettrai de proposer un service à 2 roues pour des clients qui le désirent. En effet la loi 95_66 qui régit les taxis est très bien faite pour leur activité et ils ont la chance d'avoir un poids non négligeable en France sur le gouvernement. Mais eux aussi ont eux l'année dernière un texte de loi les obligeant (encore une fois) à mettre en place quelques points supplémentaires (changement de type d'horodateur tarifaire avec une fiche à chaque trajets effectués, même couleur pour tous les véhicules, etc...). Ce que les transporteurs de personnes à moto et scooter demandent avant tout, c'est d'être une activité reconnue avant toute autre chose. En second point c'est un cadre juridique permettant de travailler sous certaines conditions (comme peuvent être les petites et grandes remises à ce jour mais avec quelques différences). Enfin, c'est d'avoir la possibilité de se placer aux gares et aux aéroports pour pouvoir prendre en charge leurs clients (sans démarcher les clients dans ces lieux ou dans les rues). Sur ce dernier point, ce n'est pas le gouvernement qui décidera des emplacements et si oui ou non les transporteurs de personnes à moto et scooter ont le droit d'être présent à disposition de la clientèle mais les entreprises gérants les concessions comme les gares et les aéroports. Cela implique par contre la mise en application d'un décret régional que seul le préfet de région peut mettre en place. Bref, tout ceci pour dire qu'il faut, avant d'entreprendre des actions comme cette manifestation, se renseigner sur tous les points juridiques et législatif avant de dire des choses qui ne font qu'augmenté une certaine haine entre les différents services de transport de personnes individuel. Ne serait il pas utile qu'une véritable table de négociation entre les taxi, les grandes remises, les petites remises, les shuttles, les transporteurs de personnes à 2 roues et le gouvernement soit faite afin de définir un véritable cadre où chacun puisse trouver son compte ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire