Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Nouveauté 2011 - Aprilia RSV4 APRC: L'Aprilia Performance Ride Control en guise d'apéro avant l'essai

Dans Moto / Sport

Nouveauté 2011 - Aprilia RSV4 APRC: L'Aprilia Performance Ride Control en guise d'apéro avant l'essai

L'embarquement vers le sud d'une Espagne qui va nous livrer les secrets des dernières nées de Noale que sont la Dorsoduro 1200 et la RSV4 APRC approche. En guise de prologue, attardons nous sur cette version « high tech » de la fraichement couronnée du mondial Superbike, qui compte bien nous en mettre plein la vue et signifier à la concurrence que le blason Aprilia n'est pas là pour faire banquette dans le festin des sportives.


Avec ces quatre lettres, le constructeur italien fait entrer son missile dans une autre dimension. Celle d'une technologie que l'on accorde volontiers à la teutonne S 1000RR et que l'on piaffe d'impatience de goûter chez les verts lorsque le Ninja aura envoyé au front sa dernière génération. L'équation tient en un calcul très fin entre l'accélération longitudinale de la moto et la vitesse relative entre la roue avant et celle placée à l'arrière. Le tout avec des variantes suivant l'effet recherché, comme la prise d'angle de la moto. Une prise de tête aliénée à des puces savantes qui promettent de s'occuper de tout.


Cette RSV4 qui se fait ainsi le chantre de l'Aprilia Performance Ride Control, c'est donc l'ATC (Contrôle de Traction), l'AWC (l'anti-wheelie), l'ALC (soit le premier launch control livré en série), et l'AQS (pour Quick Shift soit le bonheur de titiller les rapports sans s'occuper de l'embrayage ni de l'ouverture des gaz). Rien que pour le premier cité, l'Italienne offre à partir d'une commande dérivée de la Mana pas moins de huit possibilités de réglage: les trois premiers pour un caractère idoine pour le circuit, les deux suivants pour un tourisme rapide en phase avec le revêtement lambda, et les deux derniers pour l'asphalte glissant consécutif à une météo pourrie.


De quoi permettre aux 180 ch libérés à 12 500 tr/mn de s'occuper au mieux des 177 kilos de l'engin qui promet aussi un couple 115 Nm à 10 000 tr/mn. Mais l'électronique n'est pas tout puisque cette version se voit affublée d'une nouvelle boite dont les trois premiers rapports sont plus courts, tandis que l'on s'est penché sur une optimisation de la lubrification et sur de nouvelles pièces moteur (roulements à la place de paliers). Sans oublier un nouveau pneu arrière de 200/55-17.


Last but not least, la RSV4 s'est aussi offert un tableau de bord à deux modes. L'un classique dit « Road » et l'autre à sélectionner pour les virées en circuit justement baptisé « Race » avec les temps au tour, températures et rapport enclenché, entre autres joyeusetés. Tout ça pour 21 990 euros, soit le tarif de la compatriote 1198 S, à la lecture de la fiche technique bien plus traditionnelle.


Portfolio (44 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire