Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Nouvelle BMW Série 5 : la voiture du patron (bonus: Caradisiac a pu prendre place à bord)

Teasée depuis fin juillet, la nouvelle Série 5 est enfin intégralement dévoilée. Sans surprise, il n'est pas question de révolution : BMW fait évoluer en douceur sa routière, pour la rendre plus raffinée, plus technologique et moins gourmande en carburant. Bonus: Caradisiac a pu prendre place à bord de l'auto pour un premier contact statique. On vous raconte ça.

Nouvelle BMW Série 5 : la voiture du patron (bonus: Caradisiac a pu prendre place à bord)

Le mystère de la non-présence de la Série 5 au Mondial de l'Automobile ne sera jamais résolu. Alors que le Salon n'a pas encore refermé ses portes, BMW dévoile aujourd'hui sa nouvelle routière ! L'auto arrivera dans les concessions en février 2017.

Il s'agit de la septième génération de Série 5. La lignée totalise déjà plus de 7,6 millions de ventes. Avec un tel héritage, il n'était pas question de partir d'une feuille blanche.

La nouvelle BMW Série 5 en bref

- Septième génération.

- Moteurs essences : 252 et 340 ch. Moteurs diesels : 190 et 265 ch.

- Commercialisation en février 2017.

- Prix de base : 43 350 € (520d)

- Principales rivales : Audi A6, Jaguar XF, Mercedes Classe E…

Design : l'ancienne Série 5 croisée avec la nouvelle Série 7

Comme la majorité des nouvelles BMW, la Série 5 colle ses optiques aux haricots de la calandre.
Comme la majorité des nouvelles BMW, la Série 5 colle ses optiques aux haricots de la calandre.
Toujours élégante, la précédente Série 5 ne prend pas un coup de vieux avec la présentation de sa remplaçante.
Toujours élégante, la précédente Série 5 ne prend pas un coup de vieux avec la présentation de sa remplaçante.

 

 

Honnêtement, vous vous attendiez à être surpris ? BMW n'allait pas prendre de risque, surtout après une génération F10 appréciée. Les designers font donc évoluer par petites touches le style. Il est néanmoins aisé de reconnaître la nouvelle version en regardant les optiques : comme sur les sœurs Série 3 et 7, elles sont collées aux naseaux de la calandre. Ces derniers ont des contours plus épais et sont directement surplombés par le capot, qui intègre donc le logo.

Comme sur la 7, un insert décoratif vertical est placé derrière la roue avant. Il dynamise un profil dont le vitrage reprend le célèbre décroché Hofmeister, doublé ici par une petite nervure. À l'arrière, les feux ont toujours une forme en L. Mais ils se font plus grands… peut-être trop. Comme il est désormais de coutume chez les allemands, BMW propose du départ un kit carrosserie M pour donner un look plus sportif à l'auto.

La Série 5 semble plus étirée. Mais elle ne prend que 3 cm en longueur.
La Série 5 semble plus étirée. Mais elle ne prend que 3 cm en longueur.
Si les designers n'ont pas révolutionné le look, il est tout de même facile de distinguer l'ancienne et la nouvelle.
Si les designers n'ont pas révolutionné le look, il est tout de même facile de distinguer l'ancienne et la nouvelle.

 

À bord : fondamentaux préservés

Même refrain pour la planche de bord : un habitué de la marque ne sera pas dépaysé. Le dessin fait toujours appel à un principe cher à BMW, le layering, autrement dit des couches superposées. Les fondamentaux sont évidemment conservés : console centrale orientée vers le conducteur, instrumentation minimaliste ou encore molette iDrive pour piloter l'ensemble multimédia. L'écran 10,25 pouces est enfin tactile et reprend la technologie de commandes gestuelles vue sur la Série 7.

L'écran devient enfin tactile.
L'écran devient enfin tactile.
La planche de bord de l'ancienne Série 5.
La planche de bord de l'ancienne Série 5.

 

L'affichage tête-haute a une surface de projection agrandie de 70 % par rapport au modèle précédent. Il multiplie les informations : panneaux de signalisation, stations de radio, listes téléphoniques… Un plus pour quitter le moins possible la route des yeux.

Longue de 4,93 mètres, la Série 5 ne gagne que 3 centimètres. Mais BMW promet de l'espace en plus pour les passagers arrière. Côté confort, l'accent a été mis sur l'insonorisation avec un encapsulage spécifique du moteur, un pare-brise et un ciel de pavillon acoustiques.

Équipements : elle se gare sans conducteur

La Série 5 savait qu'elle devait avoir un arsenal technologique au top pour contrer la dernière Mercedes Classe E. En plus d'équipements devenus courants, comme l'aide au maintien dans la file avec correction de la trajectoire, l'auto fait un pas vers l'automatisation de la conduite.

De 0 à 210 km/h, la voiture peut gérer l'accélérateur, le freinage et les braquages. La 5 est également capable de se garer seule. Le conducteur descend et pilote le véhicule avec la clé, qui intègre un petit écran tactile. Modèle de chef d'entreprise par excellence, la nouvelle Série 5 est au top de la connectivité. Avec le service Microsoft Exchange, les utilisateurs de Mircosoft 365 peuvent gérer leurs e-mails depuis l'écran de la voiture. L'auto est également en mesure de faire borne WiFi.

La version hybride 530e reçoit des barrettes de calandre bleues. Sa puissance est encore inconnue.
La version hybride 530e reçoit des barrettes de calandre bleues. Sa puissance est encore inconnue.

L'offre moteurs : quatre blocs pour commencer, l'hybride dans la foulée

La Série 5 génération 2017 débutera sa carrière avec quatre moteurs, issus de la nouvelle gamme de blocs à conception modulaire. En essence, il y aura la 530i avec un quatre cylindres 2.0 de 252 ch et la 540i avec six cylindres en ligne 3.0 de 340 ch. Ces modèles seront couplés d'office (du moins dans un premier temps) à la transmission intégrale xDrive.

Côté diesels, la 520d sera dotée d'un quatre cylindres 190 ch tandis que la 530d recevra un six cylindres de 265 ch. Les moteurs abreuvés au gazole laisseront le choix entre propulsion ou transmission intégrale. BMW promet l'arrivée un mois après la commercialisation de la déclinaison hybride rechargeable 530e iPerformance, dont le moteur thermique est un 2.0 essence. Aucune valeur de puissance ou d'autonomie en mode électrique n'a été donnée.

Les ingénieurs sont partis à la chasse aux kilos en trop. Le poids perd jusqu'à 100 kg par rapport à la précédente génération. L'aéro a été soignée, avec des versions dont le coefficient de pénétration dans l'air (Cx) est de seulement 0,22.

  Essence 530i Essence 540i Diesel 520d Diesel 530d
Type moteur 4 cylindres 6 cylindres 4 cylindres 6 cylindres
Puissance 252 ch 340 ch 190 ch 265 ch
Couple maxi 350 Nm 450 Nm 400 Nm 620 Nm
Boîte de vitesses

auto 8 vit.

auto 8 vit.

méca 6 vit.

auto 8 vit.

auto 8 vit.

Transmission intégrale intégrale

propulsion

/ intégrale

propulsion

/ intégrale

0 à 100 km/h (secondes) 6 4,8 7,5 à 7,7*

5,7 / 5,4

Consommation cycle mixte (l/100 km) 6,0 6,9 4,1 à 4,5* 4,5 / 5,0
Rejets de C02 (g/km) 137 159 108 à 119* 118 / 132

* selon la boîte et la transmission

Quelles sont les concurrentes ?

Ses plus dangereuses rivales seront évidemment ses compatriotes, et surtout la Classe E. Mercedes a revu de fond en comble sa routière en début d'année, en mettant la barre haute en termes de technologies et de raffinement. Pour l'instant, l'Audi A6 est larguée, ne pouvant cacher le poids des ans. La firme aux anneaux lancera un tout nouveau modèle d'ici deux ans.

La nouvelle génération de Classe E a été commercialisée au printemps. Elle est déjà déclinée en break.
La nouvelle génération de Classe E a été commercialisée au printemps. Elle est déjà déclinée en break.
Lancée en 2011, l'actuelle A6 commence à prendre des rides, surtout suite au renouvellement de ses rivales.
Lancée en 2011, l'actuelle A6 commence à prendre des rides, surtout suite au renouvellement de ses rivales.

 

Bonus: Caradisiac à pris place bord de la BMW Série 5

La nouvelle BMW série 5 est actuellement à Paris, mais pas Porte de Versailles ! Caradisiac a en effet été invité, avec une poignée de confrères, à découvrir et prendre place à bord de la belle pour une première présentation statique. Rendez-vous était donné à midi pile ce vendredi 14 octobre au BMW Brand store, situé avenue George V à Paris. Une fois délesté de son téléphone portable (photos interdites, car il s’agit de modèles de présérie à la finition imparfaite) votre serviteur a pu approcher la nouvelle grande routière munichoise, qui sera commercialisée à partir du mois de février 2017 avec un premier prix fixé à 43 350 € pour la 520d.

Après avoir écouté un court discours d’introduction insistant sur les nombreux systèmes d’aides à la conduite disponibles, les services connectés et le soin porté à l’ergonomie de l’interface homme/machine, nous avons enfin pu approcher les deux autos exposées, l’une en finition sport (avec boucliers avant et arrière spécifiques) et l’autre en finition Luxury.

S’il est difficile de jauger de la réussite esthétique d’une voiture sous la lumière artificielle d’un show-room, on n’exprimera aucune inquiétude quant à l’accueil de la G30 (son nom de code) par la clientèle. On dira pour résumer qu’il s’agit d’une Série 7 débarrassé de ses lourdeurs, dans la partie arrière notamment. Le regard est attiré par le capot lissé, parfait contrepied aux tendances nervurées du moment telles qu’on peut les observer chez Volkswagen sur sa Passat ou Renault sur sa Talisman. Cette pièce rappelle d’une certaine façon le design type « galet » que l’on observe notamment chez Apple, et c’est franchement réussi. Les flancs sont marqués par un impressionnant travail sur les volumes et les lignes de force, avec un soin particulier porté à la ligne saillante courant de l’aile avant à l’aile arrière. On retrouve bien sûr le traditionnel pli Hofmeister (retour dans l’encadrement de porte arrière) qui « signe » les BMW.

Les dimensions de l’auto évoluent à peine (+3 cm en longueur), ce qui signifie que l’habitabilité est la même que sur le modèle de génération précédente. A l’arrière, des adultes de plus d’un mètre quatre-vingts voyageront à l’aise, tant au niveau de la tête qu’à celui des genoux. Le coffre apparaît profond et accessible. La planche de bord voit son trait s’affiner par rapport au modèle qui laisse sa place, et se voit surmontée par un vaste écran tactile. Le poste de conduite, enfin, met immédiatement à l’aise, avec un (joli) volant à jante épaisse qui évoque le sport. De conduite, il sera question au mois de novembre lors des premiers essais de l’auto, dont BMW est très fier de nous annoncer qu’elle s’est allégée jusqu’à une centaine de kilos par rapport à celle qu’elle remplace. Et c’est ainsi que la 530d, forte de 265 ch, revendique fièrement des émissions de CO2 de 118 g/km.

P-O.M.

 

 

 

Portfolio (36 photos)

En savoir plus sur : Bmw Serie 5

Commentaires (64)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ils ont l'air gigantesque les feux arrières. par contre l'intérieur surtout dans ce coloris est très sympa

Par

En réponse à stardustrevolve

ils ont l'air gigantesque les feux arrières. par contre l'intérieur surtout dans ce coloris est très sympa

...tu causes du coloris caca canin frais ?

Très séduisant, comme on peut le voir....

Eh ben c'est pas encore avec ce modèle que BMW entrera dans le monde des planches de bord donnant l'impression d'être au XXI ème siècle....quelle tristesse !

A se demander si ceux qui on su concevoir celui d'une i8 ou d'une i3 ont été virés.

Enfin, opter pour l'option black panel devrait améliorer la chose.... mais pourquoi on ne parle jamais de ça ?

C'est ce qui devrait à mon sens être proposé en série, quitte à proposer pour les conservateurs ces affreux compteurs à la papa.

Et puis, bien entendu, on retrouve cette tablette centrale sans lequel une auto teutonne du segment ne saurait exister. Là encore, quel manque d'imagination....

On terminera provisoirement par ces 3 cm supplémentaires, en terme de longueur de caisse...était ce vraiment indispensable ? Système de parkage automatique ou non.... l'espace urbain disponible pour ranger ces barges ne bouge pas lui.

Par

Un gros bon point cependant à l'excellent Cx de 0.22.

Toujours ça d'acquis pour obtenir des valeurs de consommation réelles très favorables...

Allez donc chercher celui d'une Taliban ( désolé, j'ai rien en stock pour taper plus haut ) et comparez le fossé béant qui existe.

Eh oui les gars....la résistance à l'air est la même pour tous quand on roule....et c'est ça qui pénalise le plus la performance énergétique.

Certains savent s'en souvenir....et puis y'a les autres.

Par

le truc qui me derange avec la Classe E c'est ce style baroque qui lui confère un look d'ancienne Classe S.

Et quand on regarde la photo de la nouvelle serie 5 face a l'ancienne, ya pas photo: l'ancienne passe pour une enclume stylistique, pas assez fine etc...

Moi j'accroche.

Par

Belle ÉVOLUTION. Et comme la précédente génération, la vue de face de l'arrivée et une tuerie.

Il faut bien prendre conscience que ce véhicule est assez grand et pourtant il donne l'inpression d'être plus petite et dynamique qu'un Peugeot 508, Ford mondeo etc

Les versions M550i et M5 sont LES CERISES sur le gâteau :bien:

Par

En réponse à roc et gravillon

...tu causes du coloris caca canin frais ?

Très séduisant, comme on peut le voir....

Eh ben c'est pas encore avec ce modèle que BMW entrera dans le monde des planches de bord donnant l'impression d'être au XXI ème siècle....quelle tristesse !

A se demander si ceux qui on su concevoir celui d'une i8 ou d'une i3 ont été virés.

Enfin, opter pour l'option black panel devrait améliorer la chose.... mais pourquoi on ne parle jamais de ça ?

C'est ce qui devrait à mon sens être proposé en série, quitte à proposer pour les conservateurs ces affreux compteurs à la papa.

Et puis, bien entendu, on retrouve cette tablette centrale sans lequel une auto teutonne du segment ne saurait exister. Là encore, quel manque d'imagination....

On terminera provisoirement par ces 3 cm supplémentaires, en terme de longueur de caisse...était ce vraiment indispensable ? Système de parkage automatique ou non.... l'espace urbain disponible pour ranger ces barges ne bouge pas lui.

:blague:

Par

En réponse à rono kalamar

le truc qui me derange avec la Classe E c'est ce style baroque qui lui confère un look d'ancienne Classe S.

Et quand on regarde la photo de la nouvelle serie 5 face a l'ancienne, ya pas photo: l'ancienne passe pour une enclume stylistique, pas assez fine etc...

Moi j'accroche.

Assez d'accord avec toi, mais la classe E actuelle reste très réussi et c'est aussi la plus belle de toute les classe E!

Bon c'était pas difficile de faire plus beau:areuh:

Par

Pas mal. Mais d'un point de vue de la ligne je lui préfère nettement la Talisman, voire dans le segment premium la Classe E.

Par

Y'a que moi que ça que ça choque le 4WD only en essence ? Une petite 530i en propulsion, ça aurait été cool. C'est quand même un peu la marque de chez BMW le RWD.

Sinon pas grand chose à dire sur la caisse, ça évolue peu, l'ancienne était bien, BMW joue la sécurité. Ca me dérange pas de rester dans le style qui marche. (comme la A6 d'ailleurs)

Vivement la nouvelle A6 dans deux ans, voir leur riposte, le niveau est élevé.

Par

En réponse à roc et gravillon

Un gros bon point cependant à l'excellent Cx de 0.22.

Toujours ça d'acquis pour obtenir des valeurs de consommation réelles très favorables...

Allez donc chercher celui d'une Taliban ( désolé, j'ai rien en stock pour taper plus haut ) et comparez le fossé béant qui existe.

Eh oui les gars....la résistance à l'air est la même pour tous quand on roule....et c'est ça qui pénalise le plus la performance énergétique.

Certains savent s'en souvenir....et puis y'a les autres.

Coloris des intérieurs, design des planches de bord, CX... Tu es vraiment "expert en tout".

Même si on ne comprends pas trop ce que la Talisman (une berline dont les puissances s'étalent entre 110 et 200 Cv) vient faire dans un article consacré à une berline beaucoup plus chère et dont les puissances s'étalent entre 190 et 340 Cv. Pourquoi ne pas comparer la série 5 à des voitures de sa catégorie ? (et pareil pour la Talisman, d'ailleurs).

Sinon, avec des raccourcis pareils, on va arriver à critiquer la taille du coffre d'une Fiat 124, parce qu'il est beaucoup plus petit que celui du Mercedes Vito... Ridicule cette 124, il n'y a même pas la place pour une palette Europe !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire