Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

On aurait tant aimé l’aimer, ce premier ePrix de Paris

Dans Sport Auto / Formule E

On aurait tant aimé l’aimer, ce premier ePrix de Paris

Organiser un grand prix en plein Paris avec des voitures électriques reste la meilleure manière de convaincre les indécis du mode de propulsion zéro émission. Sauf que la fête des Invalides a été quelque peu gâchée par des attaques politiques opportunistes, et un défaut d’organisation lié à une totale privatisation de l’épreuve. Dommage.

C’était le rendez-vous de l’année. Ce moment qui devait réconcilier les frères ennemis : les amateurs de sport automobile, et d’automobiles tout court, avec les pourfendeurs de la chose roulante. Celle qui va trop vite, vrille les tympans et pollue comme personne. Pour fumer le calumet de la paix catalysé, ce premier ePrix de Paris était l’événement rêvé : une course auto qui n’utilise pas un décilitre d’essence bêtement fossile, aux décibels minimum et qui, cerise sur la soupape, se déroule dans un décor historique en plein cœur de Paris. Du grand, du vrai, du beau spectacle, s’il n’était les querelles politiques surréalistes, les défauts d’une organisation encore balbutiante, la bonne vieille lutte des classes entre les VIP invités et privilégiés et les gueux sommés de payer et privés de visibilité.

Quant la gauche critique la gauche et que la droite fustige la droite

C’est que la rivalité politique ne distingue plus sa droite de sa gauche. Les oppositions au Grand Prix de Paris se sont élevées très équitablement de chaque côté. Dans la majorité même du Conseil de Paris, les élus du groupe écolo se sont fendus dès le 12 avril d’un communiqué pour fustiger l’opération, « un désastre écologique », sous le prétexte que la pose/dépose de bitume aux Invalides représente, notamment « des risques cancérogènes induits par de telles quantités de dérivés pétroliers toxiques ».

Le fait que l’ePrix représente une opportunité énorme pour convertir les Français à la propulsion électrique ne semble pas avoir effleuré le groupe Vert au Conseil de Paris. Une propulsion, malgré tout, plus soft pour la planète que le bon vieux moteur à explosion, même si de temps à autre, quelques études opportunes et lobbyistes tentent d’affirmer l’inverse. Cette bonne pub pour l’électrique ne semble pas non plus avoir effleuré Nathalie Kosciusko Morizet, qui a fustigé samedi les conditions d’accès restrictives aux Invalides.

On peut considérer que l’ancienne ministre de l’Ecologie, notamment en charge du Grenelle de l’environnement, se préoccupe du bien-être des Parisiens. On peut aussi considérer que NKM ne rate aucune occasion de critiquer sa vieille rivale au sein des Républicains : Rachida Dati, maire du 7e arrondissement où se déroulait la course, et alliée d’un jour d’Anne Hidalgo, maire PS de Paris, dans la promotion de l’épreuve.

Le centre, forcément, ne saurait être absent de ces prises de position. C'est Marielle de Sarnez, lieutenant de François Bayrou et Yann Wehrling, ex-Vert recentré, qui s'y sont collés dans une tribune pour dénoncer "l'e-gabegie" de la course. On est donc assez loin, au travers de toutes ces attaques ciblées, de la réconciliation entre les pro-voitures et les anti. Et surtout, à des années-lumière de l’intérêt général.

Les invités dans les tribunes,
les spectateurs payants derrière les panneaux publicitaires

Pourtant, la critique émise par NKM contenait un fond de vérité. C’est qu’effectivement, les 10 000 spectateurs ayant acquitté les 20 euros pour accéder à l’arène n’étaient pas les mieux lotis. Les tribunes avec vue étant réservées aux invités de l’organisation et des sponsors, ils se sont retrouvés derrière des grilles et des panneaux publicitaires, n’apercevant parfois que l’ombre de l’aileron d’une monoplace. Des reproches particulièrement adressés à la Formula E Holdings, la société organisatrice de l’événement et dirigée par l’Espagnol Alexandre Agag. Sauf que la raison de cette ségrégation est plutôt simple, et le deal avec la mairie de Paris plutôt clair : la manifestation ne devait pas coûter un euro au contribuable parisien. Le million d’euros du budget a donc été intégralement versé par les nombreux sponsors, tellement nombreux que leurs gros calicots ont gâché la vue des spectateurs payants. Dommage.

Mais dans le cas où les partenariats privés auraient été minimisés, et que la municipalité aurait été forcée de subventionner l’épreuve, on n’ose imaginer le tollé. Celui de Parisiens qui n’ont pas envie de verser une obole pour une course de bagnoles. Comme celui des politiques adversaires de la mairie, qu’ils soient dans le camp d’Anne Hidalgo, ou dans celui d’en face.

Commentaires (39)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Combien coûte l arrivé du tour de France à Paris. ..et quel est le taux de pollution entre les voitures publicitaire, les voitures des équipes et les voitures de l organisation...mais la les ecolos ont ne les entends pas!!!

Par

Déjà, rien que dans l'intro "mode de propulsion zéro émission" : Faux et archi-faux, l'électricité ne sort pas du cul des vaches!!! En france, c'est majoritairement du à l'uranium... (ce n'est pas fossile, mais de là à dire que c'est mieux!? :voyons: ) sans compter les batteries à durée de vie limitée et bourrées de métaux lourd...

Dire que le désintérêt vient de querelles politiques... pour ce que les gens s'y intéressent... le vrai soucis est de vouloir ménager la chèvre et le choux, résultat, personne n'est satisfait... les amateurs de sport auto sont nombreux à aimer entendre les moteurs rugir (j'étais au Mans en 92, la 905 me fait encore frémir, tout comme la 787b avec son moteur rotatif) donc, là, ils se font chier et les anti-auto... sont... anti-auto, bruyante ou non... :bah:

Par

On devrai mettre un écolo sous le capot d'une voiture , avec des pédales pour la faire avancer , pour une fois ils servirait à quelque chose . :fresh:

Par

Bonjour je suis sur ipad avec l'application mais je trouve pas les forums ?

Par

En réponse à Luxlux

Combien coûte l arrivé du tour de France à Paris. ..et quel est le taux de pollution entre les voitures publicitaire, les voitures des équipes et les voitures de l organisation...mais la les ecolos ont ne les entends pas!!!

Pas grand chose à voir en terme de retombées touristiques entre le Tour de France et cette course de Formula E dont on ne cause ici que parce qu'elle est passée une fois dans notre coin de planète.

Et pour ce qui est des Champs Elysées, tu peux être certain que bien moins de bagnoles y passeront pendant les quelques heures où elles sont bloquées pour laisser passer la course un dimanche de Juillet qu'en temps normal....

D'après l'organisateur, le Tour de France, c'est rien moins que 3,5 MILLIARDS de téléspectateur.

Alors oui, quand on se souvient que nous sommes encore le pays le plus visité au monde, on peut penser que ça contribue à sa mesure à faire venir des gens dans notre hexagone.

Tu préférerais qu'ils aillent ailleurs claquer leurs thunes ?

Par

En réponse à toxicat

Déjà, rien que dans l'intro "mode de propulsion zéro émission" : Faux et archi-faux, l'électricité ne sort pas du cul des vaches!!! En france, c'est majoritairement du à l'uranium... (ce n'est pas fossile, mais de là à dire que c'est mieux!? :voyons: ) sans compter les batteries à durée de vie limitée et bourrées de métaux lourd...

Dire que le désintérêt vient de querelles politiques... pour ce que les gens s'y intéressent... le vrai soucis est de vouloir ménager la chèvre et le choux, résultat, personne n'est satisfait... les amateurs de sport auto sont nombreux à aimer entendre les moteurs rugir (j'étais au Mans en 92, la 905 me fait encore frémir, tout comme la 787b avec son moteur rotatif) donc, là, ils se font chier et les anti-auto... sont... anti-auto, bruyante ou non... :bah:

Arrêtez de raconter n'importe quoi, sous prétexte que vous voulez garder votre bon vieux moteur à essence. Nos arrières grands parents ont connus cela avec le passage du cheval à la vapeur, puis à l'essence puis à l'électricité pour les trains. D'ici 10 ans la voiture électrique aura envahi nos villes et ce sera très bien!!!

Par

En réponse à toxicat

Déjà, rien que dans l'intro "mode de propulsion zéro émission" : Faux et archi-faux, l'électricité ne sort pas du cul des vaches!!! En france, c'est majoritairement du à l'uranium... (ce n'est pas fossile, mais de là à dire que c'est mieux!? :voyons: ) sans compter les batteries à durée de vie limitée et bourrées de métaux lourd...

Dire que le désintérêt vient de querelles politiques... pour ce que les gens s'y intéressent... le vrai soucis est de vouloir ménager la chèvre et le choux, résultat, personne n'est satisfait... les amateurs de sport auto sont nombreux à aimer entendre les moteurs rugir (j'étais au Mans en 92, la 905 me fait encore frémir, tout comme la 787b avec son moteur rotatif) donc, là, ils se font chier et les anti-auto... sont... anti-auto, bruyante ou non... :bah:

Si encore l'électricité provenait "majoritairement" de l'Uranium,ce serait un moindre mal.Mais comme vous le savez,une centrale nucléaire ne fonctionne qu'en continu,on ne peut augmenter ou diminuer sa production:a Tchernobyl on a essayé.Alors pour faire le point on utilise les bons vieux pétrole,gaz et charbon.

Par

Le problem est d'abord une competition sans aucun interet, avec des second couteaux "fils de", et une adaptation de la F1 aux voitures electriques - changement de voiture pa exemple - qui rend la course saccade et incomprehensible.

Par

En réponse à roc et gravillon

Pas grand chose à voir en terme de retombées touristiques entre le Tour de France et cette course de Formula E dont on ne cause ici que parce qu'elle est passée une fois dans notre coin de planète.

Et pour ce qui est des Champs Elysées, tu peux être certain que bien moins de bagnoles y passeront pendant les quelques heures où elles sont bloquées pour laisser passer la course un dimanche de Juillet qu'en temps normal....

D'après l'organisateur, le Tour de France, c'est rien moins que 3,5 MILLIARDS de téléspectateur.

Alors oui, quand on se souvient que nous sommes encore le pays le plus visité au monde, on peut penser que ça contribue à sa mesure à faire venir des gens dans notre hexagone.

Tu préférerais qu'ils aillent ailleurs claquer leurs thunes ?

Normal, le tour de France à plus de 100 ans. Dans 100 ans, la formule E ou son équivalent sera la compétition habituelle car la voiture sera électrique avec batterie ou à pile à combustible, c'est aussi simple que cela.

Par

En réponse à ghlapin

Arrêtez de raconter n'importe quoi, sous prétexte que vous voulez garder votre bon vieux moteur à essence. Nos arrières grands parents ont connus cela avec le passage du cheval à la vapeur, puis à l'essence puis à l'électricité pour les trains. D'ici 10 ans la voiture électrique aura envahi nos villes et ce sera très bien!!!

Nos arrières grands parents (mes grands parents a moi) ont connu l'époque ou il y avait 1/3 du parc automobile éléctrique.On pourrait se demander pourquoi on a abandonné la filière a l'époque.Moi même j'ai connu Motte-Cordonnier (débuts années 60) qui livrait la bière avec des camions électriques (bruit de chaine caractéristique).

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire