Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Photos du jour : McLaren 570s (Sport et Collection)

Dans Voitures d'exception / Ultra-sportives

,

Hier, je vous parlais de la sportivité à l'ancienne de la F355, qui à mon sens a disparu avec les autos modernes. Est-ce une généralité ou une vraie tendance qui va s'accentuer dans les années à venir ? Pour vous apporter ma réponse à la question, prenons l'exemple d'une McLaren récente, la 570S. 

Photos du jour : McLaren 570s (Sport et Collection)

J’ai récemment pu prendre le volant d’une McLaren récente, qui n’était pas une 570S. C’était une 650S, mais je vous avoue que j’ai un peu de mal avec la gamme McLaren où il faut y réfléchir à deux fois au modèle que l’on a sous les yeux sous peine de se tromper… Mais voilà, commercialement ça marche, donc ils ont raison.

Cela veut donc dire que la philosophie de l’auto est aussi bonne, ce qui me désole un petit peu. Sur ma route d’essai, la F355 était tout simplement brillante, je me souvenais de chaque courbe, de la difficulté de faire pivoter l’auto suivant chaque virage, du moment où je pouvais souder la pédale de droite… Bref, cette sportive à l’ancienne était tout simplement parfaite pour « cartographier » la route, sans se soucier du chrono, juste en ayant pour objectif son plaisir personnel. Avec la McLaren ? Peu importe, tout passe quasiment à fond. La puissance est linéaire, ça freine à mort. Après avoir fait 3 allers / retours sur cette route, je me suis demandé comment prendre autant de plaisir qu’avec la Ferrari… en débranchant toutes les aides ? Quelle idée saugrenue.

Les autos modernes, bien aidées par les turbos, poussent quel que soit le régime, les boîtes de vitesses sont déconcertantes de facilité, et les châssis sont sécurisants, filtrant toute émotion… La perfection mécanique peut-elle générer du plaisir ? Ce que j’aimais dans la F355, c’était la difficulté de passer les rapports, c’était de garder ce moteur « en haut » de la zone rouge, et de prendre quelques risques mesurés avec un freinage imparfait. Avec la McLaren, j’ai eu la même sensation qu’avec la GTR, la volonté de la mettre sur circuit et de toute déconnecter. Une ancienne vous offre des sensations dès la sortie du garage en toute circonstance. Mais cela n’est que mon avis. Le progrès est là, apporte sont lot de nouveautés et McLaren vend toutes ces autos. J’ai forcément tort sur toute la ligne.

Portfolio (8 photos)

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"Mais voilà, commercialement ça marche, donc ils ont raison."

C'est discutable comme adage, ils ont juste raison sur l'aspect commercial et rentabilité. Aujourd'hui n'est pas rentable tout ce qui est inutile, (un jour le sommeil sera considéré comme non rentable et inutile et le progrès tendra à le réduire).Vous prenez du plaisir à conduire une voiture dépourvue de filtres qui sont sans doutes indispensables à une clientèle qui a les moyens d'être vue mais est bien loin de rechercher les sensations que recherche un pilote. "Le progrès est là, apporte sont lot de nouveautés et McLaren vend toutes ces autos. J’ai forcément tort sur toute la ligne." A penser de la sorte c'est affirmer qu'aucun autre mode de pensée n'est possible, n'est ce pas des consommateurs avertis qui sont censés avoir le dernier mot puisqu'ils sont aussi les payeurs ?

Par

Tort sur toute la ligne, non. Mais sur certains points, oui. Comme le freinage imparfait, je ne vois pas en quoi ça apporte du plaisir.

Après, des voitures actuels avec des sensations "brutes" ça existe : Lotus, Catheram, Ariel en font ...

Par

@ JF2 : Et le second degré, il t'arrive de l'attraper ?

@ Solar_Max : D'accord sur le freinage. Je ne connais personne qui se soit réjoui d'un tout droit, ou d'un freinage évanoui dans une descente de col.

Par

Pour exploiter pleinement le potentiel d'une voiture de sport, il faut à la fois avoir un certain talent de pilote et se rendre sur un circuit.

La majorité de la clientèle de ces autos, même si pas uniquement soucieuse de l'image renvoyée et parfois réellement passionnée , ne répondra pas forcément à ces critères et se " contentera" d'une voiture certes extrêmement performante, mais surtout " facile" et utilisable dans la circulation de tous les jours.

Les sportives très radicales touchent une clientèle extrêmement limitées et s'apparentent davantage à des voitures exotiques.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire