Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Photos du jour : Venturi Trophy (Sport & Collection)

Dans Voitures d'exception / Exotiques

,

La Venturi Trophy, c'est avant tout la belle histoire 100 % française d'une compétition mono-modèle voulue par Stéphane Ratel, organisateur de courses, qui avait réussi à convaincre Venturi de se lancer dans l'aventure dans les années 90, avec la plus mythique des pistardes tricolores.

Photos du jour : Venturi Trophy (Sport & Collection)

Oubliez un temps ce qu'est devenu Venturi et souvenez-vous de ce qu'était la marque au début des années 90. A ce moment là, les supercars comme les Ferrari F40 et Porsche 959 sont sur le marché, et le petit constructeur français se lance dans la conception d'un coupé radical, taillé pour la piste, avec des performances tout bonnement extraordinaires pour l'époque : les 300 km/h étaient franchis.

Quelques années après les débuts, l'organisateur de courses automobiles Stéphane Ratel se rapproche des dirigeants de Venturi pour organiser un championnat mono-modèle. Ainsi est née la Venturi Trophy, un bijoux français qui fait encore rêver par sa fiche technique : une tonne, un V6 biturbo de 407 ch, un différentiel à glissement limité, une boîte manuelle et un look qui fait toujours autant le bonheur des amateurs de sportives, sans oublier le freinage en carbone de série.

Venturi décida dans les années 90 d'homologuer (contre 100 000 francs) une dizaine de Trophy pour la route. Nous en avons aujourd'hui un exemplaire sous les yeux...

Portfolio (18 photos)

Mots clés :

Venturi

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (25)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Une superbe réussite technique, malheureusement complètement gâchée par le moteur... PRV !

Mêmes ingrédients que les Alpine de l'époque, pour le même résultat...

Vraiment dramatiquement dommage, d'autant que Venturi produisait de très belles et efficaces voitures...:cry:

Par

Juste pour ne pas se méprendre :

" Venturi décida dans les années 90 d'homologuer (contre 100 000 francs) une dizaine de Trophy pour la route. "

Comprendre : 100 000 francs en sus du prix de la caisse non homologuée route ....

Une Venturi de route 200 ch "nature" coûtait 349 600 francs en septembre 1988.

Et à cette date, après deux ans de production, ils en avaient vendu plus moins 150...

Par

Bestiale !! Faut reconnaître que les phares escamotables, c'était vraiment la classe

Par

En réponse à roc et gravillon

Juste pour ne pas se méprendre :

" Venturi décida dans les années 90 d'homologuer (contre 100 000 francs) une dizaine de Trophy pour la route. "

Comprendre : 100 000 francs en sus du prix de la caisse non homologuée route ....

Une Venturi de route 200 ch "nature" coûtait 349 600 francs en septembre 1988.

Et à cette date, après deux ans de production, ils en avaient vendu plus moins 150...

La meilleure sportive française de l'apres-guerre.

En gros, une F40, fiabilisé

avec une finition de Bentley et des freins de Formule 1. ..

Par

En réponse à Volvo power

Une superbe réussite technique, malheureusement complètement gâchée par le moteur... PRV !

Mêmes ingrédients que les Alpine de l'époque, pour le même résultat...

Vraiment dramatiquement dommage, d'autant que Venturi produisait de très belles et efficaces voitures...:cry:

"Une superbe réussite technique, malheureusement complètement gâchée par le moteur... PRV ! ...."

La motorisation en soit n'a jamais été le soucis des MVS Venturi....

Pas plus que des dernières Alpine A610.

Par

En réponse à nous75

"Une superbe réussite technique, malheureusement complètement gâchée par le moteur... PRV ! ...."

La motorisation en soit n'a jamais été le soucis des MVS Venturi....

Pas plus que des dernières Alpine A610.

si le PRV n'est pas digne d'être dans une sportive digne du nom.

une vraie daube ce moteur.

Par

En réponse à nous75

La meilleure sportive française de l'apres-guerre.

En gros, une F40, fiabilisé

avec une finition de Bentley et des freins de Formule 1. ..

Et avec tout çes atouts la boite a coulé ....incroyable non ?

Une idée du pourquoi les Nous ?

Par

En réponse à gxahafair

Bestiale !! Faut reconnaître que les phares escamotables, c'était vraiment la classe

Complètement, j'aimerais le retour de cette mode :(

Par

En réponse à roc et gravillon

Et avec tout çes atouts la boite a coulé ....incroyable non ?

Une idée du pourquoi les Nous ?

Facile,

pas de réseau de ventes

et pire encore pour des voitures de ce type, pas d'image.

--

Je suis surpris que l'expert automobile de chez Hertz que tu es ne le sache pas...

Par

En réponse à roc et gravillon

Juste pour ne pas se méprendre :

" Venturi décida dans les années 90 d'homologuer (contre 100 000 francs) une dizaine de Trophy pour la route. "

Comprendre : 100 000 francs en sus du prix de la caisse non homologuée route ....

Une Venturi de route 200 ch "nature" coûtait 349 600 francs en septembre 1988.

Et à cette date, après deux ans de production, ils en avaient vendu plus moins 150...

C'est même plus compliqué que ça, une 400 Trophy c'était +/- 700 000 Fr et il fallait ajouter 100 000 Fr pour la "convertir" en 400 GT de route, donc ça nous fait 800 000 Fr la bête.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire