Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Prévention : les médicaments responsables de 3% des accidents

Dans Moto / Pratique

Prévention : les médicaments responsables de 3% des accidents

On sait depuis plusieurs années que la prise de médicaments peut avoir une influence sur la conduite d'un véhicule. L'agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé vient de publier une étude dans le magazine PloS Medecine sur l'impact de cette prise de médicaments sur les risques d'accidents.


Les français étant de très importants consommateurs de médicaments en tout genre, ces résultats sont d'autant plus intéressants pour les usagers de la route. Ces recherches sont issues de la collaboration entre plusieurs institutions française et appuient la mise en place des sigles en 2005 sur les boites de médicaments (niveau 1,2 et 3).


Les observations sur l'organisme font état le plus généralement d'une somnolence, la modification du comportement au guidon (ou volant), vertiges, troubles de la vision. Tous ces symptômes contribuent à une modification du comportement sur la route et aux risques d'accidents. En revanche, à cause de la grande complexité des compositions des médicaments, il est difficile d'établir la responsabilité d'une substance sur le corps et donc sur le comportement. Contrairement à l'alcool ou aux drogues.


Cette étude a donc croisé les informations recueillies sur les lieux d'un accident par les forces de l'ordre par exemple et les a recoupées avec les données de remboursement de l'assurance maladie.


Les résultats tombent :


  • La prise de médicaments de niveau 2 ou 3 augmentent significativement la responsabilité en cas d'accident (famille des anxiolytiques, hypnotiques, antiépileptiques et antidépresseurs).
  • Ils augmentent bien évidement avec le nombre de prises et la multiplication des traitements.
  • 3% des accidents seraient directement imputables aux médicaments.
  • quand aux médoc' de niveau 1, ils n'ont pas d'incidence sur l'accidentologie routière.

Dans tous les cas l'étude démontre qu'il faut scrupuleusement respecter les pictogrammes mis en place sur les boîtes de médicaments. Et encore plus si on prend le guidon.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire