Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Prix à la pompe : avenir sombre pour l'or noir

Publié dans Pratique > Budget

par

Prix à la pompe : avenir sombre pour l'or noir

C’est un sujet dont on ne parlait plus depuis un petit moment. Comme un cessez-le-feu pour notre porte-monnaie pilonné tant et plus au quotidien. Ce thème, c’est le prix à la pompe au moment de faire le plein de la voiture. Sachez-le, les hostilités vont reprendre avec une hausse des prix qui va s’accentuer d’ici la fin de cette année. La faute au marché mais aussi à nos dirigeants dopés aux taxes. C’est du moins cet avenir sombre pour l’or noir que distille l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Il s’appelle Francis Duseux, et il est un président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) qui n’est pas porteur de bonnes nouvelles. Pour lui, la dépression des cours du baril ne va pas durer. Et la revanche va être terrible. Les prix devraient repartir à la hausse à compter de la fin de l'année 2016. Il fallait s’y attendre, me direz-vous, puisque, en 18 mois, le baril a perdu près de 75 % de sa valeur.

Une chute qui a conduit de nombreux industriels à geler ou différer leurs projets d'exploration-production. Du coup, à l'horizon 2019-2020, l'Ufip évoque une remontée conséquente des cours due aux sous-investissements actuels dans cette industrie. Une conjoncture qui mettra à nouveau le consommateur en première ligne.

Francis Duseux évoque ainsi la possibilité pour le gazole de grimper à 1,80 euro en 2030… À ce point ? Oui, parce que pendant ce temps, les taxes suivront la même pente ascendante. Le dirigeant met donc en garde contre un phénomène qui pèsera sérieusement sur « la compétitivité des entreprises et le pouvoir d'achat des Français ». Qui l’entendra ?

Inscription à la newsletter

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (25)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte

Lire les commentaires

Par

C'est toujours pareil...ca baisse pour mieux remonter après. Avec un prix du baril à 140$ et 1.5€ le litre de gazole, il faudra l'avoir à 1.8€ avec un prix du baril identique grâce aux taxes ajoutées et une marge de distributeur accrue due à la baisse actuelle.

Bref rien d'étonnant, mais remercions les gouvernements de gôche et de droate, qui grâce aux taxes nous donnent des alternatives...(ou ca qu'elles vont les subventions?)

Par

Oui enfin un monsieur qui travail pour cette "Ufip" est-il a prendre au sérieux? On nous avait pas prédit la même chose, avant?

Par

Mais, Monsieur Lecondé, en 2030, il n'y aura plus de gasoil..... du moins on l'espère. Désolé, mais faire une prédiction sur un prix du pétrole en 2030, c'est n'importe quoi. Je défie n'importe qui de savoir le prix du baril en 2018, alors en 2030 ......

Par

c'est clair que 2030 ca fait un peu loin. c'est comme prédire la météo non?

Par

on sent surtout que la volonté pour lui est de faire remonter les actions des entreprises pétrolières...

pour le reste, faut qu'il arrête la branlette.

quant aux taxes, elles sont surtout le fait de la Gauche, qui ne sera plus au gouvernement en 2017.

enfin bref, personne jusqu'ici n'a jamais su donner de vrais pronostics sur le prix du baril, je ne vois pas pourquoi soudainement lui le pourrait.

Par

Je ne suis pas de votre avis .

2030 c'est tres proche et mous savons deja que c'est l'acalmie actuelle,

due à une demande qui progresse bien moins que prevue et au conflit au moyen orient qui est etonnant.

En gros , il faudrait pour que le petrol reste à ce prix que ce soit en tres grande majorité du petrol aussi facile à extraire et à rafiner que le brent des pays du moyen orient.

AUjourd'hui nous en sommes certain ce ne sera pas le cas.

Mieux l'actuel prix bas incite à l'epuisement des reserves de petrol "facile" puisque pour les autres le prix du barril ne rentabilise pas l'extraction.

Et donc paradoxalement le prix bas du petrol est un avantage ecologique puisqu'il condamne a la fermeture tous les puits les plus polluants (sables bitumeux, gaz/petrol de schiste, plateforme petroliere off-shore)

Mais ca ne peut etre que provisoire, les reserves de petrol "peut cher" sont forcement limité et toute reprise economique dans le monde impliquera une remontée rapide des cours du petrol.

Par

Quand les historiens regarderons cette innesperée periode d'acalmie,

ils se demanderont pourquoi alors que la remonté etait si previsible aucun gouvernement

(a l'exception peut etre de la Chine) n' a profité de l'occasion pour financer et lancer un programme massif de sortie au moins partiel du petrol.....

... et ils devront constater que la nature des nations est le plus souvent de rentrer dans le mur avant d'essayer de le contourner.

Par

En réponse à mynameisfedo

on sent surtout que la volonté pour lui est de faire remonter les actions des entreprises pétrolières...

pour le reste, faut qu'il arrête la branlette.

quant aux taxes, elles sont surtout le fait de la Gauche, qui ne sera plus au gouvernement en 2017.

enfin bref, personne jusqu'ici n'a jamais su donner de vrais pronostics sur le prix du baril, je ne vois pas pourquoi soudainement lui le pourrait.

:)

Oui, les taxes, c'est la vilaine et méchante gôche qui les à toutes mises.

Par

En réponse à beniot9888

:)

Oui, les taxes, c'est la vilaine et méchante gôche qui les à toutes mises.

Je dirais même plus, c'est les vilains gaucho-trotsko-lénino-marxistes soixante-huitards !:buzz:

Par

En réponse à nous75

Je ne suis pas de votre avis .

2030 c'est tres proche et mous savons deja que c'est l'acalmie actuelle,

due à une demande qui progresse bien moins que prevue et au conflit au moyen orient qui est etonnant.

En gros , il faudrait pour que le petrol reste à ce prix que ce soit en tres grande majorité du petrol aussi facile à extraire et à rafiner que le brent des pays du moyen orient.

AUjourd'hui nous en sommes certain ce ne sera pas le cas.

Mieux l'actuel prix bas incite à l'epuisement des reserves de petrol "facile" puisque pour les autres le prix du barril ne rentabilise pas l'extraction.

Et donc paradoxalement le prix bas du petrol est un avantage ecologique puisqu'il condamne a la fermeture tous les puits les plus polluants (sables bitumeux, gaz/petrol de schiste, plateforme petroliere off-shore)

Mais ca ne peut etre que provisoire, les reserves de petrol "peut cher" sont forcement limité et toute reprise economique dans le monde impliquera une remontée rapide des cours du petrol.

Logique, en ce moment c'est l'oeil du cyclone, mais finalement toutes les conditions sont réunies pour que les prix flambent à nouveau : conflits, épuisement du pétrole facile, besoins d'argent donc taxes de la part des pouvoirs publics qui font face à des problèmes économiques et sociaux dont on ne voit pas l'issue.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte