Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

PSA : 1 300 ruptures conventionnelles collectives et autant d'embauches en CDI en 2018

Dans Economie / Politique / Social

PSA : 1 300 ruptures conventionnelles collectives et autant d'embauches en CDI en 2018

Le groupe PSA compte proposer cette année la rupture conventionnelle collective à 1 300 salariés. Il a aussi annoncé qu'il recruterait 1 300 personnes en CDI.

Il y a quelques jours, on apprenait que PSA avait l'intention de recourir à la rupture conventionnelle collective, un dispositif apparu avec la nouvelle réforme du Code du Travail, pour ajuster ses effectifs. La réunion avec les syndicats ayant eu lieu ce jour, on en sait davantage sur les projets du groupe.

PSA vise cette année 1 300 ruptures conventionnelles collectives. Il préfère cependant parler de "mobilité externe", avec des salariés qui souhaitent volontairement quitter l'entreprise et seront accompagnés vers leur nouvelle vie. À cela s'ajouteront 900 dispenses d'activité pour des séniors, un dispositif qui permet à des salariés de quitter leur poste quelques années avant leur retraite, tout en conservant leur contrat de travail et une partie de leur salaire.

En contrepartie, le groupe s'est engagé à recruter en CDI 1 300 personnes, dont 400 en production, pour accompagner le succès commercial des nouveaux modèles. L'usine de Sochaux va par exemple battre des records cette année, avec un demi-million de véhicules assemblés. Le groupe compte aussi accueillir 2 000 emplois jeunes. PSA table également sur plus de 6 000 mobilités internes (ce qui permet de mieux répartir les effectifs) et plus de 1 000 parcours de reconversion interne (un nouveau métier dans l'entreprise).

Mots clés :

Commentaires (53)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

On vire les vieux trop chers, et on prend des jeunes au SMIC.

Un grand bravo à Mr Macron. Il va falloir réduire aussi les retraites. Commençons donc par la CSG, on verra ensuite l'année prochaine, après la digestion.

Par

On vire les mecs des usines en sous production qui ne veulent pas bouger et les vieux trop chers, on embauche des jeunes au SMIC dans les usines où il y a du boulot.

Par

il n y a que 400 potentiellement au smic, mais même sur ces 400, la convention collective impose au coefficient le plus bas un salaire plus élevés que le SMIC...

Et les autres emplois ce sont des ingés ou mini bac +3/4 , donc pas forcement des petits salaires.

Par

On vire les séniors aves leurs gros salaires et leur productivité en baisse et on prend des jeunes payés nettement moins cher et qui seront tout autant voir plus productif.

Merci Macron :biggrin:.

Par

On ne vire personne : on propose aux volontaires de partir (moyennant avantage) !

Personnellement, si on me proposait de partir plus tôt tout en gardant mon contrat de travail pour arriver à la retraite sans pénalité, je pense que je serais content d'avoir cette possibilité. Libre à moi ensuite de l'accepter ou non.

Il n'y a pas que des inconvénients, et si les deux parties en tirent un avantage alors tout le monde est gagnant.

Par

En réponse à chat_chant_le_sapin

il n y a que 400 potentiellement au smic, mais même sur ces 400, la convention collective impose au coefficient le plus bas un salaire plus élevés que le SMIC...

Et les autres emplois ce sont des ingés ou mini bac +3/4 , donc pas forcement des petits salaires.

"Potentiellement" des bacs +3/4, mais on n'en sait rien.

De plus, à partir de combien tu considères qu'un salaire n'est pas petit ?

Parce que des bacs +3/4 sortis d'école, les salaires ne sont pas bien hauts, autant il y a un salaire minimum (SMIC ou SMIC horaire) autant il n'y a pas vraiment de régulation en fonction des diplômes, du secteur etc... sauf les conventions collectives. Mais comme ces conventions ne vont justement plus réguler sur un secteur car grâce à la loi travail, chaque entreprise peur renégocier ses propres conventions individuelles...... Si PSA historiquement embauchait un Bac+3/4 à 2000 € Brut (+/- 1550 € Net), plus rien ne l'empêchera d'embaucher un nouveau Bac+3/4 à seulement 1800 € Brut (+/- 1350 € Net), d'autant plus qu'il y a de plus en plus de diplômés (bac, Bac+3/4, Bac+5), du coup, il y a profusion de candidat et si un candidat refuse le boulot parce que ce n'est pas assez payé, un autre l'acceptera sans broncher.

Par

En réponse à smartboy

On ne vire personne : on propose aux volontaires de partir (moyennant avantage) !

Personnellement, si on me proposait de partir plus tôt tout en gardant mon contrat de travail pour arriver à la retraite sans pénalité, je pense que je serais content d'avoir cette possibilité. Libre à moi ensuite de l'accepter ou non.

Il n'y a pas que des inconvénients, et si les deux parties en tirent un avantage alors tout le monde est gagnant.

Malheureusement ici tu es sur caradisiac donc ton commentaire constructif et intéressant ne sera pas pris en compte :)

mais sinon je valide a 100%.

Par

En réponse à jroule75

"Potentiellement" des bacs +3/4, mais on n'en sait rien.

De plus, à partir de combien tu considères qu'un salaire n'est pas petit ?

Parce que des bacs +3/4 sortis d'école, les salaires ne sont pas bien hauts, autant il y a un salaire minimum (SMIC ou SMIC horaire) autant il n'y a pas vraiment de régulation en fonction des diplômes, du secteur etc... sauf les conventions collectives. Mais comme ces conventions ne vont justement plus réguler sur un secteur car grâce à la loi travail, chaque entreprise peur renégocier ses propres conventions individuelles...... Si PSA historiquement embauchait un Bac+3/4 à 2000 € Brut (+/- 1550 € Net), plus rien ne l'empêchera d'embaucher un nouveau Bac+3/4 à seulement 1800 € Brut (+/- 1350 € Net), d'autant plus qu'il y a de plus en plus de diplômés (bac, Bac+3/4, Bac+5), du coup, il y a profusion de candidat et si un candidat refuse le boulot parce que ce n'est pas assez payé, un autre l'acceptera sans broncher.

(Ceci est bien sûr conditionné au fait que PSA renégocie les conventions et que ce soit acceptés par les parties, notamment les représentations syndicales, donc il y a de l'espoir, mais personnellement je n'y crois pas vraiment à de meilleures embauches sur le plan salariale maintenant qu'il y a quelques années).

Par

En réponse à jroule75

"Potentiellement" des bacs +3/4, mais on n'en sait rien.

De plus, à partir de combien tu considères qu'un salaire n'est pas petit ?

Parce que des bacs +3/4 sortis d'école, les salaires ne sont pas bien hauts, autant il y a un salaire minimum (SMIC ou SMIC horaire) autant il n'y a pas vraiment de régulation en fonction des diplômes, du secteur etc... sauf les conventions collectives. Mais comme ces conventions ne vont justement plus réguler sur un secteur car grâce à la loi travail, chaque entreprise peur renégocier ses propres conventions individuelles...... Si PSA historiquement embauchait un Bac+3/4 à 2000 € Brut (+/- 1550 € Net), plus rien ne l'empêchera d'embaucher un nouveau Bac+3/4 à seulement 1800 € Brut (+/- 1350 € Net), d'autant plus qu'il y a de plus en plus de diplômés (bac, Bac+3/4, Bac+5), du coup, il y a profusion de candidat et si un candidat refuse le boulot parce que ce n'est pas assez payé, un autre l'acceptera sans broncher.

Tu crois vraiment qu'une entreprise comme PSA où mine de rien le taux de syndicalisation et d'exposition médiatique est important prendrait le risque de ne pas appliquer les grilles de la convention mettalurgie et d'appliquer une grille inférieure?

Par

Vive la société précarisée, merci Macron ! Merci Hollande ! Merci la droite socialiste !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire