Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

PSA officiellement de retour en Iran

Dans Economie / Politique / Marché

PSA officiellement de retour en Iran

PSA a profité de la venue du président iranien Hassan Rohani en France pour signer un retour important sur le marché iranien avec, à la clé, une joint-venture avec le constructeur Khodro qui permettra à PSA de vendre ses propres autos sur place.

Contrairement à l'Europe ou à n'importe quel autre marché automobile trop mature, l'Iran possède un potentiel de renouvellement extrêmement important : seulement cent véhicules pour mille habitants (environ 600 à 700 aux Etats-Unis, un tout petit peu moins en Europe), et un parc vieux de dix neuf ans. Il y a donc des ventes massives en perspective pour n'importe quel constructeur généraliste en Iran, et l'occasion était trop bonne pour que PSA, qui table dès 2022 sur deux millions de ventes annuelles en Iran, ne la manque.

 

Le groupe français, qui a mené de longue négociations, est le premier à signer une joint-venture en Iran et ce sera effectif avec le groupe iranien Khodro. En tout, PSA va investir 200 millions d'euros en cinq ans en Iran afin de moderniser une usine. Khodro, le partenaire (à hauteur de 50 % dans la joint-venture), enverra lui aussi 200 millions d'euros pendant cette période, pour un budget total de 400 millions d'euros. Présent depuis plusieurs décennies en Iran, PSA mise gros sur ce marché où les autos du groupe français sont populaires. Le retrait de PSA d'Iran en 2012 avait été mal vécu par les acheteurs iraniens, et ce retour providentiel devrait assez nettement faire grimper les ventes mondiales de PSA dans les années à venir. Le gouvernement iranien a toutefois imposé quelques conditions pour le retour de PSA, et la plus importante d'entre elles est la que 40 % des pièces des autos commercialisées soient fabriquées sur place par les Iraniens.

 

PSA a retenu les véhicules suivants pour le marché iranien : 2008, 301 et 308. Pour l'instant, seul http://www.caradisiac.com/auto--peugeot/fait parti de l'aventure mais PSA espère également caser Citroën dans l'échiquier iranien. L'affaire serait alors particulièrement juteuse pour le plus populaire des constructeurs étrangers en Iran.

 

 

Mots clés :

Peugeot

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (39)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ça fait toujours bien plaisir de renouer des liens commerciaux avec de grandes démocraties.

Par

En réponse à roc et gravillon

Ça fait toujours bien plaisir de renouer des liens commerciaux avec de grandes démocraties.

Rappelons que le principal actionnaire du premier constructeur Européen, le goupe VAG est la Qatar...

Par

.... Si un jour tu achètes des actions Jo-la-Zapette, on ne te refusera pas de t'en vendre sous prétexte que tu es un âne. Et bien c'est la même chose avec les Qataris figure toi...

Par

En réponse à roc et gravillon

Ça fait toujours bien plaisir de renouer des liens commerciaux avec de grandes démocraties.

Si on ne devait commercer qu'avec les Démocraties,le marché serait restreint.Déjà que les 3 superpuissances Russie-Chine-Usa c'est pas des exemples....

Par

Content pour PSA.

Par

En réponse à roc et gravillon

Ça fait toujours bien plaisir de renouer des liens commerciaux avec de grandes démocraties.

Si on va dans ce sens, la Chine n'est pas vraiment une démocratie et pourtant quasiment tous les constructeurs y sont présents via des joint-venture!

Par

En réponse à roc et gravillon

Ça fait toujours bien plaisir de renouer des liens commerciaux avec de grandes démocraties.

Pas d'accord.

C'est bien plus une democratie que ce que les media veulent bien nous faire croire. Et c'est une vraie civilisation, eduquee et instruite.

Pas comme nos grand amis les Saoudiens.

A noter que contrairement a PSA, Renault n'a jamais quitte l'Iran.

Par

c est marrant, on peut commercer avec l arabie saoudite (daesh) prendre le pognon du quatar ( E.I) bref, nos politiques se soucient peu de la démocratie pour peu qu il y a du fric au bout, quand on voit tout le tapage vaseux que les médias et les politiques ont fait sur l iran pendant des années, que les usa, et israel ne pensait qu à les exploser physiquement, parce que l iran était le nouveau super méchant à l image de l irak, la libye, la syrie etc... la démocratie c est un slogan, pas une réalité. il n y a plus aucune cohérence, seul compte désormais, les carnets de commandes, qui de toute façon, n empèchera pas le prochain crack boursier, qui sera bien plus violent que daesh et l E.I réunis

Par

mais la principale question qui n'a évidement pas été exploitée dans l'article c'est : Pourquoi PSA s'est retiré du marché iranien en 2012 ? de mémoire, PSA vendait très bien les bonnes vieilles 405 PARS et autres 206 tricorps... ne serait ce pas purement politique avec la signature à l'époque d'un pseudo partenariat avec Général Motors ?

Par

En réponse à avantime78

mais la principale question qui n'a évidement pas été exploitée dans l'article c'est : Pourquoi PSA s'est retiré du marché iranien en 2012 ? de mémoire, PSA vendait très bien les bonnes vieilles 405 PARS et autres 206 tricorps... ne serait ce pas purement politique avec la signature à l'époque d'un pseudo partenariat avec Général Motors ?

oui c'est bien ca mais ce n'est un secret pour personne

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire