Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

PSA perquisitionné sur plusieurs de ses sites

PSA perquisitionné sur plusieurs de ses sites

La DGCCRF avait déjà perquisitionné les locaux parisiens de Renault en début d'année suite au début de l'enquête de la Commission Royal, qui a depuis rendu son verdict. Jeudi dernier, c'était au tour de PSA de recevoir la "visite" de cette même répression des fraudes. Le groupe français se dit toutefois très confiant, et il a de bonnes raisons.

La commission "Royal" mandatée par la ministre de l'Ecologie poursuit petit à petit la publication de ses résultats et après une seconde salve au mois d'avril, il semble de plus en plus clair que des disparités fortes existent entre les constructeurs automobiles. Certains sont donc plutôt bons dans le traitement des oxydes d'azote tandis que d'autres, comme Renault et Opel, ont du retard, mais en sont conscients et ont déjà annoncé des travaux de rectification.

 

PSA ne faisait pas spécialement partie des mauvais élèves, notamment grâce à la présence fréquente sur ses modèles de la réduction catalytique sélective "SCR" qui permet de traiter efficacement ces NOx. PSA a tout de même eu la surprise de recevoir la visite de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui a perquisitionné les sites de Saint-Ouen (93), Vélizy (78), La Garenne-Colombes (92), Carrières-sous-Poissy (78) mais aussi Belchamps, où sont mis au point et testés les moteurs avec les équipementiers.

 

PSA perquisitionné mais confiant

Le groupe français peut cependant être relativement confiant puisque son système SCR lui donne un petit avantage sur bon nombre de concurrents, qui n'utilisent qu'un "simple" traitement avancé dit "piège à NOx", bien moins efficace (mais aussi moins coûteux...).

D'ailleurs, PSA avait pris les devants récemment en organisant lui-même des tests reprenant la base du protocole "RDE", qui sera mis en place dans le prochain cycle d'homologation. PSA a donc voulu jouer cartes sur table d'entrée de jeu, et il serait très surprenant de voir l'industriel français être pointé du doigt par le gouvernement au même titre que Renault a pu l'être en début d'année.

 

Le titre en bourse de PSA a malgré tout significativement baissé vendredi à un peu plus de - 3 % en bourse après l'annonce de ces perquisitions. 

Mots clés :

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

La perquisition....c'était jeudi dernier....

On est bien dans la rubrique "actualité" là ?

Par

Je rajouterai : Cette enquête de la DGCCRF, dont les perquisitions concerne les sièges du groupe Peugeot, Citroen et Ds, a été déclenché suite aux résultats obtenu concernant trois véhicules du groupe lors des tests d'émissions qui ont été commandité par la commission indépendante voulu par le gouvernement Français après le scandale du "dieselgate".

La DGCCRF précise que cette démarche s'inscrit dans le déroulement normal de la procédure.

Une fois de plus, si toutes ces histoires peuvent obliger les constructeurs a avoir une autre politique que le "tout diesel" dont peugeot et vw était les grands défenseurs, c'est au final le citoyen qui sera le grand gagnant dans cette histoire car nos gouvernants ont été trop longtemps conciliant avec les véhicules diesel, que cela soit en matière d'avantage fiscaux, comme des seuils de tolérance à la pollution.

Par

En réponse à roc et gravillon

La perquisition....c'était jeudi dernier....

On est bien dans la rubrique "actualité" là ?

Toi aussi tu avais remarqué un "certain décalage" :bien:

Perso, j'ai appris la nouvelle sur des sites étrangers ... je dis ça, je dis rien :brosse:

Par

.... d'ailleurs sa me rappelle que caradisiac avait annoncé le rachat de Chrysler par Fiat quatre jours après que l'info soit sortie sur tout les autres sites spécialisés sur internet, faut croire que les journalistes de caradisiac sont susceptibles sur certains sujet. :fleur:

Par

L'état étant actionnaire de Renault à hauteur de 20%, il est inadmissible qu'il perquisitionne chez Peugeot.

C'est à un service de police étranger non européen de le faire : Russie, Amérique latine hors Brésil, moyen orient hors Iran/Israël, Inde...

Tous les pays qui ne comptent pas de constructeurs concurrents et et aucun conflit d'intéret.

Mais ce gouvernement ne vois jamais d'inconvénients aux conflits d'intérêts...

Bizarrement, Renault à triché (gruge matérielle et non informatique) et ne sera ni épinglé, ni montré du doigt comme tricheur.

Par

En réponse à atmophile

L'état étant actionnaire de Renault à hauteur de 20%, il est inadmissible qu'il perquisitionne chez Peugeot.

C'est à un service de police étranger non européen de le faire : Russie, Amérique latine hors Brésil, moyen orient hors Iran/Israël, Inde...

Tous les pays qui ne comptent pas de constructeurs concurrents et et aucun conflit d'intéret.

Mais ce gouvernement ne vois jamais d'inconvénients aux conflits d'intérêts...

Bizarrement, Renault à triché (gruge matérielle et non informatique) et ne sera ni épinglé, ni montré du doigt comme tricheur.

L'Etat est actionnaire de PSA à hauteur de 15% ;)

Par

En réponse à MaitreSoda

L'Etat est actionnaire de PSA à hauteur de 15% ;)

Autant pour moi, c'est donc que l'état est pas foutu de faire respecter sa loi dans les boites ou il à un pied.

Par

En réponse à roc et gravillon

La perquisition....c'était jeudi dernier....

On est bien dans la rubrique "actualité" là ?

Oui, et ce n'est pas que Cara en ait profite pour faire une analyse plus fouillee que ce l'on a pu lire a chaud... L' E-F1 a pris toutes les energies de la redaction!

Par

En réponse à atmophile

Autant pour moi, c'est donc que l'état est pas foutu de faire respecter sa loi dans les boites ou il à un pied.

Ben si, d'ou la perquisition pour recuperer les preuves, non?

Par

En réponse à Arnime

Ben si, d'ou la perquisition pour recuperer les preuves, non?

Ben, si, la perquisition c'est de la répression, pas de la prévention, ni du simple contrôle... pas avec la DGCCRF.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire