Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Qui n'a pas son SUV ?

Dans Nouveautés / Autres actu nouveautés

Le salon de Genève 2016 sera celui des SUV : d’Audi à Peugeot en passant par Seat, Skoda ou Toyota, la plupart des constructeurs généralistes dévoileront de nouvelles propositions dans cette catégorie qui a le vent en poupe. Et pour les constructeurs encore privés de tels véhicules, les temps sont difficiles.

La Peugeot 2008 restylée sera dévoilé à Genève.
La Peugeot 2008 restylée sera dévoilé à Genève.

Peugeot 2008 restylée, Audi Q2, Seat Ateca, Toyota C-HR, Kia Niro, Opel Mokka X, Maserati Levante, auxquelles s’ajouteront  de nombreux concept-cars, notamment chez Skoda (Vision S), Subaru, Mitsubishi ou Ssangyong… : l’édition 2016 du salon de Genève sera celle des SUV, véhicules essentiellement taillés pour la route mais au style inspiré du monde du 4x4. A cela une bonne raison : cette catégorie de véhicules est véritablement plébiscitée en Europe depuis quelques années.

Dans un marché en hausse de 9,3% l’an dernier, les SUV ont affiché une croissance de 24%, pour atteindre un volume de 3,2 millions d’unités. Le cabinet d’analyse stratégique Jato, qui a récemment publié une étude sur le sujet, précise ainsi qu’ils ont représenté 22,5% des ventes globales, devant les citadines type Renault Clio (22%) et les compactes type VW Golf (20,6%). Dans le même temps, les monospaces accusent une chute continue de leurs ventes, en l’occurrence à peine 10,5% du marché européen l’an dernier.

Qui n'a pas son SUV ?

Skoda Vision S

 

A l’échelle hexagonale, les SUV auront assuré 26% des ventes l’an dernier, et le mouvement continue de prendre de l’ampleur : le Renault Kadjar est la star montante du marché du neuf, bien aidé en cela par un Peugeot 3008 vieillissant (celui-ci sera renouvelé à l’automne), tandis que les Renault Captur et Peugeot 2008 trépignent au pied du podium des meilleures ventes.

Qui n'a pas son SUV ?

Seat Ateca

 

Les SUV ont le vent en poupe, donc, et tout particulièrement les modèles de taille intermédiaire (40% des ventes en Europe) et les compacts (38%). Les Nissan Qashqai et Renault Captur caracolent en tête de chacune de ces deux catégories, tandis qu’en haut de gamme ce sont les Volvo XC60 et BMW X5 qui rencontrent les faveurs du public. « Le boom des ventes de SUV repose sur des facteurs tant économiques que sociaux, comme la baisse des prix du carburant et le pouvoir d’attraction accru de ces véhicules », résume Felipe Munoz, auteur de l’étude Jato.

Pour les constructeurs privés de tels modèles, les temps sont difficiles. L’exemple de Citroën le résume à lui seul. Dans un article que lui ont consacré récemment Les Echos, la patronne de Citroën Linda Jackson admettait avoir « vraiment besoin d’un crossover urbain », modèle d’une taille supérieure à la C4 Cactus, laquelle se vend certes bien (82 000 unités en 2015) mais pas suffisamment pour contrecarrer l’érosion globale des ventes de la marque (-2% en 2015, quand Peugeot progressait de 4,6%). Pourtant, il faudra attendre encore au moins un an avant de découvrir le modèle de série extrapolé du concept car Aircross. On imagine sans peine l’impatience dans les bureaux du constructeur…

 

 

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Allez, je suis un chic type, je vous ai extrait la substance moelleuse de l'article :

"Le boom des ventes de SUV repose sur des facteurs comme le pouvoir d’attraction accru des SUV."

Merci au Felipe en question pour cette analyse pertinente et sensée. C'était bien la peine de nous pondre une étude pour çà tiens...

Presque aussi absurde que d'acheter ces patapoufs motorisés finalement...

Par

Oui bon, une collègue qui va déménager parlait encore ce matin du SUV de son mari dans lequel ils se sont rendus compte qu'on ne pouvait pas charger une caisse d' 1.40 m de long.

Dans mon break, j'ai récemment entré un kit porte de 2m de long acheté dans un brico.

Et quand les banquettes ne sont pas rabattues, j'y loge confortablement 5 adultes. J'ai pu voir récemment la place qu'il y a à l'intérieur d'une Mercedes GLK, et aux places arrière, il n'y a pas photo.

Bref, un SUV a les inconvénients d'une grosse voiture (prix et encombrement) sans en avoir les avantages (logeabilité).

Mais tout le monde (ou presque) en rêve. Ca en dit long sur le besoin de paraître de la plupart des gens.

Par

IL y en a quelques-uns de jolis, beaucoup de moches, mais dans tous les cas ça n'aura jamais l'élégance d'une berline.

Par

Je constate qu'après les familiales, c'est au tour des monospaces de souffrir du développement des SUV... La raison est pourtant simple, comme les familiales, les monospaces ont grandi, se sont équipés ... et ont vu leurs tarifs exploser. Pour le même prix, entre un monospace et un SUV bien plus dynamique visuellement et tout aussi bien équipé, le choix est vite fait.

Remercions aussi les faiseurs de mode d'il y a 10 ans pour qui rouler en SUV était le summum de la réussite sociale, même quand on habite dans le XVe arrondissement de Paris et qu'on a autant besoin d'un SUV façon 4x4 que d'un tracteur quand on habite le centre ville. :jap:

Par

J'ai quand même hâte pour le Stelvio, histoire de voire la déculotté qu'il va mettre à l'Ateca & Co.

Par

En réponse à Dumbphone

Oui bon, une collègue qui va déménager parlait encore ce matin du SUV de son mari dans lequel ils se sont rendus compte qu'on ne pouvait pas charger une caisse d' 1.40 m de long.

Dans mon break, j'ai récemment entré un kit porte de 2m de long acheté dans un brico.

Et quand les banquettes ne sont pas rabattues, j'y loge confortablement 5 adultes. J'ai pu voir récemment la place qu'il y a à l'intérieur d'une Mercedes GLK, et aux places arrière, il n'y a pas photo.

Bref, un SUV a les inconvénients d'une grosse voiture (prix et encombrement) sans en avoir les avantages (logeabilité).

Mais tout le monde (ou presque) en rêve. Ca en dit long sur le besoin de paraître de la plupart des gens.

Le prix, copain, le prix... Le 2008 coûte 20 / 25.000 € ;)

Par

La mode par essence c'est le changement forcément pour les SUV comme pour le reste. Reconnaissons tout même que pour d'autres catégories les produits proposés pouvaient correspondre à un réel besoin monospaces pour les familles, break pour les capacités de chargement ou les loisirs, citadine pour la compacité et l'économie. Pour les SUV une pure invention marketing puisqu'ils n'atteignent ni ne surpassent jamais les catégories citées avant. Les prix et les possibilités de personnalisation de certains modèles induisent le fait que l'on s'adresse à une clientèle ciblée pour l'achat coup de cœur plus que sur un raisonnement logique.

Par

SuV, SuV everywhere...

Et oui ce n'est pas logeable, on en mets à peine plus dans un Duster que dans une R5...

Par

SI j'y vois un réel intérêt à cette mode, c'est que les véhicules réellement logeables et familiaux sont pour ainsi dire bradés en concession et chez les mandataires (pour 21-22K€ on est plutôt bien servi).

On a pourtant aujourd'hui un ensemble de bonnes propositions chez tous les constructeurs de 5 et 7 (plus ou moins vraies) places avec une soute qui ne se mange pas des passages de roues gigantesques, ou une banquette monocorps rigide où deux sièges enfants de n'importe quel groupe font presque touchette.

Par

"Et pour les constructeurs encore privés de tels véhicules, les temps sont difficiles."

Et pour les constructeurs qui se sont spécialisés dans les SUV et qui en ont l'expérience, les temps avaient de temps en temps été aussi difficiles : Jeep/Chrysler, Land Rover, Mitsubishi, Isuzu, GM, etc.

Moralité de l'histoire : avoir un SUV dans le catalogue n'est pas une indice de rentabilité.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire