Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Radars : les drones ne seront pas utilisés pour le moment

Dans Moto / Pratique

Radars : les drones ne seront pas utilisés pour le moment

L'utilisation des drones avait été évoquée lors de la sortie de la réunion du comité interministériel de sécurité routière (CISR) par Manuel Valls le 2 octobre dernier. Cette décision se noyait au milieu des 22 autres mesures de répression et de prévention. Là où nous attendons fermement l'apparition des radars leurres sur nos routes, il semblerait que l'utilisation des drones pour mettre des amendes ne soit plus au programme.


Pourtant la mise en place semblait bien partie puisque le déploiement devait commencer en ce moment même. Ce sont nos confrères du Parisien qui ont balancé l'info, les gendarmes de l'Oise qui étaient en charge de tester en premier les radars drones ont reçu un ordre d'annulation. Il semblerait que l'absence d'un « mode d'emploi » est été la raison, mais il s'agirait plus d'un souci juridique pour encadrer d'utilisation de ces engins volants.


En effet de base pour des civils, l'utilisation d'un drone est réglementée. Par exemple le vol de l'engin peut interférer avec d'autres aéronefs, créer un accident en cas de panne par exemple et il y a aussi une notion de vie privée. On peut aisément penser que la gendarmerie (bien que faisant partie d'un corps de l'armée) est soumis également à des droits et des devoirs.


À la base, ces engins avaient pour but de survoler les routes et d'effectuer des contrôles de vitesses. Ce type d'utilisation pourrait donc être juridiquement attaquable sans compter le fait de survoler des terrains privés (ou des habitations), une autoroute soumise à un régime particulier, les conditions météo qui peuvent affecter les relevés, sans parler d'une chute de l'appareil. Sans être mis au rebut pour le moment, l'État devra mettre en ordre toutes ces questions juridiques avant de les mettre en test peut-être au printemps.


De leur côté, les associations pour la sécurité routière couinent déjà du bond en arrière fait par les autorités alors que les chiffres de la mortalité sont encore à la hausse.


Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Oui, et puis un drone qui s'écraserait sur une route chargée risquerait de faire de sacrés dégats !

Par Anonyme

 Et le drone à airbag, t'y as pensé, hum???

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire