Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Renault et Nissan : la rumeur d'une fusion

Dans Economie / Politique / Industrie

Renault et Nissan : la rumeur d'une fusion

Carlos Ghosn travaillerait à la fusion de Renault, Nissan et Mitsubishi, qui ne formeraient plus qu'une seule entité. Mais l'opération est des plus complexes, avec des exigences des gouvernements français et japonais.

Mardi, l'Alliance Renault-Nissan a fêté ses 19 ans. Et les relations entre le français et le japonais pourraient être chamboulées dans les mois à venir. Ils ne vont pas se séparer, au contraire : depuis quelques heures, la rumeur enfle sur une fusion à venir. Celle-ci a même un effet très positif sur la valeur en bourse de l'action Renault.

Au fil des années, Renault et Nissan n'ont cessé de se rapprocher, mettant le paquet sur les synergies, mais surtout pour partie la technique, partageant plates-formes, moteurs, usines… Mais l'Alliance est une super-coopération et non un groupe. Les deux parties gardent leur indépendance. Elles sont liées par des participations : Renault détient 43 % de Nissan et Nissan détient 15 % de Renault. Chacune a son propre groupe de marques (Dacia, Lada, Samsung pour le français, Infiniti et Datsun pour le japonais). Et depuis 2017, Mitsubishi a été rattaché à l'Alliance car Nissan en détient 34 %.

Selon les infos de Bloomberg, Carlos Ghosn serait en charge de gérer le processus de fusion. Cela explique en partie la nomination d'un nouveau numéro 2 pour le Losange, Thierry Bolloré. Avec ce dernier, Ghosn va davantage se concentrer sur le rapprochement des marques. L'AFP a tenté de contacter Renault et Nissan, mais aucun n'a voulu commenter ces informations, qualifiées de "spéculation". Mais il y a quelques semaines, Ghosn avait laissé entendre qu'un rapprochement plus fort de Renault et Nissan était une suite logique de leur histoire

Si Renault et Nissan se connaissent bien, la fusion s'annonce comme un dossier complexe, sur lequel plane l'ombre des politiques. Les susceptibilités nationales ne vont pas aider, l'État français détenant 15 % de Renault et ne cachant pas son envie de voir la marque française garder le dessus. Mais du côté japonais, on veut que Nissan monte en puissance car celui-ci représente une large majorité des ventes de l'Alliance et est mieux implanté internationalement. Bref, c'est un véritable casse-tête qui se présente.

Mots clés :

Commentaires (88)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Une pensée émue à tous ceux qui pensent encore qu'au sein de l'Alliance, c'est Renault le boss :ange:

Par

Les japonais auraient tout à perdre. En échange d'une technologie et de ventes mondiales apportées à Renault qui n'a ni l'une ni l'autre, ils obtiendraient les exigences politiques du gouvernement français sur toutes les décisions d'investissement et l'emploi.

Par

En réponse à Initiale Pastis

Une pensée émue à tous ceux qui pensent encore qu'au sein de l'Alliance, c'est Renault le boss :ange:

Tu peux étayer un peu tes propos parce que rien n'indique le contraire dans l'article à moins que le pastis ne rende t'as compréhension difficile.

Et faudrait que tu comprennes que le seul boss dans ce genre de boîte coté en bourse c'est l'actionnaire majoritaire.

Par

Nissan vend deux fois plus que Renault, donc ils devraient piloter le groupe et racheter des parts de Renault, parce que sinon ils n'ont pas grand chose à gagner

Par Profil supprimé

En réponse à north french

Tu peux étayer un peu tes propos parce que rien n'indique le contraire dans l'article à moins que le pastis ne rende t'as compréhension difficile.

Et faudrait que tu comprennes que le seul boss dans ce genre de boîte coté en bourse c'est l'actionnaire majoritaire.

Heu ça peut mener au divorce aussi, pour pas beaucoup plus cher, et qui serait gagnant?

Certainement pas le cric.

Par

Là on pourrait commencer à causer de premier groupe mondial...hein Mouldu...

Et puis.... ça tomberait bien... Carlos se barrant plus ou moins à la retraite, plus qu'un salaire à verser...

Après lui, le déluge...

Par

En réponse à Profil supprimé

Heu ça peut mener au divorce aussi, pour pas beaucoup plus cher, et qui serait gagnant?

Certainement pas le cric.

C'est qui le cric?

Par

En réponse à north french

Tu peux étayer un peu tes propos parce que rien n'indique le contraire dans l'article à moins que le pastis ne rende t'as compréhension difficile.

Et faudrait que tu comprennes que le seul boss dans ce genre de boîte coté en bourse c'est l'actionnaire majoritaire.

Ok et tu fais comment lorsque les dirigeants de l'actionnaire majoritaire sont clairement pro-Nissan ?

Ces dernières années, Renault n'a pas cessé de s'écraser devant Nissan, en cédant constamment à leurs revendications.

Dans n'importe quel pays au monde, cette histoire d'alliance aurait été réglé en quelques semaines, sous la forme d'une fusion, l'actionnaire majoritaire prenant totalement le contrôle de l'autre société (tout en respectant son identité).

Y a qu'en France et avec Renault, qu'une société (Renault) qui en a sauvé une autre (Nissan) se laisser bouffer et racheter par celle-ci.

Par

En réponse à Initiale Pastis

Ok et tu fais comment lorsque les dirigeants de l'actionnaire majoritaire sont clairement pro-Nissan ?

Ces dernières années, Renault n'a pas cessé de s'écraser devant Nissan, en cédant constamment à leurs revendications.

Dans n'importe quel pays au monde, cette histoire d'alliance aurait été réglé en quelques semaines, sous la forme d'une fusion, l'actionnaire majoritaire prenant totalement le contrôle de l'autre société (tout en respectant son identité).

Y a qu'en France et avec Renault, qu'une société (Renault) qui en a sauvé une autre (Nissan) se laisser bouffer et racheter par celle-ci.

"Ces dernières années, Renault n'a pas cessé de s'écraser devant Nissan, en cédant constamment à leurs revendications."

Lesquelles SVP ?

Qu'a donc "réclamer" Nissan ou Renault n'aurait pas été d'accord et par la suite aurait "céder" devant les exigences de NISSAN ?

Maintenant on vous pardonnera de ne pas avoir compris le principe de l'actionnariat majoritaire et du fait que la fusion vu les intérêt en jeu ne se fera pas comme ça en quelques semaines. Ne serait-ce a cause de la part de 15% de l'Etat Français.....

Mais bon, va falloir serieusement penser à stopper la boisson....ne serait-ce que pour votre santé.

Par

Il avait pas dis qu'il était "contre le principe de fusion" ? Je m'en souviens tres bien

Donc soit c'est des rumeurs pipeau ... soit Carlos est un menteur

A mon avis c'est les 2

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire