Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Salon de Genève 2017 - Opel Crossland X : le changement, c'est maintenant [vidéo]

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Il ne devait pas être à Genève, il le sera peut-être finalement. C'est l'Opel Crossland X. Plus un minispace, mais un crossover, destiné à remplacer le Meriva. Reprenant les recettes esthétiques maison et pas mal d'aspects pratiques, il sera un concurrent à surveiller des Renault Captur et Peugeot 2008.

Salon de Genève 2017 - Opel Crossland X : le changement, c'est maintenant [vidéo]

Le Meriva est mort, vive le Crossland X ! En effet, le minispace de la marque n'aura pas de descendance et en restera à 2 générations. Point.

Son remplaçant cède de façon assumée à la mode du moment, celle des SUV. Le "X" de Crossland X le rattache clairement à ce monde, à la manière du grand frère Mokka X, et les gimmicks de carrosserie appuient sans conteste cette orientation. Sauf que le nouveau modèle ne pourra, lui, disposer d'aucune option 4 roues motrices, et qu'il est tout de même plus typé famille que le Mokka, qui garde ses prérogatives baroudeuses et viriles. Cela semble logique, pour lui qui ne veut pas voir partir ailleurs la clientèle captée par le Meriva...

 

Vous apprendrez que ce nouveau modèle partage sa plateforme avec le futur Citroën C3 Aircross. En effet, les partenariats industriels, initiés bien avant le tout récent rachat de la marque par PSA, le prévoyaient depuis longtemps. La plateforme PF1 est donc utilisée, ce qui interdit de reconduire les portes antagonistes du Meriva. On retombe donc sur des ouvrants classiques, qui font au passage gagner beaucoup de poids (non précisé). Et les motorisations, nous le verrons plus loin, sont issues de PSA également, du coup...

Le gabarit est plutôt costaud pour la catégorie, avec une longueur de 4,21 m, une largeur de 1,76 m et une hauteur de 1,59 m. C'est plus que qu'un Renault Captur (4,12 m) ou qu'un Peugeot 2008 (4,16 m), avec lesquels il bataillera, mais moins que le Mokka X (4,28 m) et que le Meriva sortant (4,29 m). 

De face, le Crossland X ressemble furieusement au Mokka X.
De face, le Crossland X ressemble furieusement au Mokka X.
Le profil évoque, lui, la citadine Adam. Regardez la courbe du pavillon...
Le profil évoque, lui, la citadine Adam. Regardez la courbe du pavillon...
La poupe a sa personnalité propre, assez massive.
La poupe a sa personnalité propre, assez massive.

 

Esthétique typée mélange et crossover

La plastique du nouveau crossover au blitz présente une sorte de patchwork de différents modèles de la marque, enrobé des attributs classiques déjà vus chez ses congénères SUV urbains. Bas de boucliers non peints avec sabots de protections, élargisseurs d'aile et bas de portières également parées de protections plastiques, barres de toit et garde au sol surélevée sont de la partie.

L'air de famille avec le Mokka X est flagrant, surtout de 3/4 avant. On retrouve d'ailleurs la signature lumineuse en aile double, reprise par les feux de jours situés à l'intérieur des optiques. Ces dernières peuvent adopter la technologie full LED mais ne sont pas matricielles comme sur l'Astra.

Le profil, lui, reprend la ligne de toit atypique de la citadine chic Adam, avec son aileron de requin inversé au niveau du montant arrière, et le jonc chromé qui va bien. Vous aurez d'ailleurs remarqué la possibilité d'opter pour une peinture bi-ton, avec 4 couleurs au choix pour le pavillon : noir, gris, blanc, ou couleur carrosserie (avec les coques de rétros assorties). Le Crossland X est donc un minimum personnalisable.

Les portières sont creusées d'un gros coup de gouge, qui leur donne du relief et qui est pour le coup en provenance de l'Insignia, la berline de la marque.

Enfin l'arrière est plus personnel. On retrouve des feux à LED avec signature visuelle en aile double, mais le dessin est bien différencié. Pas très aérien, inspirant une certaine solidité, mais très massif. On notera sous forme de clin d'œil une trappe à essence accolée à l'arche de roue. Le but : éviter un trait de carrosserie supplémentaire et profiter d'un existant. Le résultat n'est pas forcément convaincant, il est surtout peu habituel. Et reste anecdotique il faut le reconnaître.

La planche de bord s'inspire de celle de l'Astra. Très horizontale, elle est assez épurée, et bien finie. Mais l'omniprésence du noir et du gris rend l'ambiance triste.
La planche de bord s'inspire de celle de l'Astra. Très horizontale, elle est assez épurée, et bien finie. Mais l'omniprésence du noir et du gris rend l'ambiance triste.

 

Habitacle sérieux mais triste

Dans l'habitacle, c'est la recette de l'Astra qui est reprise. La planche de bord s'inspire en effet directement de celle de la berline, avec un traitement horizontal des éléments. La multitude de boutons du Meriva a disparu, au profit d'interfaces épurées et d'un écran tactile de 7 ou 8 pouces selon la finition, situé à une hauteur que l'on dira convenable.

L'ambiance est cependant très sombre, et triste. Espérons que des coloris plus clairs soient proposés à terme.

En tout cas la qualité de fabrication est à souligner. Les assemblages sont bien réalisés, les matériaux de bonne facture pour la catégorie. Le haut de planche de bord est moussé, les contre-portes aussi, mais seulement au niveau des endroits ou l'on pose le bras. Ailleurs, c'est du dur, mais qui ne sonne pas (trop) creux et qui semble assez résistant à l'usure et l'abrasion. C'est bien mieux qu'un Captur ou qu'un Juke, et presque aussi bien qu'un 2008.

 

Par contre, le passage côté crossover fait perdre un peu en modularité. Le "flex rail" (accoudoir coulissant) disparaît et la fonctionnalité "flex space" aussi. Impossible désormais, donc, de rabattre un petit siège central, et de rapprocher les sièges latéraux pour voyager confortablement à 2 sur la banquette. Cette dernière redevient classique, rabattable 60/40, et coulissante sur 15 cm. La belle longueur du Crossland X permet d'avoir une bonne longueur aux jambes pour les passagers, et sa hauteur conséquente une hauteur sous plafond appréciable. Mais là où l'Opel fait fort, c'est sur le volume de coffre. Les 410 litres offerts banquette reculée sont la meilleure valeur de la catégorie. Banquette avancée, on passe à 520 litres, un chiffre remarquable. Banquette rabattue, les 1 255 litres dégagés font moins bien que feu le Meriva (1 500 dm3), mais restent corrects face à la concurrence. Dans tous les cas, le volume est 100 % exploitable et l'entrée carrée permet de rentrer des objets encombrants en pleine largeur. Le seuil semble malgré tout un peu haut, mais là, on chipote.

La banquette laisse suffisamment d'espace aux jambes pour un adulte. Elle coulisse sur 15 cm.
La banquette laisse suffisamment d'espace aux jambes pour un adulte. Elle coulisse sur 15 cm.
Le coffre cube entre 410 et 520 litres, selon la position de la banquette. Un record.
Le coffre cube entre 410 et 520 litres, selon la position de la banquette. Un record.
Banquette rabattue, le plancher n'est pas plat, mais presque (avec plancher de coffre, absent ici), et le volume atteint 1 255 litres.
Banquette rabattue, le plancher n'est pas plat, mais presque (avec plancher de coffre, absent ici), et le volume atteint 1 255 litres.

 

Moteurs PSA et équipement riche

Côté moteurs, nous l'avons dit en préambule, le Crossland X se voit doté d'éléments en provenance de la banque d'organes PSA, seuls compatibles avec la plateforme. En essence, nous avons donc affaire à un 3 cylindres 1.2 de 81 ch en version atmo, et 110 ch et 130 ch en version turbocompressée. Ce sont donc des... Puretech. Le 110 ch peut s'accoupler à une boîte automatique classique à 6 rapports, une EAT6 évidemment. En diesel, un 1.6 CDTi est proposé en 2 niveaux de puissance : 99 et 120 ch. Il s'agit bien sûr de BlueHDI à la base. Les rejets de CO2, non encore homologués, sont annoncés en diesel à moins de 100 g.

 

On terminera cette prise de contact avec l'équipement. Sans proposer des choses folles, le Crossland X sera tout à fait au niveau, voire un peu au-dessus de la concurrence. On trouvera, selon les niveaux de finition, de série ou en option, le freinage d'urgence automatique en ville avec détection des piétons, la caméra de lecture des panneaux de signalisation, l'alerte anti-somnolence, le régulateur de vitesse intelligent (qui alerte le conducteur si la vitesse consigne est supérieure à la vitesse limite, grâce à la caméra de lecture des panneaux), l'affichage tête haute, la recharge de smartphone par induction, les feux full LED avec fonction automatique code/phare et éclairage d'intersection, l'écran tactile 7 ou 8 pouces avec navigation et connectivité Android auto et Apple CarPlay, connexion wifi 4G (avec abonnement, 3 mois gratuits), l'aide au parking active, l'alerte de franchissement de ligne, l'alerte de véhicule dans l'angle mort, la caméra de recul 180 degrés, le volant chauffant. Et bien sûr, les services connectés Opel On Star (appel aux services de secours en cas d'accident, assistance en cas de vol, contrôle à distance du véhicule par smartphone, téléchargement de destination pour la navigation, diagnostic du véhicule...).

Un package qui permettra de figurer en bonne place dans la catégorie.

 

Rien n'a filtré concernant les prix, non encore fixés, mais pour espérer se faire une place dans ce segment, dominé en France par les Renault Captur et Peugeot 2008, il faudra que le Crossland X bénéficie de prix d'appel similaires, c’est-à-dire autour de  17 000 €, ou bien justifier d'un rapport prix/équipement plus favorable. Dans le cas contraire, il serait condamné à l'anonymat…

Portfolio (13 photos)

En savoir plus sur : Opel Crossland X

Commentaires (26)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

J'aime pas.

Pas mal la tentative Audi Like des feux avant.

Par

Il a l'air prometteur.

C'est marrant de voir une Opel qui n'a finalement rien d'opel, ni châssis, ni boîte, ni moteur. C'est beau la globalisation et les accords d'échange de technologie.

Dommage pour le moteur, le 1.4t essence était vraiment sympa .

Par

c'est du pijo...

et c'est mieux que le 2OO8 break surélevé has been...

quand à la camelote captur... il est à des années lumieres!!

çà va se vendre comme des petits pains;..

en europe...

Par

Sur la photo d'illustration, j'ai l'impression de voir l'arrière d'un 3008 / 5008... Pour le reste, on dirait un Captur avec des lignes moins marquées et une face avant d'Opel. Une face avant d'une fadeur exceptionnelle. Niveau habitacle, c'est pas mieux. Bizarre et pas des masses joli à mon goût.

Par

En réponse à henri13enforme

Complètement raté:blague:

Un profil de corbillard, hideux comme la Adam...

Par

C'est bien une Opel...

Massif, moche, stylistiquement vieux...

Par

Il y a quelques années, une Opel était moche et retardée. Cela change on dirait. Je le trouve réussi.

Par

En réponse à tompouce007

Un profil de corbillard, hideux comme la Adam...

Non le ou la adam:voyons: est plutôt reussi je trouve...mais cette chose :peur:

Par

On dirait un quoichequoiche .

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire