Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sea Bubble : des taxis volants sur la Seine dès l'année prochaine

Dans Futurs modèles / Technologie

Au printemps 2017, un drôle de taxi sera testé dans la Capitale. La Sea Bubble est une petite embarcation électrique qui s'élève au-dessus de l'eau. Son concepteur rêve d'en faire une nouvelle forme de VTC avec des courses à prix abordables.

Sea Bubble : des taxis volants sur la Seine dès l'année prochaine

À Paris, après la fermeture de plusieurs kilomètres de voies sur berges, la circulation s'est logiquement décalée sur les quais au-dessus. En 2017, une partie pourrait se reporter… sur la Seine, avec des taxis volants (ou presque). Ce qui peut sembler être un projet de science-fiction s'apprête à devenir réalité avec la Sea Bubble.

Cet étonnant engin a été inventé par le navigateur Alain Thébault. En plus d'un pilote, cette embarcation qui fonctionne à l'électricité peut transporter quatre passagers. Évidemment, la bulle n'est pas en lévitation au-dessus de l'eau : elle s'élève grâce à de fines ailes.

Son concepteur est actuellement en train de réaliser le premier prototype à l'échelle 1, après des essais sur des maquettes à échelle réduite. Il espère pouvoir dès le printemps prochain faire une démonstration publique au pied de l'Assemblée Nationale, avec cinq exemplaires. Alain Thébault a le soutien de la maire de Paris Anne Hidalgo, qui a donné son feu vert pour l'expérimentation.

Les stations seront aussi des lieux de recharge pour ces bulles zéro émission.
Les stations seront aussi des lieux de recharge pour ces bulles zéro émission.

New York est intéressé

La Mairie souhaite développer le transport fluvial pour décongestionner ses rues. Alain Thébault envisage un service semblable aux taxis et VTC avec la possibilité de réserver une bulle sur le Net pour une course dont le prix est inférieur à 10 €. La start-up a imaginé les stations d'amarrage et de recharge, avec des hydroliennes placées sous les docks pour produire l'énergie nécessaire grâce au courant de la Seine.

Paris ne serait pas la seule ville intéressée par la Sea Bubble, le concepteur signale qu'il a eu des demandes à New York, Miami ou Seattle. Autant de lieux qui souhaitent utiliser ces espaces aquatiques sous-utilisés.

Mots clés :

Commentaires (31)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Wow, pour une fois je suis impressionné !

Par

" avec des hydroliennes placées sous les docks pour produire l'énergie nécessaire grâce au courant de la Seine."

Si le principe est efficient ( ce qui serait très étonnant vu le cours pour le moins paisible du fleuve parisien ), pourquoi ne pas simplement commencer par cloquer des dizaines de ces hydroliennes de part et d'autres des quais parisien pour alimenter les recharges autolib' ou l'éclairage public avant de se lancer dans ce bazar pour le moins curieux....

Par

En réponse à Maître_Yoda

Wow, pour une fois je suis impressionné !

C'est une puce canine robotisée agrandie 200 fois que tu vois là....

Par

En réponse à roc et gravillon

C'est une puce canine robotisée agrandie 200 fois que tu vois là....

Pas impressionné par le visuel, mais par le concept.

Par

Avec la faune qu'on a aujourd'hui sur Paris, vont pas faire de vieux os ces machins là

Par

En réponse à Maître_Yoda

Pas impressionné par le visuel, mais par le concept.

A part cloquer bien moins de monde dans chaque unité, ça apporte quoi de plus que ça ?

http://www.batobus.com/

Et qui sera le skipper ?

Un gars qui ira convoyer 4 personnes au max ?

Quel rendement !

Par

Et t'as vu le prix du lien que j'ai cloqué ?

Pass annuel : 60 €..... pour autant de voyages que tu veux entre les 9 stations existantes....

Comme d'hab' à Paname, il existe plein de trucs pour se déplacer à bon compte, voir de manière ludique dont les gens n'ont pas même conscience.

Par

Comme un parfum de bus volant chinois cette histoire...

L'idée pourrait marcher cependant, mais à Paris, à qui profitera ce cirque dont le réseau sera forcément limité puisqu'utilisant la Seine ? Soit ça servira aux quelques chanceux qui travaillent et habitent sur la Seine, soit cela imposera une correspondance à pieds avec bus, métro, RER...

Bref, ce n'est pas près de désengorger le trafic dans la région...

Par

En réponse à roc et gravillon

A part cloquer bien moins de monde dans chaque unité, ça apporte quoi de plus que ça ?

http://www.batobus.com/

Et qui sera le skipper ?

Un gars qui ira convoyer 4 personnes au max ?

Quel rendement !

Le concept, c'est pouvoir démultiplier une idée : pour l'instant 4 personnes, mais pourquoi pas des dizaines plus tard ? Avec plusieurs navettes et une cadence soutenue cela peut-être intéressant. Ne pas exploiter le potentiel de la Seine, là est l'erreur.

Par

En réponse à fmartin360

Comme un parfum de bus volant chinois cette histoire...

L'idée pourrait marcher cependant, mais à Paris, à qui profitera ce cirque dont le réseau sera forcément limité puisqu'utilisant la Seine ? Soit ça servira aux quelques chanceux qui travaillent et habitent sur la Seine, soit cela imposera une correspondance à pieds avec bus, métro, RER...

Bref, ce n'est pas près de désengorger le trafic dans la région...

Voilà, l'idée est bonne. À voir ce qu'ils en font maintenant !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire