Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière : l'ivresse de la fatigue existe

Dans Pratique / Sécurité

Sécurité routière : l'ivresse de la fatigue existe

On sait qu’après avoir bu il ne faut pas dépasser un taux d’alcoolémie sous peine d’être en infraction. Demain, sera-t-on verbalisé parce que l’on n’aura pas eu assez d’heures de sommeil ? Le réveil serait dur et une telle mesure ferait le lit d’une descente de mécontents dans la rue. Un cauchemar éveillé qui n’est pas près d’arriver. Cependant, des scientifiques ont démontré qu’un manque de sommeil pouvait être aussi dangereux au volant qu’une consommation abusive d’alcool.

C’est une étude inédite qui a été menée par la fondation pour la sécurité routière des États-Unis. Une approche destinée à quantifier enfin les risques d’accident de la route en fonction du temps de sommeil des 24 heures précédentes. Une préoccupation d’actualité lorsque l’on sait, par exemple, qu’en France, selon le bilan de l’accidentalité de l’année 2015, dans presque un accident mortel sur quatre, soit 24 %, l’un des conducteurs était victime de “somnolence” ou de “fatigue”. Une estimation basée sur les survivants.

L’étude américaine s’est basée sur une base de données nationale recensant un échantillon représentatif des rapports d’accidents de la police survenus entre juillet 2005 et décembre 2007 aux États-Unis, et ayant nécessité l’intervention des services médicaux. Au total, 4 571 accidents sérieux impliquant 3 579 conducteurs responsables de l’accident et 3 655 impliqués sans en être la cause.

Au bilan, il ressort globalement qu’en ne dormant que 5 à 6 heures, on double le risque d’avoir un accident, comme une personne avec un taux d’alcoolémie de 0,8 g. Chaque heure de sommeil manquante augmente donc le risque d’avoir un accident grave. Par ailleurs, il est confirmé que le risque d’endormissement au volant est majoré lorsque l’on conduit en nuit profonde. Une période où les rythmes biologiques poussent le corps à s’endormir.

Sept heures sont la quantité de sommeil minimale habituellement recommandée pour des adultes. Les résultats révèlent que, pour les conducteurs responsables d’accident, le risque est doublé s’ils n’ont dormi que 5 à 6 heures. Un risque équivalent d’avoir un accident en conduisant avec 0,8 g d’alcool dans le sang. Pour moins de 4 heures de sommeil, l’impact est pire, puisque le risque est décuplé, comme c’est le cas pour un conducteur ayant une alcoolémie de 1,2 à 1,5 g.

L’occasion de rappeler qu’il est préférable d’avoir fait une bonne nuit, voire une sieste, dans les 24 heures qui précèdent la prise du volant pour un long trajet. Il ne faut non plus pas hésiter à s’arrêter lorsque l’envie de dormir se fait pressante. Une vingtaine de minutes pour somnoler permet de récupérer avant de reprendre la route pour quelques kilomètres. Enfin, les signes qui annoncent la fatigue sont les bâillements, les paupières lourdes, la raideur de nuque, ou encore le besoin incessant de changer de position. Des indicateurs à prendre au sérieux car le passage de l’état de veille au sommeil est brutal. D’une seconde à l’autre.

 

Commentaires (21)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il faut être idiot pour avoir besoin de ce genre d'études pour réaliser que la fatigue est un facteur accidentogène comme la vitesse, l'alcool ou les stupéfiants.

Mais à la différence de la vitesse, il est plutôt difficile de quantifier la fatigue par rapport à un seuil, par conséquent difficilement verbalisable. Du coup, on comprend pourquoi la SR s'en fout un peu, comme autres phénomènes accidentogènes comme le non-respect des distances de sécurité, les changement de file sans cligno, les contrôles rétroviseur, etc.

Par

Joyeux Noël Dédé :coucou:

j'ai rien compris mais c'est pas grave j'ai du végétal et bio :buzz:

Par

En réponse à ytsejamqt

Il faut être idiot pour avoir besoin de ce genre d'études pour réaliser que la fatigue est un facteur accidentogène comme la vitesse, l'alcool ou les stupéfiants.

Mais à la différence de la vitesse, il est plutôt difficile de quantifier la fatigue par rapport à un seuil, par conséquent difficilement verbalisable. Du coup, on comprend pourquoi la SR s'en fout un peu, comme autres phénomènes accidentogènes comme le non-respect des distances de sécurité, les changement de file sans cligno, les contrôles rétroviseur, etc.

Que veux tu, il y a tant de lois, d'interdiction, de règles, d'autorisation provisoire ou exceptionnelle...

On ne sait plus et on n'est plus autorisé à penser par nous même! :mad:

On s'en tient à ce qu'on nous dit.

Vos vitres sont trop foncées...

Bouclez votre ceinture même si c'est pour changer le véhicule de place parce qu'il était garé au soleil...

Vous avez baissé votre voiture de 1cm elle n'est plus dans les normes, l'assurance ne couvre pas...

Roulez à 30kmh max ici et à plus de 70kmh la-bas...

Par

et après une grosse journée de taf, avec heures sup ou non, quand je me barre, rincé de la boite, faut que je fasse une sieste avant d aller chercher mes gosses, faire les courses dans le peu de temps qu il me reste, etc.... ^^ bizarrement, se crever au taf, en en ressortir lessivé, pour ensuite prendre la route, ne dérange personne. et on veut nous faire bosser plus, non pas pour étaler le boulot sur 39, ou 40,45, mais pour finalement nous rendre encore plus productif sur un temps plus long, tout en gardant le même rythme de travail que dénonce les moutons à cause des 35h ^^ bref, dormez, crevez vous à la tâche, regardez la tv, dormez, mais n ayez pas d accident ^^

Par

"il ressort globalement qu’en ne dormant que 5 à 6 heures, on double le risque d’avoir un accident, comme une personne avec un taux d’alcoolémie de 0,8 g"

Bon, il y a une chose qui me semble étrange, car en France on double le risque d'avoir un accident a 0.5G et a 0.8G on le multiplie par 10 !!

Mais peut être qu'aux USA, ils sont moins dangereux que nous lorsqu'ils boivent... :bah:

https://www.preventionroutiere.asso.fr/2016/03/31/alcool-risque-et-facteur-daccident/

Ensuite, il me semble qu'il y a des gens qui sont vraiment en pleine possession de leurs moyens après seulement 5/6 heures de sommeil (Et parfois moins dans le cadre de l'évènementiel que je connais a titre perso), alors que pour d'autres personnes, 8 heures constitue un minimum pour être opérationnel. :buzz:

On n'est pas tous égaux face au besoin de sommeil. :bah:

Par Profil supprimé

Bientôt le test de fatigue.

Si vous avez les yeux cernés. Amende immédiate. Confiscation immédiate du véhicule et obligation de faire une sieste dans la tente de la Croix Rouge derrière le combi des flics.

Par

En réponse à autobeauf

et après une grosse journée de taf, avec heures sup ou non, quand je me barre, rincé de la boite, faut que je fasse une sieste avant d aller chercher mes gosses, faire les courses dans le peu de temps qu il me reste, etc.... ^^ bizarrement, se crever au taf, en en ressortir lessivé, pour ensuite prendre la route, ne dérange personne. et on veut nous faire bosser plus, non pas pour étaler le boulot sur 39, ou 40,45, mais pour finalement nous rendre encore plus productif sur un temps plus long, tout en gardant le même rythme de travail que dénonce les moutons à cause des 35h ^^ bref, dormez, crevez vous à la tâche, regardez la tv, dormez, mais n ayez pas d accident ^^

C'est tout à fait ça. Les contraintes de la vie, surtout les enfants dans mon cas, nous poussent souvent à conduire fatigué... Et oui M Fillon, je ne veux pas bosser 39h et ça n'arrangera rien à la France !

Par

En réponse à Alx1206

C'est tout à fait ça. Les contraintes de la vie, surtout les enfants dans mon cas, nous poussent souvent à conduire fatigué... Et oui M Fillon, je ne veux pas bosser 39h et ça n'arrangera rien à la France !

Faut arrêter la pleurniche.

Nos vieux bossaient beaucoup plus et savaient se coucher plus tôt.

Par

En réponse à autobeauf

et après une grosse journée de taf, avec heures sup ou non, quand je me barre, rincé de la boite, faut que je fasse une sieste avant d aller chercher mes gosses, faire les courses dans le peu de temps qu il me reste, etc.... ^^ bizarrement, se crever au taf, en en ressortir lessivé, pour ensuite prendre la route, ne dérange personne. et on veut nous faire bosser plus, non pas pour étaler le boulot sur 39, ou 40,45, mais pour finalement nous rendre encore plus productif sur un temps plus long, tout en gardant le même rythme de travail que dénonce les moutons à cause des 35h ^^ bref, dormez, crevez vous à la tâche, regardez la tv, dormez, mais n ayez pas d accident ^^

44h/semaine en moyenne et...rarement fatigué. :bah:

Par

En réponse à gogomobile

Faut arrêter la pleurniche.

Nos vieux bossaient beaucoup plus et savaient se coucher plus tôt.

Et vivaient moins longtemps et en moins bonne santé...

"tais toi et crève..." :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire