Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière: la vidéosurveillance va sanctionner de nouvelles infractions

Dans Moto / Pratique

Sécurité routière: la vidéosurveillance va sanctionner de nouvelles infractions

La vidéo-verbalisation est une exception que la sécurité routière aimerait bien tourner en règle. C'est du moins l'impression laissée par cette nouvelle règle qui sera en vigueur dans quelques heures, une fois que l'année 2017 aura commencé. Un millésime décidément de tous les dangers. Jusqu'à présent quatre catégories d'infractions routières étaient constatables sans interception du conducteur en bord de route. En voilà onze de plus. Pas moins !


La vidéo-verbalisation, c'est déjà un fait acquis pour le non-respect des signalisations imposant l'arrêt des véhicules (feu rouge, stop...), le non-respect des vitesses maximales autorisées, le non-respect des distances de sécurité entre les véhicules et l'usage de voies et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules comme les bus ou les taxis.


À partir du 31 décembre 2016, sept catégories d'infractions supplémentaires pourront être constatées. Ce sont le défaut du port de la ceinture de sécurité, l'usage du téléphone portable tenu en main, la circulation, l'arrêt, et le stationnement sur les bandes d'arrêt d'urgence, le chevauchement et le franchissement des lignes continues, le non-respect des règles de dépassement, le non-respect des « sas-vélos », le défaut de port du casque à deux-roues motorisé.


La liste continuera à s'allonger durant les prochaines années. D'ici au 31 décembre 2018, on sait que le délit de défaut d'assurance sera concerné. La vidéo-verbalisation permet à un agent assermenté de constater sur un écran de contrôle une infraction au code de la route filmée par une caméra de vidéo-protection implantée sur la voie publique.


L'image du véhicule en cause est capturée pour identifier sa marque et lire les numéros de sa plaque d'immatriculation. L'agent verbalisateur édite alors, par voie électronique, le procès verbal. Ce procès verbal est ensuite transféré automatiquement au Centre national de traitement de Rennes (CNT) qui édite et adresse un avis de contravention au domicile du titulaire de la carte grise.


Voilà le principe. Sauf que, parfois les agents ne sont pas toujours si bien assermentés tandis que, normalement, l'infraction doit être relevée dès sa constatation à l'écran. Pourtant, il est des cas en France où les images sont exploitées après et l'infraction relevée a posteriori. C'est illégal. Mais qui pourra le prouver ?


Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

cette nouvelle surveillance n'arrêtra pas les terroristes armés qui circulent sur le territoire...elle n'empêchera pas non plus de rouler sans permis ni assurance et de plus alcoolisé.... les assassins de la route auront toujours la voie libre..désolée, mais cette vidéo surveillance va nous couter des sous et ne donnera pas le résultat excompté...

Par Anonyme

@marie : si justement, d'ici quelques mois, la lecture de ta plaque par les systemes radar fera le lien avec le fichier des assurances. D'ici à ce que ça se propage à une videosurveillance autonome, il n'y a qu'un pas. Quant aux terroristes armés qui circulent, si tu as une idée d'un système pour les repérer, n'hésite pas à en faire part au ministère de l'interieur. Sûr que ça va les interesser.

Par Anonyme

 l'Etat s'en branle des terroristes, ce qui l'intéresse c'est de racketter les gens!

Par Anonyme

 Même les municipalités s'y mettent en vidéo-verbalisant… Pour la sécurité ? Non pas, juste pour faire rentrer de nouvelles taxes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire