Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Social : trop réglementer les VTC serait néfaste pour l'emploi

Dans Pratique / Autres actu pratique

Social : trop réglementer les VTC serait néfaste pour l'emploi

On appelle ça « l’ubérisation » du secteur économique et il est généralement synonyme de précarité comme de surmenage dans une activité corrodée par la déréglementation sauvage. Mais d’autres experts économiques jugent le mouvement salutaire pour la croissance et l’emploi. Un débat ouvert depuis la révolution amenée par l’enseigne Uber dans le métier du transport de la personne.

L'assureur-crédit Coface ne s’est pas voilé la face en passant à la loupe les effets d’une économie dite collaborative. Deux pôles ont été passés au crible. Le système de location Airbnb et Uber. Dans tous les cas, la conclusion est sans appel : une réglementation trop contraignante des plateformes de Véhicule de Transport avec Chauffeur et d'hôtellerie serait néfaste pour la croissance et l'emploi français.

Le cas d’Uber va faire hérisser le poil des taxis institutionnels. Et pourtant, le concept s’est traduit par des créations nettes d'emplois et une baisse des prix pour le consommateur. Un argument qui arrive au moment où l’Etat réfléchit sur une réglementation de ce secteur d’activité. Une réduction de l'offre proposée via ces plateformes profiterait certes aux acteurs traditionnels, qui verraient leurs revenus augmenter. Mais elle se traduirait aussi par une hausse des tarifs qui pousserait à une baisse de la demande. Le tout empêcherait un report d'une partie de la clientèle vers les acteurs traditionnels.

Cette réduction de l’offre aurait des conséquences sur l’emploi selon Coface qui estime même l’impact : un recul de « 20 % du nombre de VTC » aboutirait à « une augmentation du taux de chômage de 0,15 point ». Terminant par un bilan dans le secteur du transport de personnes, Coface constate que le nombre de créations de VTC couvre très largement celui des défaillances d'entreprises observées chez les taxis traditionnels, même en tenant compte des disparitions précoces de l'activité de beaucoup d'autoentrepreneurs.

Concrètement, si les créations d'emplois sont plus faibles dans le cas de la création d'une entreprise de VTC que lors de la disparition d'une société de taxis mais « le solde net en matière d'emploi est positif ». Entre 2008 et 2016, 12 218 emplois ont été créés dans le secteur, soit une croissance de 64 %. Des chiffres qui seront à confronter avec l’enjeu d’une paix sociale qui ne laisse pas insensibles nos politiques au moment de réglementer.

Mots clés :

Commentaires (11)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Forcément, dans un monde corporatiste qui n'aime pas la concurrence et dont certains de ses acteurs en ont bien profité au détriment du service rendu à la clientèle, le réveil est douloureux... concurrence = qualité de service. Le point d'équilibre, c'est l'offre du meilleur rapport qualité/prix. S'il n'y a qu'un acteur, en situation de monopole, il fait la pluie et le beau temps. Y a qu'à voir la SNCF...

La plus grosse erreur, c'est d'avoir laissé la spéculation sur les licences s'installer...

Par

En réponse à Nicaurists15

Forcément, dans un monde corporatiste qui n'aime pas la concurrence et dont certains de ses acteurs en ont bien profité au détriment du service rendu à la clientèle, le réveil est douloureux... concurrence = qualité de service. Le point d'équilibre, c'est l'offre du meilleur rapport qualité/prix. S'il n'y a qu'un acteur, en situation de monopole, il fait la pluie et le beau temps. Y a qu'à voir la SNCF...

La plus grosse erreur, c'est d'avoir laissé la spéculation sur les licences s'installer...

C'est bien le but d'Uber, tuer la concurrence pour se trouver en situation de monopole, avec totale dependance des chauffeurs

Par

En réponse à Pat-78

C'est bien le but d'Uber, tuer la concurrence pour se trouver en situation de monopole, avec totale dependance des chauffeurs

c'est le but de toute entreprise d'etre numero 1, ca n'empeche pas d'avoir des concurrents ...

je suis plutot contre le monopole comme Nicaurits15 mais je comme il le souligne en fin de commentaire le probleme c'est les licences de taxi, il faut simplement trouver une solution equitable entre les taxis classiques et les VTC. un systeme de licence VTC serait une bonne solution mais elle devrait servir à "indemniser" en partieles taxis en place pour l'achat de leur licence taxi qui sont evidemment à des prix beaucoup trop elevé. (Dailleurs, ce prix baissera naturellement si il y a de la concurrence).

Au final la course serait plus chere chez uber et moins chere chez les taxi tradi. la concurrence serait loyale et tout le monde serait content.

mais bon on sait bien que les francais ont la reputation de raleur ... donc on ne sera jamais content ;)

Par

Le succès d'Uber est d'abord l'insuccès des taxis qui ont longtemps profité d'une situation de monopole aussi abusive que leurs tarifs. En revendant aussi des droits (licences) attribués gratuitement. A force de gonfler les prix dans une logique de court terme, il y a une demande pour une offre alternative plus intéressante financièrement. Après le forfait aéroport à 55 euros, si vous le réservez c'est 7 euros en plus, soit au total 62 euros! Il y a quelques années, 7 euros c'était le prix d'une course dans Paris. Et je n'ai jamais du payer plus de 2 ou 3 euros pour la prise en charge. Le tout pour poser mes fesses dans une Dacia break pour l'un et une 308 break avachie pour un autre... Pour ce prix là, vous partez avec EasyJet dans pas mal d'endroit sympas... Ou avez un Uber avec une voiture clean, confortable, etc...

Par

En réponse à gaets67

c'est le but de toute entreprise d'etre numero 1, ca n'empeche pas d'avoir des concurrents ...

je suis plutot contre le monopole comme Nicaurits15 mais je comme il le souligne en fin de commentaire le probleme c'est les licences de taxi, il faut simplement trouver une solution equitable entre les taxis classiques et les VTC. un systeme de licence VTC serait une bonne solution mais elle devrait servir à "indemniser" en partieles taxis en place pour l'achat de leur licence taxi qui sont evidemment à des prix beaucoup trop elevé. (Dailleurs, ce prix baissera naturellement si il y a de la concurrence).

Au final la course serait plus chere chez uber et moins chere chez les taxi tradi. la concurrence serait loyale et tout le monde serait content.

mais bon on sait bien que les francais ont la reputation de raleur ... donc on ne sera jamais content ;)

Ce sont les taxis qui se sont organisé pour faire de la cavalerie sur les licences, en augmentant artificiellement le prix. Je te la vend 100K euros sachant que dans 5 ans tu la revendras 130K et ainsi de suite... Ce petit jeu a marché jusqu'à des prix sans aucune réalité (250K à Paris, 400K sur Nice!) Sauf que maintenant avec Uber, les taxis n'arrivent plus à vendre leurs licences plus cher (je n'ai pas dit moins cher...). Et que ce sont justement les jeunes qui ne veulent pas rentrer dans ce jeu qui sont chauffeurs Uber.

Par

Über a fait éclater la bulle spéculative des licences dans l'unique marché du Taxi.

Explication de la naissance de la bulle :

https://www.contrepoints.org/2016/04/09/246500-licences-des-taxis-ce-nest-pas-au-contribuable-de-payer

Par

D'abord je rappellerai que le taxi est réglementé et que le tarif kilométrique est fixé par arrêté préfectoral, et ensuite la plupart en dehors des sociétés sont artisans et payent leurs charges sur ce statut et non pas sur celui d'auto-entrpreneur, statut de bien des v.t.c mais interdit aux taxis. Les sociétés, elles payent des charges pour leurs salariés, ce qui n'est pas le cas d'Uber, attaqué en justice par l'Urssaf et certains chauffeurs Uber en France, Uber attaqué en Angleterre et aux U.S.A, entre autre,pour la même raison par leurs chauffeurs.

Effectivement ces différences qui ne sont qu'une partie, outre le fait de l'optimisation fiscale de Uber qui ne paie pas d'impôt sur les bénéfices en France car montage vers la Hollande et les Bermudes, bénéficies aux utilisateurs de ce service mais pas aux chauffeurs de Uber.

Cette enquête de Coface met le doigt sur la condition de ces chauffeurs, mais ce n'est pas grave. En fait tous les employés des entreprises devraient passer au statut d'auto-entrepreneur, comme cela pas de charges patronales ....mais aussi pas de retraite ou de couverture en cas d'arrêt de travail et ainsi les entreprises vendraient leurs produits moins chers!

Par

ah un taxi du 06.... Mondialement connus pour être la crème de la crème ! Au fait, avec l'hiver la buvette du Terminal 2 fermée ?

Par

En réponse à Arnime

ah un taxi du 06.... Mondialement connus pour être la crème de la crème ! Au fait, avec l'hiver la buvette du Terminal 2 fermée ?

Je ne charge pas à partir de l'aéroport mais à partir des stations en ville et je reconnais malheureusement effectivement de nombreux abus des taxis niçois et particulièrement à partir de l'aéroport, ce qui fait que nous perdons ensuite des retours vers l'aéroport.

Je ne peux donc pas vous donnez des nouvelles de la buvette que je n'ai jamais fréquentée!

Pour autant faut-il prendre le modèle Uber? Seriez-vous prêt à être votre "patron" pour gagner 1/2 smic de l'heure sans couverture sociale complète (voir reportage d'un journaliste de C8 qui a fait l'expérience il y a quelques mois)?

Uber va augmenter de 10% ces tarifs suite au mécontentement de ses "patrons chauffeurs" mais prendre 25% de commission aux chauffeurs au lieu de 20%.

Uber est attaqué en justice en premier par ses chauffeurs dans de nombreux pays et aussi par certains états.

Alors c'est vrai il faut améliorer le service des taxis, paiement par carte obligatoire par exemple depuis janvier 2016 et pourtant sur Nice beaucoup la refuse encore alors que je la prend depuis août 2015.

Malheureusement la mauvaise image de la profession sur certaines communes est souvent justifiée par le comportement de certains.

Par

En réponse à pb06

Je ne charge pas à partir de l'aéroport mais à partir des stations en ville et je reconnais malheureusement effectivement de nombreux abus des taxis niçois et particulièrement à partir de l'aéroport, ce qui fait que nous perdons ensuite des retours vers l'aéroport.

Je ne peux donc pas vous donnez des nouvelles de la buvette que je n'ai jamais fréquentée!

Pour autant faut-il prendre le modèle Uber? Seriez-vous prêt à être votre "patron" pour gagner 1/2 smic de l'heure sans couverture sociale complète (voir reportage d'un journaliste de C8 qui a fait l'expérience il y a quelques mois)?

Uber va augmenter de 10% ces tarifs suite au mécontentement de ses "patrons chauffeurs" mais prendre 25% de commission aux chauffeurs au lieu de 20%.

Uber est attaqué en justice en premier par ses chauffeurs dans de nombreux pays et aussi par certains états.

Alors c'est vrai il faut améliorer le service des taxis, paiement par carte obligatoire par exemple depuis janvier 2016 et pourtant sur Nice beaucoup la refuse encore alors que je la prend depuis août 2015.

Malheureusement la mauvaise image de la profession sur certaines communes est souvent justifiée par le comportement de certains.

Je ne pense pas que le modèle Uber soit la solution et ce n'était pas l'objet de mon commentaire initial. Je parlais plus de mon rendu en tant que client relativement fréquent des taxis où l'on paie cher une prestation dont la qualité peut être considéré comme faible. D'où la recherche d'alternatives proposant un meilleur rapport qualité prix. La caricature en étant les taxis de l'aéroport de Nice - que je connais comme client, mais aussi vois agir lorsque je vais chercher ma moto et passe devant leur parking arrière... D'où ma connaissance de la buvette et autres joyeusetés...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire