Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Superbike: Flammini parle de la crise, du Moto2 et de MV Agusta

Dans Moto / Sport

Superbike: Flammini parle de la crise, du Moto2 et de MV Agusta

Paolo Flammini qui est au Superbike ce que Carmelo Ezpeleta est au Moto GP a profité du second rendez-vous de son championnat au Qatar pour faire un point de situation sur son paddock en cette période de crise. Comment le mondial fait face à cette conjoncture, c'est ce qu'a développé le Romain qui garde par ailleurs encore un oeil sur le règlement du Moto2 puisqu'il sollicite toujours un avis de la FIM à ce sujet:


« Il est important que la FIM définisse clairement ce règlement et l'on nous a assurés que ce serait fait à brève échéance » annonce-t-il. « Pour nous, une moto avec un moteur dérivé de la série ne peut pas être un prototype, mais nous attendons la position de la FIM ».


Sur ce, le transalpin a précisé ses démarches pour que son mondial ne souffre pas trop de la morosité ambiante: « Ne nous leurrons pas, nous avons des préoccupations. A Phillip Island nous avons demandé aux constructeurs de faire des propositions, mais la réduction des coûts est une priorité que nous avons mise en oeuvre depuis 2004. A la mi-saison, nous déciderons de ce que nous ferons pour 2010. »


Superbike: Flammini parle de la crise, du Moto2 et de MV Agusta


En tout cas, cela ne passera pas par une réduction du calendrier: « nous avons des contrats signés avec des organisateurs. Par ailleurs, le Supersport ne sera pas dissocié du Superbike. En revanche, certains déplacements en Asie pourront être reconsidérés. Le Japon est coûteux, la Chine n'est pas un marché prioritaire, tandis que l'Indonésie, le Vietnam ou la Corée le sont. »


Enfin, avec sept constructeurs, le Superbike peut se targuer de présenter une carte de viste bien fournie. Mais Flammini veut encore plus: « KTM est attendu pour 2010 tandis que nous pensons à MV Agusta. La marque est entre les mains d'Américains et le problème réside dans le nombre d'exemplaires à produire pour l'homologation. Nous allons demander à la FIM de réduire celui-ci à 1 000, ce qui ouvrira encore un peu plus les portes et ancrer cette philosophie qui veut que nous soyons un championnat pour les motos dérivées de la série. »


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire