Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Superstock 1000 - Interview Loïc Napoleone: Direction Assen avec une moto enfin prête

Dans Moto / Sport

Superstock 1000 - Interview Loïc Napoleone: Direction Assen avec une moto enfin prête

Son début de saison a officiellement eu lieu à Valence, mais sportivement, il débutera véritablement ce week-end à Assen. Notre pilote du 1000 Superstock, Loïc Napoleone a ainsi eu maille à partir en Espagne avec sa Suzuki K9 d'un team Celani qui n'avait pas encore cerné tous les paramètres techniques de cette nouvelle génération de la GSX/R.


Les séances d'essai du championnat italien de la spécialité, qui ouvrait dimanche sa campagne à Misano, a apporté le roulage nécessaire pour effacer cette ardoise et même si le Marseillais n'a pas pu courir, comme ses collègues, à cause d'une pluie diluvienne rendant la piste aussi impraticable que pour le Moto GP au Qatar, les solutions ont été trouvées. Il ne reste plus maintenant qu'à mettre tout ça en musique au pays des tulipes:


Loïc, on t'avait laissé avec une Suz en proie à des problèmes d'adhérence et avec un moteur stock. Qu'en est-il après ce week-end en Italie ?


On a fait trois jours d'essai qui ont été productifs. On a trouvé la solution pour notre problème de balance. L'arrière était trop relevé ce qui a causé notre souci de grip. On a tout revu, le châssis, les ressorts arrière, l'avant et on a maintenant une bonne moto.


Superstock 1000 - Interview Loïc Napoleone: Direction Assen avec une moto enfin prête


Et le moteur ?


Le moteur va bien. Le team a touché les pièces et il est plus rageur, il monte plus vite dans les tours. L'ensemble de tout ça fait que je pense avoir gagné une demi-seconde au tour. A Misano, j'avais le neuvième chrono en qualification, mais je valais un top 6. J'ai été gêné par deux fois avec mes pneus tendres. Puis il y a eu la pluie et l'huile déversée par une Supersport, si bien que l'on n'a pas couru.


Ce championnat italien est-il si différent ?


Il est de haut niveau, il y a pas mal d'anciens pilotes du mondial encore très affutés. Par ailleurs, il y a une concurrence entre les manufacturiers. Pirelli, Metzeler, Dunlop se tirent la bourre. C'est pour ça qu'on a avant tout travaillé avec les Pirelli SC2 pour résoudre nos soucis. Ce sont les pneus du championnat européen. Une fois qu'on a trouvé les solutions, j'ai passé les SC0 qui sont plus tendres et que l'on a qu'en Italie. Tu gagnes facile une seconde. C'est un gros championnat.


Assen, tu vois ça comment ?


On devrait être bon direct. On va encore travailler la hauteur de fourche pour le changement d'angle. Pour l'arrière, on a fait le maximum, on n'aura pas plus de grip. Le moteur va encore avoir quelques évolutions. Je vois un top 5. Ma saison va vraiment commencer à Assen.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire