Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Taxi vs Uber : en France on crie à la trahison et ça risque de chauffer

Taxi vs Uber : en France on crie à la trahison et ça risque de chauffer

Pour le moment, ça passe encore inaperçu, mais à l’approche d’une échéance électorale majeure, ça pourrait revenir en une de l’actualité. Il s’agit du conflit qui se poursuit entre les chauffeurs de taxi et les tenants des voitures de transport avec chauffeurs. Dont le symbole est la société Uber. Au sein de cette nouvelle profession, il y a aussi des tensions. Et dans les deux cas, c’est l’État qui est cloué au pilori.

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais ce samedi du long week-end pascal, les chauffeurs de taxi parisiens ont mené une action symbolique en se rassemblant porte Maillot, à Paris, avant de rejoindre, en cortège, le ministère des Transports sur le boulevard Saint-Germain. Rien à voir avec une chasse aux œufs, mais il s’agissait plutôt de sonner les cloches aux dirigeants et de leur faire comprendre qu’il serait malvenu de prendre les chauffeurs de taxi pour des lapins de six semaines.

Car ces derniers restent chocolat. Selon l’organisation syndicale Sud Taxi, des taxis font faillite tous les jours. Après avoir fait les comptes, elle recense 44 000 VTC sur Paris. Au bilan, sur Paris, il y a un taxi pour cinq ou six VTC. Et les organisateurs du mouvement ciblent bien les coupables : « ce n’est pas une guerre entre les VTC et les taxis, c’est l’État qui nous met dans cette situation car il ne fait pas respecter la loi. Nous respectons tout, et aujourd’hui nous sommes trahis ».

Trahison, le mot est lâché. Et il est lourd de sens et de ressentiments. Qui pourraient se matérialiser. Les chauffeurs se disent prêts, faute de réponses satisfaisantes, à durcir le mouvement avec des actions de blocages « durs » dans les prochains jours dans les aéroports ou les gares. Ils demandent au gouvernement l'application de la loi Thévenoud de 2014 et la mise en œuvre d'un fonds de garantie compensant la concurrence sur le marché des VTC.

Mots clés :

Commentaires (34)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ca ne changera rien, Hollande s'en tape, il n'est plus à ça prêt, maintenant il profite, en attendant que son fils spirituel prenne sa relève...

Et entre les taxis et la multinationale uber, je me demande pour qui va la préférence de Macron...

Par

En réponse à carrera13

Ca ne changera rien, Hollande s'en tape, il n'est plus à ça prêt, maintenant il profite, en attendant que son fils spirituel prenne sa relève...

Et entre les taxis et la multinationale uber, je me demande pour qui va la préférence de Macron...

On s'en fou de la préférence de Macron, c'est la préférence des consomateurs qui est importante, après s'être gavé toute leur vie ( je ne prend jamais le taxi en France, alors qu'à l'étranger c'est monnaie courante, les prix sont accesible) qu'ils fassent faillite je ne vais pas pleurer sur le sort, ils pourront passer chez Uber :)

Par

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxis_parisiens

lorsqu'on ne veut pas jouer le jeu de la liste d'attente, et préfère racheter la licence à un ancien à 250.000€, c'est sûr qu'il est difficile de s'en sortir et faire faillite...

la licence est gratuite. Tout ce qui reste à amortir, c'est le prix de la voiture, son entretien, son usage. Mais si on se plombe de 1/4 millions € en plus....

bref, que les taxis s'assument de leur combine (ou se retourner contre les anciens)

Par

J’espère que les taxis habituellement plutôt à droite se rendent comptent

que du PS jusqu'au FN en passant par les "Republicains" tous sont partant

pour laisser Huber là leur mettre bien profond !!

A bon entendeur....

Par

ce qui est rigolo de l'autre coté, c'est les VTC qui se rendent compte que le salaire est minable après 60h par semaine. Ce qu'on dit pas c'est que les taxis gagnent leur vie principalement au black ... pas facile quand tous les paiements passent par le téléphone ...

Par

En réponse à wizzfr

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxis_parisiens

lorsqu'on ne veut pas jouer le jeu de la liste d'attente, et préfère racheter la licence à un ancien à 250.000€, c'est sûr qu'il est difficile de s'en sortir et faire faillite...

la licence est gratuite. Tout ce qui reste à amortir, c'est le prix de la voiture, son entretien, son usage. Mais si on se plombe de 1/4 millions € en plus....

bref, que les taxis s'assument de leur combine (ou se retourner contre les anciens)

Petit rappel : il y a des droits de mutations à payer lorsqu'on achète ou vend une licence.

Et ces droits de mutation vont dans les poches de l'état. Ils ont autorisé cette et encouragé cette spéculative. Et bien entendu ils l'ont taxés.

Les taxis sont responsables, mais l'état aussi :bah::bah:

Par

En réponse à wizzfr

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxis_parisiens

lorsqu'on ne veut pas jouer le jeu de la liste d'attente, et préfère racheter la licence à un ancien à 250.000€, c'est sûr qu'il est difficile de s'en sortir et faire faillite...

la licence est gratuite. Tout ce qui reste à amortir, c'est le prix de la voiture, son entretien, son usage. Mais si on se plombe de 1/4 millions € en plus....

bref, que les taxis s'assument de leur combine (ou se retourner contre les anciens)

Petit rappel : il y a des droits de mutations à payer lorsqu'on achète ou vend une licence.

Et ces droits de mutation vont dans les poches de l'état. Ils ont autorisé cette et encouragé cette spéculative. Et bien entendu ils l'ont taxés.

Les taxis sont responsables, mais l'état aussi :bah::bah:

Par

En réponse à ab2o12

Petit rappel : il y a des droits de mutations à payer lorsqu'on achète ou vend une licence.

Et ces droits de mutation vont dans les poches de l'état. Ils ont autorisé cette et encouragé cette spéculative. Et bien entendu ils l'ont taxés.

Les taxis sont responsables, mais l'état aussi :bah::bah:

je suis un jeune qui souhaite devenir chauffeur de taxi, à mon compte

combien je dois payer à un ancien pour lui racheter sa licence?

et combien je dois payer à l'état pour les frais de mutation?

et les 2 réunis, ça ferait 50-50? 60-40? 90-10? 99-01?

Par

En réponse à wizzfr

je suis un jeune qui souhaite devenir chauffeur de taxi, à mon compte

combien je dois payer à un ancien pour lui racheter sa licence?

et combien je dois payer à l'état pour les frais de mutation?

et les 2 réunis, ça ferait 50-50? 60-40? 90-10? 99-01?

Perso, je dirai: passe ton chemin, il faut essayer de trouver autre chose même si c'est difficile.

Le métier de taxi est mort avec l'arrivée des GPS. La connaissance de l'ensemble des rues d'une ville ou d'une agglomération n'a plus de valeur.

Je crois avoir lu que l'état s'était engagé a reprendre les licences de taxi qui avaient été achetée selon des modalités liées aux revenus déclarés des taxis. C'est là que ça se complique: comme travailleurs indépendants, les taxis ont toujours eu l'habitude de minimiser leurs recettes et le remboursement est sur la base des recettes déclarées. Ils sont cocus deux fois, une fois d'acheter une licence qui devrait être gratuite et une deuxième sur ces modalités de remboursement.

Partout dans le monde, chauffeur de taxi reste en bas de l'échelle sociale, quand on est jeune il ne faut pas pêcher par excès de modestie. Des métiers manuels restent bien plus rémunérateurs: plombier, serrurier, électricien par exemple et ne seront jamais uberisés, ce n'est que trois exemples parmi une multitude de choix possibles.

Avant 25 ans, il f

.

Par

suite: avant 25 ans, il faut montrer plus d'ambition que cibler ce métier là.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire