Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Tesla et ses pertes au deuxième trimestre

Dans Economie / Politique / Marché

Tesla et ses pertes au deuxième trimestre

Tesla est un paradoxe qui marche sur une fine pellicule de glace. À tout moment, elle peut craquer et engloutir les troupes d’Elon Musk qui n’ont jamais dégagé le moindre bénéfice de leur activité depuis leur début en 2003. Ce second trimestre ne sera toujours pas celui de l’embellie. Pire, les pertes nettes se creusent. Mais le constructeur annonce pourtant avoir de solides liquidités. Les marchés, eux semblent y croire.

Les soucis s’accumulent chez Tesla qui est à présent dans le collimateur des autorités au sujet de son système Autopilot. Un système de Pilotage automatique qui est une fonctionnalité d'assistance à la conduite qui ne rend pas le véhicule autonome et requiert l'attention du conducteur à tout moment.

Or c’est ce dispositif qui est soupçonné d’avoir causé un accident mortel. Un événement qui a poussé le patron à sortir un nouveau plan de développement axé sur la démocratisation de l’énergie propre et le partage de la mobilité. Ce qui va demander de nouveaux investissements.

Certes, mais avec quel argent ? Le constructeur américain de voitures électriques de luxe Tesla a en effet creusé sa perte au deuxième trimestre et a fabriqué moins de véhicules. La perte nette affichée est de 293,2 millions de dollars, soit de 59 % supérieure aux 184,2 millions perdus sur la même période l'an dernier. Certes, mais en contrepartie, le constructeur insiste sur la progression de son chiffre d'affaires. Annoncé à 1,27 milliard de dollars il est en hausse de 33 %. Tesla publie toutefois parallèlement un chiffre d'affaires ajusté de 1,56 milliard de dollars, un peu en dessous des attentes du marché qui étaient de 1,62 milliard.

La perte par action ajustée est de 1,06 dollar, soit plus du double que ce à quoi s'attendaient les analystes (-0,52 dollar). Le trimestre a été marqué par une forte progression des dépenses d'exploitation à 512,8 millions de dollars par rapport à 383,6 millions sur la même période l'année précédente. Si les dépenses en développement ont progressé de quelque 5 %, celles liées aux ventes et aux frais administratifs ont grimpé de 59 % sur un an.

Côté ventes, Tesla espérait 17 000 voitures écoulées mais seulement 14 402 ont trouvé preneur. De même, 20 000 voitures devaient être produites d'avril à fin juin mais les chiffres publiés font état de 18 345 unités fabriquées. Le but à atteindre cette année est une production de 89 000 automobiles sur l'ensemble de l'année. Dans le détail, Tesla a vendu 9 764 berlines "Model S" et 4 638 "Model X", le nouveau modèle "Crossover" du constructeur.

Au reçu de ses indicateurs, Tesla n’a pas déprimé. L’enseigne a indiqué entendre vendre 50 000 véhicules sur le 2e semestre. Le groupe insiste sur la commercialisation, fin 2017, de la "Model 3", une voiture électrique destinée au grand public pour laquelle il a déjà reçu plus de 370 000 précommandes. Il construit par ailleurs une gigantesque usine de batteries dans le Nevada, dans l'ouest des États-Unis. Tous les quatre jours en moyenne, aux 3e et 4e trimestres, de nouvelles concessions sont promises : "nous ouvrons des concessions dans des marchés à forte densité de population comme Taipei, Séoul, et Mexico City, ainsi que dans nos marchés plus matures comme la Californie", a martelé le patron. Côté production, si le rythme actuel est de 2 000 voitures par semaine, l'objectif reste d'en produire 2 200 par jour pendant le trimestre en cours puis 2 400 au 4e trimestre.

Des certitudes affichées qui font mouche : suite à l'annonce de ces résultats, le titre évoluait en dents de scie dans les échanges électroniques d'après-séance à Wall Street et perdait 0,04 % à 225,70 dollars. Le charme agit donc toujours. Elon Musk bénéficie d'une forte cote de popularité auprès des investisseurs compte tenu de sa politique de développement tous azimuts dans l'électricité et les énergies renouvelables. On rappellera que Tesla a annoncé être parvenu à un accord pour racheter pour 2,6 milliards de dollars le producteur d'énergie solaire SolarCity. Une entreprise fondée en 2006 par… Elon Musk.

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (22)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Article moins mal écrit que d'habitude. Normal, il s'agit dune reprise d'une dépêche de l'AFP. Signalez le;

Par

en fait, tant que Tesla aura une longueur d'avance sur la concurrence sur le domaine que le constructeur maitrise, la boite conservera la confiance de nombre d'investisseurs.

mais toute chose a une fin...

quoiqu'il en soit, amazon a été déficitaire très longtemps, malgré le succès qu'on lui connait aujourd'hui. donc tout reste possible pour Tesla.

Par

poker-menteur ou réel succès? personne n'a pu le prouver jusqu'a aujourd'hui. moi je pense que les voies prises par Tesla&co.dans ces domaines lui sauvent a cgaque fois la mise.

Par

En réponse à mynameisfedo

en fait, tant que Tesla aura une longueur d'avance sur la concurrence sur le domaine que le constructeur maitrise, la boite conservera la confiance de nombre d'investisseurs.

mais toute chose a une fin...

quoiqu'il en soit, amazon a été déficitaire très longtemps, malgré le succès qu'on lui connait aujourd'hui. donc tout reste possible pour Tesla.

Google, Facebook, Apple... aussi.

Par

@ atmophile..... encore un article sur Tesla , mais t'inquiète pas dans 1 an ou 2 on en entendra plus parler

Par

Tesla est en train d'investir pour augmenter sa production de 400% en 2 ans. Leur reprocher de ne pas faire de bénéfice est complètement ridicule.

Par

tesla commencent à avoir des batons dans les roues...

avec son accident mortel....récent...

tesla c'est comme ww et son diesel....

s'il ne s'associe pas avec un grand constructeur. auto..ricain...ou informatique: apple microsoft etc..;

il disparaitra...

d'autres constructeurs ricains novateurs ont aussi disparu...

si le retour sur investissement ne revient pas assez vite...

les investisseurs lacheront tesla...

Par

J'aime bien Tesla en tant qu'innovateur (excepté niveau design ...) et que secoueur de cocotier !

J'ai cependant bien peur que cette histoire se termine mal quand les grands noms de l'automobile proposeront au moins aussi bien ou que les actionnaires se feront plus rares pour investir dans une entreprise non viable économiquement depuis sa création.

Par

En réponse à caradisboub

@ atmophile..... encore un article sur Tesla , mais t'inquiète pas dans 1 an ou 2 on en entendra plus parler

A moins que ce soit de toi que l'on entende plus parler :wink:

Par

En réponse à smartboy

J'aime bien Tesla en tant qu'innovateur (excepté niveau design ...) et que secoueur de cocotier !

J'ai cependant bien peur que cette histoire se termine mal quand les grands noms de l'automobile proposeront au moins aussi bien ou que les actionnaires se feront plus rares pour investir dans une entreprise non viable économiquement depuis sa création.

Le cut se fera sur la capacité de Tesla de produire la Model 3 au rythme annoncé. S'ils réussissent ça, c'est gagné !!! 5 milliards de bénéfices annoncés sur 2 ans, vous connaissez des actionnaires qui cracheraient dessus.

Sinon ...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire