Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Triumph Thunderbird Sport : l'oiseau du tonnerre reprend son envol

Dans Moto / Nouveauté

Triumph Thunderbird Sport : l'oiseau du tonnerre reprend son envol

Restée en coulisses, on a cru ne plus la revoir. Mais non, la revoilà dans une robe toute de métal enveloppant un caractère sorti du même tonneau. Ils ont bien fait de la ressortir leur Thunderbid Sport, les British, on commençait à s'ennuyer !


Brute de métal, mécanique du tonnerre



Il en va des motos comme des gens : une personnalité affirmée dérange mais lorsqu'elle disparaît, elle manque. Plus qu'une simple bécane, elle incarne un esprit et défend un genre, laissant flotter l'Union Jack sur fond de trois cylindres. Un look et du caractère. Si la finition n'appelle pas plus la critique que la position de conduite, le couple suspension arrière selle se ligue contre le pilote, non sans fondement. C'est l'oignon, Jack !


En ville à basse vitesse, malgré d'indéniables atouts, la T Bird Sport réclame un minimum d'attentions. La faute au centre de gravité placé haut. Une bonne raison pour s'évader et profiter d'un tri cylindres qui ne demande qu'à s'exprimer.


Côté moteur


Malgré les restrictions, il chante grave et pousse de même, à tous les régimes. Son plaisir c'est de vous prendre aux tripes et de vous attraper par le fond du pantalon, dès 1 500 tours.



Côté pratique


Mettant à profit une partie cycle équilibrée, un freinage digne d'une sportive et des pneus étroits, la Sport oblige à se battre un peu avec le grand guidon afin de vaincre une certaine inertie dans les changements d'angle.


Virile, la bestiole. Surtout que ces fichus amortisseurs arrière se rappellent inutilement à votre souvenir : la dernière fripure de revêtement n'est pas si éloignée, on n'a pas eu le temps de l'oublier. Pas plus qu'un boulon hérissé de la culasse qui s'ingénie à vous martyriser le genou à chaque freinage. Une moto comme ça, ce n'est pas un truc de fillettes. P'tits bras s'abstenir. L'étape ne viendra pas trop tôt, sonnant l'heure de l'épate. Car elle en jette, forte de ses chromes, de sa peinture bi-ton et d'une finition valorisante.


Y'a même un warning, c'est dingue ! Sa stature en impose et pose son propriétaire qui en profitera pour se demander à laquelle de ces demoiselles reviendra l'honneur de lui administrer un petit massage bien venu. Le guerrier pourra se laisser glisser dans un doux repos. Bien mérité.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire