Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Uber : le patron quitte son poste

Uber : le patron quitte son poste

Il conduisait son entreprise, mais le voilà contraint de la covoiturer. C’est l’ironie du sort du patron d’Uber, de celui qui a bouleversé les codes du transport de la personne à travers le monde depuis son apparition en 2009. Travis Kalanick était le patron de la sulfureuse enseigne mondialement connue Uber. Justement, pour les actionnaires, l’individu sentait un peu trop le soufre. Il a donc été débarqué.

Officiellement, c’est un choix personnel exposé ainsi dans un courrier rendu public : "j'aime Uber plus que tout au monde et, dans cette période difficile de ma vie personnelle, j'ai accepté la demande des investisseurs de me retirer pour qu'Uber recommence à se développer plutôt que d'être parasité" a expliqué Travis Kalanick. Le dernier terme est fort. Mais il met parfaitement en lumière ce qu’était devenu le patron au sein de l’entreprise.

C’est aussi la fin de parcours qui le dirigeait progressivement vers une sortie plus souhaitée par les cinq actionnaires majeurs, à commencer par le fond Benchmark. Ainsi, Travis Kalanick s'était d’abord éclipsé avant d’annoncer sa mise en retrait du groupe, à titre provisoire pour des raisons personnelles. Le bras droit Emil Michael, de son côté, démissionnait. L’épilogue attendu est donc arrivé.

Il faut dire qu’Uber a besoin de s’acheter une… conduite. Ses difficultés financières sont réelles on soupçonne l’entreprise de vols de technologie, et, en interne, on vit sur fond d'accusations de harcèlement ou de sexisme principalement. Un nouveau chapitre s’ouvre pour Uber.

Mots clés :

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ubet entre dans sa phase 2 celle de la maturité après la phase 1 startup où tout était bon pour faire connaître l'entreprise.

Pour durer Uber doit s'acheter une conduite, devenir respectable, se dediaboliser comme on dit en politique. Aussi bien pour attirer de nouveaux investisseurs que de nouveaux clients

En tout cas malgré les critiques faut reconnaître que les clients sont toujours plus nombreux, à Cannes à chaque nouvelle edition des FIF, Midem ou Mipim on voit + d'utilisateurs et de VTC connectés. Beaucoup viennent d'autres regions pour venir gagner leur vie pendant ces événements. Et ça n'est pas prêt de changer

Par

Hubert débarque :bah:

l'avenir étant et ceci tout le monde le sait aux gens qui seront eux "à pinces" comme on dit :coucou::hello:

Par

L'existence d'Uber est une honte dans notre monde occidental pour le moins .

Que cette "entreprise" crève au plus vite et serve d'exemple à ceux qui veulent les suivre.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire