Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Un marché de l'électrique très inégalitaire en Europe

Dans Economie / Politique / Marché

Un marché de l'électrique très inégalitaire en Europe

Une étude réalisée par l'association des constructeurs européens d'automobiles confirme que les ventes sont liées au PIB par habitant et aux aides.

L'association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a mené une étude qui met en évidence le lien entre les ventes de voitures électriques, les incitations financières et le PIB par habitant.

Ainsi, seuls les pays de l'Union Européenne où le PIB par habitant est supérieur à 30 000 € ont un marché de l'électrique qui représente plus de 1 % des ventes totales. Forcément, à l'inverse, dans les pays où le PIB est inférieur à 17 000 € par habitant, les immatriculations de véhicules branchés sont quasi nulles. Dans l'ensemble, dans près de la moitié des pays, la part de marché des électriques est sous la barre de 0,5 % !

Plus que l'autonomie, le prix d'achat reste un obstacle majeur, qui empêche pour l'instant la démocratisation de l'électrique. L'ACEA semble enfoncer une porte ouverte. Mais si elle fait ce constat qui peut apparaître évident, c'est parce que la Commission européenne va se pencher dans quelques jours sur les objectifs de CO2 pour les véhicules particuliers et utilitaires légers après 2021. À cette date, les constructeurs devront déjà respecter un nouveau plafond plutôt sévère, 95 g/km.

Mais pour l'ACEA, il ne faut pas aller trop vite, et penser à tort que les automobilistes se convertiront rapidement à l'électrique au cours de la prochaine décennie. Erik Jonnart, secrétaire général de l'ACEA, a ainsi déclaré : "Les consommateurs à la recherche d'une alternative au diesel opteront souvent pour des véhicules à essence ou hybrides, mais ne sont pas encore en train de passer à des voitures électriques à grande échelle". Le secteur reste dépendant des aides, qui là aussi varient fortement d'un pays à l'autre. Certains pays membres n'accordent aucun coup de pouce, comme la Pologne, quand d'autres sont généreux, à l'image de la France (jusqu'à 10 000 €).

L'association n'hésite pas à dire que la Norvège, où l'électrique représente près d'un tiers des ventes, n'est pas un bon exemple à citer. Il est vrai que de nombreux politiques aiment à le faire pour faire passer une mesure anti-thermiques. Mais en Norvège, le PIB est de plus de 60 000 € par habitant (en France il est de 33 400 €) et les véhicules branchés échappent à de lourdes taxes d'importation.

L'ACEA souhaite ainsi une approche ambitieuse mais réaliste de l'électrification. Erik Jonnart déclare : "le produit final seul - aussi bon soit-il - n'est pas suffisant pour créer une demande. Outre des incitations harmonisées et cohérentes pour stimuler les ventes, nous devons investir davantage dans les infrastructures de recharge et de ravitaillement dans tous les États membres de l'UE, avant de pouvoir espérer que les consommateurs de toute l'UE adopteront réellement des véhicules alternatifs".

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

autonomie, recharge, coût d'acquisition (voire de location des batteries), choix politiques (interdictions de circulation, taxes en tous genres, aides à l'achat, à la circulation...), choix alternatifs (essence, diésel , hybride...)

c'est tout ça qui dicte le choix des consommateurs au final.

et pour le moment, rouler électrique reste globalement moins accessible et plus contraignant que rouler en thermique.

reste simplement à savoir pour combien de temps encore, car la situation évolue davantage dans le sens des électriques.

Par

Pas besoin d'étude pour le voir. Vous connaissez bcp de gens qui savent s'acheter une Model S (86k€ la moins chère) ou X (apd 93k€) ?

Par

Il y a des mecs payés pour faire ce genre d'études ?

Je me suis trompé de boulot....

Par

La vente de Diesel dépend aussi des aides. Ca s'appelle la prime CO2 par chez nous et ça été inventé par les constructeurs français eux-même à qui les gouvernements n'ont rien à refuser. Ou comment creuser sa propre tombe...

Par

Le passage aux batteries "état solide" en 2022 coïncidera avec des autonomies de 500 km banalisées et des prix de revient inférieurs pour les constructeurs à ceux du Diesel. C'est le président de Volvo lui-même qui le déclarait récemment. La demande suivra naturellement et on fera son plein au supermarché comme aujourd'hui mais avec une prise.

Par Profil supprimé

On tue le marché automobile à coup de réglementations débiles et de surtaxes de surtaxes sans proposer sur le long terme de véritables alternatives au pétrole. On prend des décisions d'interdire le thermique rapidement sans prendre le pouls du peuple, sans étudier les problèmes à fonds sur plusieurs années et à la va-vite.

Les gens ne sont pas prêts à lâcher leur véhicules car d'une part l'offre des VE est assez faible et en plus leur coût est élevé. Ce que les énarques de merde ne veulent pas comprendre c'est que pour consommer, les gens doivent avoir du fric. Il n'y a pas de miracles. Pareil pour les entreprises, si trop de taxes, pas d'embauches.

Par

Tant que d'autres choix que l'électrique seront proposés,très peux feront ce choix.L'état devra l'imposer.

Par

Le Dreamer doit habiter dans un pays très...au sud. :bah::bah:

Par

En réponse à p.martin.pm

Tant que d'autres choix que l'électrique seront proposés,très peux feront ce choix.L'état devra l'imposer.

Pour que l'Etat puisse imposer quelque chose, il faudrait qu'il mette en place une structure capable de supporter ce qu'il impose, ce qui est loin d'être le cas. En Belgique par exemple, durant une certaine période ils ont favorisé le photovoltaïque avec pour résultat que dans certains quartiers, lorsqu'il faisait plein soleil, le réseau était incapable de supporter toute l'énergie que tous les possesseurs de panneaux renvoyaient dans le réseau, autrement dit, le réseau en l'état actuel ne supporterait pas des recharges individuelles simultanées à grande échelle..... Sans des énormes investissements en la matière, cela ne peut marcher.... or on sait que tous nos états "regorgent de fric". La solution sera un mixte d'hybride (rechargeable ou non) et d'électriques en tout cas dans un premier temps.

Par

En réponse à p.martin.pm

Tant que d'autres choix que l'électrique seront proposés,très peux feront ce choix.L'état devra l'imposer.

Vous avez vécu trop longtemps en URSS...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire