Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Vidéo moto : "je risque ma peau mais je m'en fous"

Dans Moto / Pratique

Vidéo moto : "je risque ma peau mais je m'en fous"

C'est les vacances, il fait chaud et donc il devient plus contraignant de porter un équipement de protection quand on se déplace à moto ou en scooter. C'est le triste constat qui est encore bien trop présent, malgré les nombreuses campagnes de préventions de la FFMC ou même de la sécurité routière.


Casque, blouson, dorsale, gants, pantalon et bottes… Voici le minimum vital dont je ne me sépare jamais lors de mes déplacements. D'ailleurs, lors de mon dernier périple j'ai pu constater que plus on descendait dans le sud de la France, moins les couches de protections sont présentes. La palme revient d'ailleurs aux bords de mer : sur la trentaine de motards et autres scootéristes qui sont passés sur une même route en 15 minutes, un seul possédait un équipement.


C'est d'ailleurs le sujet que France 3 Côte d'Azur a tenu à mettre en avant cette dernière semaine. Et pour pouvoir se donner bonne conscience, toutes les excuses sont bonnes. On ne va pas loin, on roule doucement et mon préféré : « C'est un petit scooter qui ne dépasse pas les 50 km/h ». La FFMC qui intervient dans ce reportage met en avant un fait beaucoup plus dramatique : "Leur excuse principale, c'est "je connais les dangers et je sais ce que je risque, je risque ma peau -au sens propre du terme- mais je m'en fous." Et c'est inadmissible d'entendre ça". D'ailleurs les plus réfractaires à porter un équipement sont les scootéristes.


Reste l'excuse du prix de l'équipement et à cela je n'ai qu'une réponse à fournir : « le prix que tu mets dans ton équipement, est le prix auquel tu estimes ta vie »… Mais bon peut être que des grosses balafres de brûlures sont tendances sur la plage, qui sait.



Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Par contre, ça ne choque personne qu'on se fasse cramer sur la plage (trois fois plus de morts par mélanome que par moto), qu'on picole festif pendant les vacances (alcool 50 fois plus de morts qu'à moto), qu'on sale un peu trop ses aliments (hypertension tuerait 80 fois plus que la moto). Là, bon, on est plus laxiste, c'est presque du domaine de la fatalité. Et puis si on s'habille un peu moins dans le sud, c'est peut-être parce qu'il y fait beaucoup plus chaud, et que conduire équipé comme un scaphandrier en ces temps de canicule, c'est peut-être pas top non plus pour la sécurité (déshydradation, malaises divers et variés ou encore furieuse envie de mettre les gaz pour gagner un peu de fraicheur avec la vitesse). Franchement, ce côté moralisateur à deux balles, c'est un peu pesant ! Ca sentirait d'ailleurs son nouveau lot d'obligations que ça ne m'étonnerait pas, histoire de bien préparer les esprits. Et si on insistait un peu plus sur les meilleures façons d'éviter les accidents (sécurité active) plutôt que de nous imposer un lourd équipement pour l'improbable cas où nous aurions un accident. Parce que quand même, chaque année, il y a 2999200 motards sur 3 millions qui ne meurent pas !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire