Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Financement Auto

Voiture autonome, comment ça marche ?

Dans Financement Auto

Alors que les constructeurs prévoient de commercialiser les premières voitures autonomes en 2020, la technologie devrait se généraliser d’ici 2030. Et ce d’autant plus que près de 55% des automobilistes au niveau mondial seraient prêts à franchir le pas. Mais au fait, comment ça marche ?

Voiture autonome, comment ça marche ?

L’avènement de la voiture autonome n’est plus qu’une question d’années. Alors que les premiers essais datent de la fin des années 70, le récent développement des outils numériques a grandement accéléré le processus. Certaines des plus grandes firmes mondiales comme Tesla, Uber ou encore Google ont ainsi massivement investi dans le développement de cette technologie appelée à révolutionner la mobilité aux quatre coins du monde. Un marché gigantesque promis à celui…qui proposera l’offre la plus fiable et rassurante.

Qu’est-ce qu’une voiture autonome ?

Pour commencer, rappelons que les voitures que nous conduisons actuellement sont, d’une certaine manière, déjà autonomes. On distingue en effet quatre niveaux d’autonomie :

  • Niveau 1 : la voiture est équipée de dispositifs d’aide à la conduite (assistance au freinage d’urgence, ESP, etc.)
  • Niveau 2 : la voiture est capable d’effectuer elle-même certaines manœuvres, comme démarrer et freiner dans les embouteillages ou encore se garer.
  • Niveau 3 : la voiture peut conduire toute seule, mais le conducteur doit être capable de reprendre le contrôle du véhicule à tout moment.
  • Niveau 4 : la voiture peut se rendre d’un point A à un point B sans la moindre intervention humaine.

À l’heure actuelle, nous nous situons en France au niveau 2 de la conduite autonome, les niveaux 3 et 4 n’étant pas encore autorisés. Mais la révolution est en marche…


La voiture autonome : cartes, capteurs et systèmes de communication

Pour être tout à fait autonome, un véhicule doit pouvoir, comme tout conducteur, connaître, interpréter et anticiper son environnement. Par environnement, on entend les routes bien évidemment, mais également la signalisation routière, les autres véhicules, les piétons, mais aussi tout objet ou facteur pouvant affecter la conduite, des conditions climatiques à la présence d’un objet ou d’un ralentisseur sur la chaussée.

Pour ce faire, le véhicule autonome dispose non seulement d’un système de cartographie ultra-précis mis à jour en temps réel, mais aussi et surtout de caméras et capteurs de contrôle. Parmi eux, les « lidars » jouent un rôle majeur : ces radars émettent des faisceaux laser qui permettent de décrypter en permanence l’environnement du véhicule. Un véhicule autonome est également équipé de caméras (classiques ou infrarouge) ainsi que de radars, qui aident à déterminer la position relative des autres usagers de la route.

Dernier élément majeur, les systèmes de communication qui connectent le véhicule autonome aux autres véhicules évoluant sur la chaussée, ainsi qu’aux infrastructures routières. À long terme, cela permettra entre autres d’optimiser et fluidifier le trafic par exemple, et bien évidemment d’éviter les accidents de la route.

Quels sont les avantages de la voiture autonome ?

La sécurité est bien évidemment l’argument numéro 1 des partisans de la voiture autonome : aujourd’hui, 95% des accidents seraient dus à des erreurs humaines, ce qui ne sera plus le cas demain. Restera toutefois à s’assurer de l’inviolabilité des systèmes informatiques des voitures autonomes face aux éventuelles tentatives de piratage.

À l’ère des smart cities, la circulation devrait se voir fluidifiée grâce au recalcul des itinéraires en temps réel par exemple. Pour leur part, les espaces de stationnement augmenteraient de 60% en moyenne, du simple fait de la capacité des voitures autonomes de se « coller » parfaitement les unes aux autres.

Enfin, l’environnement devrait également bénéficier de l’avènement des véhicules autonomes. En limitant les embouteillages ou en adaptant la vitesse du véhicule au franchissement des feux verts, la consommation des véhicules pourrait être réduite de moitié. De plus, en offrant des solutions accessibles d’autopartage, le nombre de voitures individuelles en circulation sera limité et leur taux de remplissage accru.

---------

Vous faites partie des 37% de Français qui se disent prêts à acheter une voiture autonome ? Les premiers véhicules devraient être commercialisés à l’horizon 2020 ! Et si vous voulez prendre de l’avance côté financement, il est toujours temps de découvrir le Prêt Perso Auto de notre partenaire Sofinco.

Le présent article n’a qu’une valeur informative et ne saurait en aucun cas relever des activités régies par les articles L. 541-1 , L. 211-1, L. 311-1, L. 311-2, L. 321-1 et L. 550-1 du Code monétaire et financier

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SOURCES  

http://voiture-autonome.lefigaro.fr/voiture-autonome-utopie-futur-de-ville/

http://voiture-autonome.lefigaro.fr/solution-developpement-durable/

http://www.objetconnecte.net/dossier-voiture-autonome/

https://news.autojournal.fr/news/1501516/voiture-autonome-technologie-radar-lidar-cam%C3%A9ra