Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Voiture autonome : la General Motors ne perd pas les pédales

Dans Futurs modèles / Technologie

Le débat sur la voiture autonome est ouvert. Entre les constructeurs d’abord qui s’observent, s’allient et se craignent avec, notamment, de nouveaux acteurs venus d’autres horizons qui rêvent de bousculer l’ordre établi. Au sein des pays ensuite qui réfléchissent à un nouveau code de la route, à une définition inédite de la notion de responsabilité et à un réseau routier à refaire. Comment arrêter ce mouvement pour mieux en prendre le contrôle ? La General Motors a peut-être trouvé : il suffit de ne pas perdre les pédales.

Voiture autonome : la General Motors ne perd pas les pédales

Une voiture autonome, par définition, n’a pas besoin d’un conducteur. Les nouveaux acteurs que sont Google et Apple par exemple l’ont compris d’entrée et proposent des prototypes sans volant ni pédales. Des commandes historiquement incontournables pour les opérateurs traditionnels qui n’envisagent pas une automobile sans ces éléments.

Alors pourquoi ne pas tenir sur ce dernier bastion, ce qui sera peut-être demain l’ultime vestige d’un temps révolu ? Pour mieux gêner les ambitieux ? Au nom de quoi ? De la sécurité bien sûr. Et c’est Mary Barra, la PDG de General Motors qui lance l’offensive : dans un discours prononcé lors de l’assemblée générale des actionnaires du groupe américain la patronne a estimé « qu’il est très important de privilégier la sécurité lors du développement des voitures autonomes », tout en ajoutant : « nous pensons que de garder un volant et des pédales est un moyen de le faire ». A priori imparable.

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est la déclaration la plus sensée et réaliste qui ait été faites depuis longtemps par un acteur de l'industrie automobile...

Par

en fait, je pense le contraire.

car le coup du "on peut reprendre le contrôle du véhicule en cas de problème", je n'y crois pas une seconde, et ça me semble même hyper dangereux.

non, si la voiture a un souci, il faut qu'elle s'arête toute seule, sans intervention humaine.

et au pire, on peut prévoir un bouton "arrêt d'urgence".

car je vois mal par exemple le gars qui dort dans la voiture alors celle-ci lui intime l'ordre de reprendre immédiatement les commandes, à 130 sur l'autoroute...

et puis, si c'est pour sortir la voiture de son jardin, on peut éventuellement prévoir un système simple via l'écran du véhicule pour avancer, reculer et tourner la voiture à très faible vitesse, si l'ordi de bord ne comprend pas le contexte où il se trouve.

bien évidemment, je parle de voitures full autonomes, permettant notamment à des gens sans permis ou très agés de se déplacer.

je ne suis pas contre le principe de la voiture autonome débrayable... bien au contraire.

mais il faut être réaliste, la demande de voitures autonomes ne nécessitant plus d'intervention directe de la direction ou de la vitesse par un humain, existe... et elle sera probablement en augmentation quand on comprendra le confort que cela procure.

Par

garder les pédales c'est être plus gai quand on reprend les commandes :areuh:

Par

Vous imaginez, lorsque vous roupillez dans votre voiture autonome, avoir un bip qui vous réveille pour vous dire de reprendre les commandes ?

Si c'est ça, j'en veux pas !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire